Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Cream, Blind Faith, Steve Gadd Band, The Yardbirds
- Style + Membre : Jj Cale & Eric Clapton, Eri Clapton And Steve Winwood

Eric CLAPTON - Clapton (2010)
Par MANIAC BLUES le 8 Novembre 2010          Consultée 2287 fois

Cheveux longs et argentés, barbe de trois jours, dignité et fermeté du regard, lunettes noires, costume sombre et élégant et col relevé, Eric CLAPTON a tout du vieux lord anglais un peu décrépi sur le portait illustrant une pochette très dépouillée. Le titre du disque se résume simplement à un Clapton en lettres majuscules dorées. Ce design peu inspiré digne d'une énième compilation bon marché n'inspire pas confiance et on peut légitimement craindre le pire surtout que la réputation de CLAPTON en studio ces quinze dernières années n'est pas vraiment reluisante.

La musique parfois déroutante de ce disque est un peu à l'image du portrait de CLAPTON : maniérée, feutrée, sérieuse, studieuse mais un peu raide. En 2009, Eric CLAPTON avait réveillé le vieux loup qui sommeillait en lui lors de la formidable tournée avec Steve Winwood. En 2010, le britannique, en reprenant les chemins du studio, s'est un peu rendormi en jouant du blues poussif, pas désagréable certes, mais loin de l'émotion de From The Cradle sans être aussi médiocre qu'un Back Home. Il y a un petit côté mièvre, rétro, mou, trop propre, trop net, sans bavures, sans excès, sans réelle passion et folie.

« Travelin Alone » illustre bien cet état d'esprit général puisque l'interprétation monolithique et étouffante du groupe ne contribue pas à faire décoller ce morceau alors qu'il y avait matière à faire quelque chose de plus transcendant. On a tendance à préférer la souplesse d'un titre comme « Rocking Chair » : certes, les arrangements sont un peu mièvres, mais la suavité de cette composition tinte agréablement à l'oreille. CLAPTON arrive également à nous envoûter de sa belle voix de ténor sur « River Runs Deep » et quand un harmonica réchauffe l'atmosphère, le blues a tout de suite plus d'allure et de relief, en témoigne « Judgment Day ».

Cet album est parfois incroyablement rétro. Comment pourrait-il en être autrement quand CLAPTON se la joue Frank Sinatra sur « How Deep Is The Ocean » ? Slowhand essaie avec plus ou moins de succès de se métamorphoser en crooner mais le résultat est en demi-teinte à cause d'arrangements trop tièdes. A vouloir trop s'immerger dans la chanson américaine d'avant guerre, l'interprétation de CLAPTON se fige peu à peu jusqu'à en devenir anachronique. Par exemple, la reprise de « My Very Good Friend The Milkman » est presque ridicule tant Slowhand essaie de calquer ce que faisait Fats Waller dans les années trente. Plus passéiste que CLAPTON sur ce titre, tu meurs. Est-on en 2010 ou en 1930? Notre ami britannique a même anticipé l'automne et la grisaille humide qui arrivent en nous jouant le mélancolique et dépressif « Autumn Leaves ». Une bien triste conclusion.

Eric CLAPTON n'est jamais meilleur que lorsqu'il joue du blues dans sa forme la plus classique comme il avait pu le faire sur From The Cradle. En effet, il brille particulièrement sur « Can't Hold Out Much Longer » joué à la manière de Muddy Waters, et « Hard Times Blues » s'avère plutôt convaincant. Sur ces instants rares et précieux, son feeling légendaire revient au galop. En outre, la qualité des compositions originales est sans doute ce qu'il y a de plus appréciable sur ce disque. La ballade langoureuse « Diamonds Made From Rain » n'est pas sans charmes, tout comme « Run Back To Your Side » qui vous réveillera si vous vous êtes endormis en cours de route.

Sur ce disque, CLAPTON a fait comme d'habitude appel à sa bande de vieux ou jeunes amis comme JJ Cale qui a beaucoup influencé Slowhand ou Derek Trucks. Cet album oscille entre reprises jazzy médiocres, compositions originales réussies et blues de plus ou moins bonne qualité. Souvent trop nonchalant, tantôt outrageusement rétro et parfois très agréable, ce disque un peu décousu passe par tous les états sans pour autant nous faire réellement vibrer. Et c'est bien là le principal défaut de ce disque qui par trop de sophistication, de précautions et d'effets de style relègue la passion en arrière plan. Eric Clapton n'aurait-il pas pris un petit coup de vieux ?

A lire aussi en BLUES par MANIAC BLUES :


Albert KING
Live Wire / Blues Power (1968)
Pour les fans de guitare électrique et de blues...




JUNIOR WELLS
Hoodoo Man Blues (1965)
Le West Side Sound enfin au sommet


Marquez et partagez





 
   MANIAC BLUES

 
   MASTCARD

 
   (2 chroniques)



Non disponible


1. Travelin' Alone
2. Rocking Chair
3. River Runs Deep
4. Judgement Day
5. How Deep Is The Ocean
6. My Very Good Friend The Milkman
7. Can't Hold Out Much Longer
8. That's No Way To Get Along
9. Everything Will Be Alright
10. Diamonds Made From Rain
11. When Somebody Thinks You're Wonderful
12. Hard Times Blues
13. Run Back To Your Side
14. Autumn Leaves



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod