Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Kansas
 

 Site Officiel (295)

RUSH - Presto (1989)
Par ARP2600 le 9 Mars 2013          Consultée 1527 fois

C'était à prévoir. Des rockeurs de la trempe de Lee, Lifeson et Peart ne pouvaient continuer bien longtemps à jouer du rock électronique. Après Hold your fire qui avait marqué le minimum d'importance des guitares chez Rush, ils en ont eu assez et ont de nouveau changé de recette. Il faut dire que, le groupe fonctionnant par tétralogies, le moment était venu... Et c'est ainsi qu'en 1989, ils ont enregistré Presto, qu'on peut considérer à bien des points de vue comme un album de transition typique.

Première différence, le producteur. Après l'éviction de Terry Brown et la réalisation un peu chaotique de Grace under Pressure, ils s'étaient adjoint les services de Peter Collins pour Power Windows et Hold your fire. À vrai dire, celui-ci n'était pas disponible, ce pourquoi ils ont fait appel ici à Rupert Hine, qui a donné une sensibilité plus nettement rock mais très colorée à Presto et son successeur Roll the bones. Une autre évolution importante est le changement de label, de Mercury vers Atlantic, répondant à un besoin de changer d'air.

La musique, elle, est finalement très hybride. Le hard rock «à la Rush» est de retour mais il y a encore ici de très nombreux artifices électroniques. Question d'époque sans doute... si l'explosion du rock alternatif et l'âge d'or du métal étaient en cours, il ne faut pas oublier qu'on était encore dans les années 80, certes à quelques semaines près. Et en fait, on peut avoir une opinion un peu ambiguë, ce disque étant à la fois prématuré et un peu en avance sur la mode. Presto est assez varié rythmiquement, proposant un rock clinquant, parfois un peu pop, d'un abord naturel mais ne ressemblant pas vraiment à d'autres groupes en particulier.

Le résultat n'est quand même pas très satisfaisant, le groupe le reconnaît lui-même. Tandis qu'ils aiment les chansons, le son leur paraît bien plat, derrière une évidente couche de poudre aux yeux. Ceci nous amène, par une étrange coïncidence, au thème de l'album. Il n'est pas très précis, mais il est question de la vie et de ses apparences, au moyen de diverses métaphores comme la magie, les peintures de guerre, les cicatrices... Un peu comme pour Power Windows, au moins l'orientation stylistique superficielle du son colle-t-elle bien avec ce thème.

Superficiel, voilà le nom qu'on pourrait donner à cet album. Les chansons sont décidément un peu légères bien qu'accrocheuses. J'ai d'ailleurs un rapport bizarre avec lui... à chaque redécouverte après une longue période, je le trouve presque brillant, une magnifique démonstration, puis une lassitude s'installe rapidement. Bien sûr, il y a quand même quelques chansons plus fortes qui résistent à cette usure. L'ouverture «Show don't tell», assez lente et pourtant très solide, la ballade «The pass», la danse «Scars» sont de bons exemples, celle qui sort le plus du lot étant manifestement la dramatique «Red tide», qui annonce les moments les plus glorieux des années 90 du groupe. On pourrait encore signaler le single «Superconductor», dans un style survolté assez inhabituel pour eux, «Hand over fist» qui devait au départ être un instrumental ou encore la chanson-titre, un peu faible sur l'album mais beaucoup jouée en live, certainement à son avantage.

Une note de 3 est peut-être un peu dure, mais elle est un choix assumé, en comparaison avec les nombreuses œuvres ayant plus de portée artistique chez Rush. Presto est un bon album, et un des plus faciles d'accès, mais il ne faut pas particulièrement s'y arrêter. Dans un style très proche, le suivant, Roll the Bones, est plus travaillé et sans doute plus recommandable, mais il faut bien avouer que les fans sont assez divisés sur la question.

A lire aussi en ROCK par ARP2600 :


RUSH
Power Windows (1985)
Rush succombe-t-il au dieu argent ? certes non




Peter HAMMILL
A Black Box (1980)
Eh bien... une boîte noire, en effet.


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
  N/A



- Geddy Lee (basse, chant, synthétiseurs)
- Alex Lifeson (guitares)
- Neil Peart (percussions)


1. Show Don't Tell
2. Chain Lightning
3. The Pass
4. War Paint
5. Scars
6. Presto
7. Superconductor
8. Anagram (for Mongo)
9. Red Tide
10. Hand Over Fist
11. Available Light



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod