Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (8)
Questions / Réponses (1 / 7)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1974 Rush
1975 Fly By Night
  Caress Of Steel
1976 2112
1978 Hemispheres
1980 Permanent Waves
1981 Exit Stage Left
  Moving Pictures
1982 Signals
1984 Grace Under Pressure
1985 Power Windows
1987 Hold Your Fire
1989 Presto
1991 Roll The Bones
1993 Counterparts
1996 Test For Echo
1998 Different Stages
2002 Vapor Trails
2003 Live In Rio
2007 Snakes & Arrows
2012 Clockwork Angels
 

- Style : Kansas
 

 Site Officiel (358)

RUSH - Clockwork Angels (2012)
Par ARP2600 le 25 Juin 2012          Consultée 6234 fois

Les heures s'enchaînent, s'écoulent et deviennent des jours puis des années. Il y a trois ans de cela, les membres de Rush ont annoncé qu'ils préparaient un nouvel album mais qu'ils avaient l'intention de privilégier les concerts et de publier quelques chansons quand elles seraient prêtes. Ce fut le cas : dans le courant de 2010, un étrange single est paru, contenant deux chansons très caractéristiques de leur style mais fort sombres : «Caravan» et «BU2B». La pochette représentait une horloge dont les chiffres sont remplacés par divers symboles alchimiques. Bien vite, on a appris que l'album serait un concept intitulé Clockwork Angels, une histoire futuriste ou uchronique, dans un monde steampunk où l'alchimie, la mécanique, le temps occupent une place primordiale.

Si le projet était déjà si avancé, pourquoi a-t-il fallu encore deux ans pour enfin pouvoir contempler le résultat ? La musique et les paroles ont dû être peaufinées, mais tout de même, que ce fut long... Enfin qu'importe, étant donné que nous avons bel et bien affaire ici à une œuvre colossale. Le projet semblait ambitieux et sa réussite en fait clairement la quintessence de Rush. Présenté comme le vingtième album (en comptant Feedback, sans doute), Clockwork Angels conclut enfin le pentagramme sacré du groupe, entamé avec 2112 et continué avec Permanent Waves, Moving Pictures et Counterparts. Oui, vraiment, ce n'est pas le genre de disque qu'on voit sortir toutes les semaines à notre époque. Étant donné que 2012 est déjà bien entamé, on peut prédire qu'il restera un des albums de l'année.

Mais en quoi consiste donc plus précisément ceci ? Il s'agit de rock bien entendu. Du hard rock, du métal progressif peut-être, du Rush, tout simplement. Un monument à douze étages parfaitement cohérent et pourtant diversifié grâce à leur maîtrise rythmique. Le son est superlatif, exubérant et sombre à la fois, grâce à la forte présence de la légendaire basse de Geddy Lee. Étrangement, c'est de Test for echo que Clockwork Angels se rapproche le plus, y compris au niveau mélodique, mais en bien plus charismatique et avec une bien meilleure construction. La production assez agressive rend l'écoute assez douloureuse, mais ceci est tout de même plus doux et plus propre que leur album le plus dur, Vapor Trails.

Au sujet de ce concept, maintenant. La pochette reproduit le cadran d'horloge alchimique, mais il est cette fois 21:12 et le fond est un vortex de fumée rouge. Sur l'arrière, on voit le symbole du grand œuvre, la pierre philosophale, ce que cet album représente dans leur discographie. La Terre de cette histoire est un monde moderne, réglé comme une montre, car le seul culte est celui de l'Horloger. En principe, les gens sont à leur place et y restent grâce à un endoctrinement efficace. Notre héros parvient toutefois à partir vers la Cité de la Couronne, centre des prêtres-alchimistes. Là se trouve la Place Chronos, où les Anges Mécaniques, de grands automates à la beauté magnétique, subjuguent les croyants.

C'est là que le héros doit fuir lors d'un carnaval, étant victime d'une erreur judiciaire à cause des agissements de l'Anarchiste. Il part sans regret, ses premiers espoirs ayant été déçus. Il vit alors une vie d'aventures, recherche des cités d'or, est la victime de naufrageurs, etc. Sans rien regretter, son caractère rebelle et son optimisme passent avec l'âge et laissent la place au fatalisme. Les forces du monde voire de l'univers échappent au contrôle des humains, mais on peut toujours vivre sa vie et cultiver son jardin.

Cette histoire vous rappelle quelque chose ? Ce ne serait pas étonnant, Clockwork Angels est en fait un gros hommage à Voltaire, et à son Candide en particulier, dans un monde plus moderne et étrange. Une occasion pour Neil Peart de présenter une fois de plus sa pensée, qu'il semble cette fois avoir mûrie et synthétisée. Le personnage de l'Horloger (The Watchmaker) rappelle également le déisme de Voltaire. Toute la symbolique alchimique corse un peu le mélange. Il n'est pas certain qu'il y ait grand chose à comprendre de ce côté-là, mais cela rend l'ensemble joli et mystérieux.

Tout ceci est bien compliqué, mais l'album est heureusement déjà facile à apprécier vu ses qualités poétiques autant que musicales. La plupart des chansons transporteront l'amateur de rock. Libre à la personne courageuse de tenter de comprendre tout ce que Peart a voulu intégrer dans cette histoire. Ajoutons à cette présentation la grande qualité de l'interprétation. Nombre de passages sont d'une virtuosité endiablée, très utile au propos, il n'y a d'ailleurs pas vraiment de passages faibles. On peut toutefois pointer quelques moments exceptionnels parmi d'autres. La chanson-titre «Clockwork Angels» est d'une beauté rare, elle est d'ores et déjà à classer parmi les meilleures du groupe. L'introduction «Caravan», bien sûr, est aussi bonne sur l'album qu'en tant que single, tandis que la démonstration de force «Headlong Flight», parue en éclaireur il y a deux mois, est bien évidemment bien plus à sa place sur l'album. On peut encore pointer le hard rock régulier de «Seven cities of gold» ou le caractère étrangement romantique, presque pop par certains aspects, du final «The Garden», le calme après la tempête.

Au risque de se répéter, il faut encore le dire : Clockwork Angels est un chef-d’œuvre, une brillante réussite, un album incroyable qu'on ne peut que recommander à tous les amateurs de bon rock. Il donne une telle impression de finition, un tel sentiment d'aboutissement de leur carrière, qu'on pourrait craindre que ce soit leur dernier. Quand on connaît leur énergie, leur professionnalisme, l'affection qu'ils ont toujours montré pour leurs auditeurs, on se dit qu'il est probable qu'il n'en soit rien et qu'ils continueront leur carrière aussi longtemps qu'ils le pourront dans de bonnes conditions, mais au moins peut-on dire qu'ils n'ont maintenant absolument plus rien à prouver.

A lire aussi en HARD ROCK par ARP2600 :


RUSH
Vapor Trails (2002)
Ca va fumer




RUSH
2112 (1976)
Ils ont assuré le contrôle


Marquez et partagez







 
   ARP2600

 
  N/A



- Geddy Lee (basse, claviers, chant)
- Alex Lifeson (guitares, claviers)
- Neil Peart (percussions)


1. Caravan
2. Bu2b
3. Clockwork Angels
4. The Anarchist
5. Carnies
6. Halo Effect
7. Seven Cities Of Gold
8. The Wreckers
9. Headlong Flight
10. Bu2b2
11. Wish Them Well
12. The Garden



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod