Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : King Crimson, Black Star Riders, Saxon, Paul Weller , Dare, Uriah Heep, Emerson, Lake & Palmer, Yes, Steven Wilson
- Style + Membre : Gtr, Asia Featuring John Payne, Uk
 

 Site Officiel (584)
 Asia Featuring John Payne (340)

ASIA - Arena (1996)
Par RED ONE le 30 Avril 2013          Consultée 1595 fois

Dans les années 1990, Geoff Downes n'a pas spécialement à s'inquiéter pour ses finances. Les royalties assez faramineuses que lui rapportent les multiples diffusions du titre "Video Kill The Radio Star" des BUGGLES et du hit-single "Heat Of The Moment", issu du premier album d'ASIA de 1982, lui permettront très probablement de vivre sereinement jusqu'à la fin de sa vie. Oui mais voilà, Geoff Downes est aussi un compositeur acharné, qui ne désire pas vivre de ses rentes. C’est donc assez logiquement que l’homme continue son travail sous la bannière ASIA dans les années 1990, sans se soucier le moins du monde de savoir si ses nouveaux albums seront rentables ou non. Car il faut bien le dire : les albums enregistrés par le duo Geoff Downes/John Payne dans les années 1990 sous le nom ASIA ne furent que de lamentables échecs à répétition. L’album Arena n’échappera pas à cette règle...

Enregistré cette fois-ci avec un line-up de nouveau instable, Arena ne se présente pas sous les meilleurs auspices au public traditionnel du groupe, qui de toute façon, boudera l'album. Si Geoff Downes et John Payne continuent de diriger fidèlement le navire ASIA, le reste du groupe n'est malheureusement composé que de requins. Michael Sturgis, présent sur Aqua et Aria, a certes enregistré les pistes de batterie mais quittera le groupe une fois son travail terminé. Les guitares ont été en partie enregistrées par John Payne lui-même et par deux autres guitaristes, Elliott Randall (STEELY DAN) et Aziz Ibrahim (SIMPLY RED). Le célèbre compositeur japonais Tomoyasu Hotei apparait également en temps qu'invité, de même que le percussionniste Luis Jardim.

L’intro, "Into The Arena", surprend indubitablement : un morceau instrumental, essentiellement smooth jazz, auquel se greffent d’étonnantes percussions afro-cubaines. Les guitares électriques reviennent cependant rapidement faire un petit coucou. « Arena », morceau titre, est une chanson assez sympathique, mais là encore très marquée par des sonorités jazzy et afro-cubaines assez étonnantes, en dépit d’efforts guitaristiques conséquents. Les aspects fusion d'Arena ne s'arrêtent pas là : ainsi la remarquable "Two Sides Of The Moon" nous surprend par sa fin, aux arrangements reggae.

Arena marque néanmoins une évolution assez intéressante par rapport aux deux albums précédents : Aqua lorgnait ouvertement sur le hard FM, Aria revenait à des sonorités plus pop sans pour autant renier ses influences arena rock, mais Arena se révèle au final être un album très fortement orienté rock progressif. La preuve irréfutable de cette nouvelle orientation est bien sûr la longue piste "The Day Before The War", titre évolutif d'un peu plus de 9 minutes. Un titre assez réussi mais relativement longuet. Le groupe revient au prog sur le morceau suivant, "Never", qui présente de délicats arrangements tout en finesse, mais qui manquent sensiblement de conviction. "Falling" amorce en revanche un léger sursant A.O.R., avec des arrangements claviers/voix excellents. En revanche, "Words" se révèle être un titre poussif, aux choeurs assez ridicules.

La fin de l'album se révèle tout aussi poussive, si on fait exception de l'excellente "U Bring Me Down", titre jouissif aux arrangements de claviers digne d'un Jon Lord, à la frontière du hard rock. Le reste n'est cependant pas très convaincant, entre un "Tell Me Why" assez ennuyeux et un "Turn It Around" relativement passable. Le morceau de fin, "Bella Nova", instrumentale aux claviers, est en revanche excellente et rehausse le niveau dans un ultime élan de génie de la part de maître Downes.

Soyons honnêtes, Arena n’est pas un mauvais album. Certaines chansons se laissent gentiment écouter, et globalement le travail accompli ici est d’une très grande qualité. Mais voilà, on a quand même du mal à sortir de cet album de façon totalement convaincue. L’ennui guette parfois, aucun titre ne possède cette énergie évidente qui faisait la réussite des deux premiers albums et qui se retrouvait encore sur Aqua en 1992. Reconnaissons cependant à "Heaven", à "Never" ou encore "U Bring Me Down" d'être des titres de qualité. Mais non, la sauce ne prend jamais à 100 % ...

Au final, Arena se révèle être malheureusement le moins intéressant des albums d’ASIA enregistrés durant la période John Payne. Le manque de considération des médias pour la nouvelle formule d'ASIA avec John Payne atteindra ici son paroxysme, puisqu'aucune tournée ne sera programmée. La traversée du désert continue, malheureusement ...

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par RED ONE :


ASIA
Silent Nation (2004)
La période John Payne se termine en beauté




ASIA
Aqua (1992)
Un album génial trop injustement méconnu


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- John Payne (chant, basse, guitares)
- Geoff Downes (claviers, programmations)
- Michael Sturgis (batterie)
- Elliott Randall (guitares)
- Aziz Ibrahim (guitares)
- +
- Tomoyasu Hotei (guitares)
- Luis Jardim (percussions)


1. Into The Arena
2. Arena
3. Heaven
4. Two Sides Of The Moon
5. The Day Before The War
6. Never
7. Falling
8. Words
9. U Bring Me Down
10. Tell Me Why
11. Turn It Around
12. Bella Nova



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod