Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Xavier Rudd , Cotton Belly's
- Membre : Fistful Of Mercy

Ben HARPER - Get Up ! (avec Charlie Musselwhite) (2013)
Par GEGERS le 13 Février 2013          Consultée 1826 fois

Le blues et Ben HARPER, c'est une histoire qui dure. Sans présager que ce style musical soit au fondement de la carrière de l'Américain (quoique...), l'artiste s'est toujours évertué à lui rendre hommage sur chacun de ses albums, proposant systématiquement deux ou trois compositions qui confirment que si Ben HARPER aime le blues, il le pratique également avec un talent résolument bluffant. Pas d'étonnement donc à ce que, moins de deux après un Give Till It's Gone de fort belle facture (et qui contenait d'ailleurs le long jam bluesy « Spilling Faith » / « Get There from Here », enregistré en compagnie de Ringo Starr), l'artiste ait décidé de s'accorder un petit extra, sous la forme d'une parenthèse dédiée à son style de cœur. Pour le rejoindre dans la cour de récréation, Ben HARPER fait appel à Charlie MUSSELWHITE, célèbre harmoniciste américain. Les deux ne sont pas des étrangers, puisqu'ils se sont rencontrés en 1997 lors d'une session d'enregistrement pour un album de John Lee Hooker (The Best of Friends). Ils collaboreront ensuite sur l'album Sanctuary (2004) paru sous le nom de MUSSELWHITE, avant que le virus du blues ne les pousse à enregistrer cette nouvelle offrande.

Même si le contrat de Ben HARPER avec EMI a récemment pris fin, il ne fait nul doute que le choix de Stax pour publier ce nouvel album n'est pas anodin, le label ayant donné naissance à quelques-uns des plus grands classiques du blues depuis sa création en 1957. Le blues, donc, est au cœur de cet album. Les premières mesures acoustique de « Don't Look Twice » à la slide guitar, lancinante et répétitive, ne laissent aucun doute. L'harmonica de Charlie MUSSELWHITE, vibrant de sensibilité, vient bien rapidement se greffer sur ces mesures qui nous transportent tout droit en Louisiane. Mais au lieu d'une joute amicale entre les deux musiciens, Get Up! témoigne d'une alchimie flagrante entre les bonhommes dont le respect mutuel transpire tout au long des dix morceaux.

Une véritable leçon de blues nous est donc donnée sur cet album 100% sans OGM. Le « fait main » est évident, et si aucune imperfection ne transparaît, le son chaud ne laisse aucun doute quant au travail magistral d'artisans qui a été effectué sur cet album. Le rythme se fait plus mordant, l'harmonica plus vindicatif, sur « I'm in I'm out and I'm Gone » ainsi que sur le single « I Don't Believe a Word You Say », extrait idéal pour représenter l'opus. Les influences gospel, présentes sur « We Can't End This Way », avec ses clappements de main entraînants, viennent rendre un hommage supplémentaire à ces musiciens pionniers du blues, qui se voient ici honorés par une musique audacieuse autant que respectueuse. Tenter de proposer un album blues « à l'ancienne » aurait pu paraître prétentieux, témoigner d'un manque d'humilité, mais c'est bien un respect profond du blues fondateur que l'on écoute sur « Blood Side out », qui voit la section rythmique porter ce titre au tempo rapide. Deux perles viennent éclabousser l'album de leur classe : « I Ride at Dawn », dont la mélodie délicate et entêtante se fait porteuse de paroles à la fois très contemporaines, mais également universelles : la soif de l'être humain pour le conflit et la guerre (« Donne à l'homme 100 choix, il choisira toujours la guerre »). Le morceau-titre « Get up! », le plus long de l'album, se voit introduit par une ligne de basse jouissive, qui donne naissance à un morceau posé et groovy, qui s'envole peu à peu pour laisser s'exprimer une guitare toute en feeling et virtuosité.

Alors que le titre final, le plaintif « All That Matters Now » (que l'on s'imagine aisément écouter en train de se balancer dans un rocking-chair, le regard fixé sur les champs de blé) s'achève, cette collaboration-récréation entre deux grands bluesmen se veut un album rafraîchissant et inspiré de bout en bout. Un album qui mérite aisément son point d'exclamation.

A lire aussi en BLUES :


JEWEL BROWN & BLOODEST SAXOPHO
Roller Coaster Boogie (2015)
Quand le blues et le r&b fusionnent.




Ry COODER
Paris, Texas (1985)
Un blues désossé suintant la solitude


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
   BAYOU

 
   (2 chroniques)



- Ben Harper (chant, guitare, slide)
- Charlie Musselwhite (harmonica)
- Jason Mozersky (guitare)
- Jesse Ingalls (basse)
- Jordan Richardson (batterie)


1. Don't Look Twice
2. I'm In I'm Out And I'm Gone
3. We Can't End This Way
4. I Don't Believe A Word You Say
5. You Found Another Lover (i Lost Another Friend)
6. I Ride At Dawn
7. Blood Side Out
8. Get Up!
9. She Got Kick
10. All That Matters Now



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod