Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK DU BUSH  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Ben Harper
 

 Site Officiel (137)

Xavier RUDD - To Let (2002)
Par GEGERS le 8 Février 2014          Consultée 453 fois

Xavier RUDD n'est certainement pas le plus grand des joueurs de lap-steel, des joueurs de didgeridoo, ou le plus grand chanteur que la terre ait porté. Il existe, c'est évident, nombre d'artistes qui dépassent les compétences de l'Australien en la matière. Mais le bonhomme, fait rare, est un véritable artiste-monde, du genre de ceux qui tissent une toile, créent un univers, et forcent l'auditeur à trouver les clés pour y pénétrer, plutôt que de lui livrer un album pré-mâché, décodé, dénué de tout intérêt.

Découvrir Xavier RUDD, c'est dont faire l'effort d'entrer dans un monde ou les rythmiques tribales aborigènes côtoient le folk et le blues. Sur To Let, le jeune artiste met en place les codes et les caractéristiques qui vont former cet univers bariolé et excessivement riche. L'accès n'est pas des plus simples, puisque l'artiste accorde une importance particulière à la mise en place d'ambiances foisonnantes plus qu'au tissage de mélodies qui accrochent l'oreille. Sur "Conceal Me", ce sont 5 notes, jouées en boucle à la lap-steel, qui constituent l'ossature d'un titre sur lequel bruitages, sonorités électriques puis un didgeridoo viennent s'ajouter, pour former un ensemble à la fois lancinant et dansant, remarquable de précision et d'efficacité. Le liant entre tous ces éléments, c'est la voix claire de l'artiste, parfois mordante, parfois plaintive, qui ajoute à cette impression d'inédit et de nouveauté.

Certains titres bénéficient d'un minimaliste tel qu'ils donnent l'impression d'avoir été écrits pour quelque incantation dédiée aux Esprits animistes, à l'image de "Light the Shade", à laquelle les percussions tribales et la voix de Xavier donnent un visage "roots" résolument séduisant. Paradoxalement, l'artiste parvient à donner naissance à des titres folk très construits, qui se rapprochent de l'univers d'un Jack Johnson ou Ben Harper : "Where do we fit", ballade triste et désabusée, alterne accords majeurs et mineurs avec une réussite insolente, tandis que "Little Chief", ballade écrite par Xavier RUDD pour son fils, se déploie sur plus de 6 minutes, et bénéficie de l'apport d'un violoncelle et d'une voix féminine qui apportent un supplément d'émotion à ce petit chef-d'oeuvre. "9 times a day" offre le mariage le plus convaincant entre les facettes folk et tribales du musicien, qui parvient à mêler rythmique endiablée et mélodies électriques et acoustiques comme le ferait un artiste déjà accompli.

La reprise de "The wind cries Mary", tirée du répertoire de Jimmy Hendrix, donne pour sa part l'impression d'avoir affaire à un blues du bush séduisant. Le seul reproche à faire pourrait porter sur cette tendance, signe de jeunesse, à ne pas savoir doser les mélanges, et à ainsi déséquilibrer l'album en proposant de (trop) longs passages tribaux qui nuisent légèrement à la cohésion de l'ensemble. A cette exception près, To Let constitue néanmoins un véritable réussite d'un artiste en devenir, qui ne tardera pas à proposer bien mieux.

A lire aussi en WORLD MUSIC par GEGERS :


Alistair OGILVY
Leaves Sae Green (2012)
Ode à la tradition orale




Alan SIMON
Excalibur - Live à Brocéliande (2012)
Les déambulations de Merlin...


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



Non disponible


1. Introduction
2. Conceal Me
3. The 12th Of September
4. Where Do We Fit?
5. To Let
6. Light The Shade
7. Little Chief
8. One Short Story
9. Timber And Wood
10. 9 Times A Day
11. Things Meant To Be
12. Centeral Avenue
13. The Wind Cries Mary



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod