Recherche avancée       Liste groupes



      
KRAUTROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Klaus Schulze , Ashra, The Cosmic Jokers , Scorpions, Sergius Golowin , Walter Wegmüller

WALLENSTEIN - Blitzkrieg (1972)
Par WALTERSMOKE le 28 Mai 2014          Consultée 807 fois

Parfois, le nom d'un groupe peut plus ou moins renseigner sur la nature de la musique qu'il joue. Cela se voit de manière évidente chez des formations indus ou néo-folk(THROBBING GRISTLE, DEATH IN JUNE), mais aussi chez des mecs plus célèbres (LED ZEPPELIN). Ici, c'est Blitzkrieg qui nous intéresse. Une formation portant le nom d'une célèbre stratégie de guerre qui a fait ses preuves (demandez à la ligne Maginot). Formé en 1971 par le claviériste Jürgen Dollase, son line-up sera quelque peu fluctuant au départ, avant de compter de manière définitive le batteur Harald Großkopf, ainsi que le bassiste hollandais Jerry Berkers et le guitariste étasunien Bill Barone. Sauf qu'en fait, Blitzkrieg fera long feu, à cause d'un groupe homonyme, et surtout parce qu'en Allemagne, on ne s'est toujours pas remis de la dernière guerre. De facto, le quatuor opte pour WALLENSTEIN, en référence à un militaire de la guerre de Trente Ans.

WALLENSTEIN, donc, sort son premier album en 1972. Nommé Blitzkrieg, il permet de voir Dollase et les trois autres musiciens se jeter à corps perdus dans le krautrock. Les premières compositions du groupe seront-elles aussi violentes que son patronyme ? Non, clairement non, ce n'est pas sur ce terrain que joue WALLENSTEIN. En revanche, pour ce qui est d'interpréter un rock rythmé et prenant, on peut dire qu'il répond présent. Preuve en est avec le premier morceau, "Lunetic" : pendant près de 12 minutes, WALLENSTEIN enchaine les plans musicaux, laisse libre recours à une folie quasi-incontrôlée qui fait plaisir. Les claviers de Dollase, et en particulier le clavecin, font des merveilles, tandis que Großkopf trouve le parfait équilibre entre virtuosité et puissance. Du côté des grattes, Barone délivre des soli terribles, dignes de certains maitres de la six-cordes. Seul Berkers semble briller moins que les autres, ce qui n'empêche pas son jeu d'être efficace et précis.

Rien que pour "Lunatic", Blitzkrieg vaut d'être écouté. Mais ce n'est pas le seul morceau, et encore moins le seul qui mérite un coup d'oeil. "The Theme", qui complète la face A, est certes une occasion pour Dollase d'affirmer son leadership, mais les notes de piano et de mellotron enchainées ici sont très bonnes. C'est alors qu'arrive le principal couac de WALLENSTEIN, à savoir le chant. En plus de ses claviers, Dollase branche également un micro pour poser sa voix. Pour être franc, ce n'était pas un ajout indispensable. D'un autre côté, le chant ne passe pas mal, et à défaut d'être essentiel, il n'est pas gênant. Du reste, "The Theme" se place en morceau solide et efficace, même si moins dynamique que "Lunetic".
La face B de Blitzkrieg, totalement isomorphe sur la forme, baisse d'un cran le niveau du tout. En particulier, "The Manhattan Project", du nom du célèbre et triste projet de bombe nucléaire. De par son thème, la musique est plus sombre, certes, mais elle devient également moins prenante, et accroche moins l'oreille que "Lunetic". Ceci étant, pour un amateur de rock, "The Manhattan Project" est un numéro aussi solide que convainquant, pas de doute à ce propos. En revanche, et pour terminer l'album, "Audiences" déçoit clairement. Il s'agit d'une sorte de copier-coller des passages calmes de "The Theme", l'inventivité en moins et l'ennui en plus. Et toujours avec Dollase qui chante, ce qui accable le morceau.

Malgré ce dernier morceau assez fade au final qu'est "Audiences", WALLENSTEIN convainc bien avec son premier album. L'alchimie entre les membres, sans être idéale, est suffisamment forte pour faire des merveilles, c'est un fait. Et encore, elle n'est pas totalement dévoilée.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par WALTERSMOKE :


KING CRIMSON
Radical Action (to Unseat The Hold Of Monkey Mind) (2016)
Le Roi en version intégrale




YES
Progeny: Highlights From Seventy-two (2015)
AUX CHIOTTES YESSONGS !!!


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Jürgen Dollase (claviers)
- Harald Großkopf (batterie, percussions)
- Bill Barone (guitare)
- Jerry Berkers (basse)


1. Lunetic
2. The Theme
3. Manhattan Project
4. Audiences



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod