Recherche avancée       Liste groupes



      
POP PROGRESSIVE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Klaus Schulze , Ashra, The Cosmic Jokers , Scorpions, Sergius Golowin , Walter Wegmüller , Harald Grosskopf

WALLENSTEIN - No More Love (1977)
Par WALTERSMOKE le 3 Novembre 2014          Consultée 1182 fois

Ceux qui connaissent WALLENSTEIN divisent facilement la carrière de ce groupe. D'un côté, il y a la période krautrock, où le groupe sort quatre albums remarquables et relativement originaux, et de l'autre de sombres merdes pop. Ce constat amer, renforcé par le fait que seuls les albums sortis entre 1972 et 1975 aient été réédités en CD, doit toutefois être nuancé. En effet, entre ces deux catégories se trouve un album à la croisée des chemins, qui lorgne déjà vers la pop tout en gardant des racines prog/kraut : c'est No More Love.

La première chose à retenir de WALLENSTEIN en 1977, c'est son line-up dont le changement est radical. Si Jürgen Dollase garde le bassiste Jürgen Pluta, tous les autres sont débarqués. Cela ne pose pas de problème au batteur Harald Großkopf, qui après avoir croisé Klaus Schulze chez les Cosmic Jokers, jouera avec lui entre 1975 et 1978 avant de retrouver Manuel Göttsching chez Ashra en 1979, six ans après Starring Rosi. On peut en revanche pleurer Bill Barone, qui ira rejoindre le trop grand « cimetière » des guitar heroes. Quelques changements de personnel plus tard, donc, WALLENSTEIN change donc de musique, délaissant le rock symphonique (mais pas totalement), afin de simplifier son propos. La déception se fait menaçante, et ce malgré une pochette qui tue. Ô surprise, ce n'est pas avec No More Love que WALLENSTEIN commence sa chute, en fin de compte. Il s'agit en fait d'un honnête et très solide album de pop progressive, qui n'a pas marqué l'histoire de la musique, mais mérite une considération plus que minimale.

Avec un effort d'écoute, il serait de mauvais ton de déclarer un ennui à l'écoute de No More Love. Les musiciens, sans pour autant sublimer leurs jeux respectifs (sauf Dollase), assurent une musique solide et qui tient bien, ne devant sa faiblesse qu'à son vieillissement. Enfin, concédons que les synthés en intro du morceau-titre sont aussi incongrus que foirés, et que le guitariste Gerb Klocker nous rappelle que Barone manque.

En dehors de ça, donc, que du bon, sans pour autant aller plus haut. Si par exemple "I Can't Loose" dure un peu trop longtemps, il n'en reste pas moins un honnête morceau pop qui aurait pu avoir un petit succès en single. No More Love, le morceau, outre son intro dont j'ai déjà parlé plus haut, s'impose comme un mouvement progressif bien construit et qui coule tranquillement. Son seul malheur est d'être dépassé par "Backstreet Boys", qui enchaine ses sous-parties avec maestria, et mieux, où l'on se surprend à vraiment apprécier le chant de Dollase.

En cette année 1977 où le rock progressif et ses alliés sont terrassés par le punk, WALLENSTEIN se paie le luxe de garder la tête hors de l'eau. Il est vrai que le groupe aurait pu mieux faire, c'est vrai. Il manque ainsi du travail sur le caractère catchy de la musique (quitte à faire pop, autant y aller à fond), et la production n'est pas folle non plus. Manque de bol, plutôt que de continuer dans cette voie, WALLENSTEIN s'appliquera à faire de No More Love un chef-d'oeuvre en comparaison de ce qui allait suivre.

A lire aussi en POP par WALTERSMOKE :


Carly Rae JEPSEN
Emotion (2015)
Le Carly c'est bon, mangez-en




David BYRNE & ST.VINCENT
Love This Giant (2012)
A l'image des musiciens : beau et génial !


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Jürgen Dollase (claviers, chant)
- Jürgen Pluta (basse)
- Nicky Gebhard (batterie, percussions)
- Gerb Klocker (guitare)


1. Seventy-seven
2. Backstreet Boys
3. I Can't Loose
4. No More Love
5. Jo Jo
6. On A Eagle's Wing



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod