Recherche avancée       Liste groupes



      
KRAUTROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Klaus Schulze , Ashra, The Cosmic Jokers , Scorpions, Sergius Golowin , Walter Wegmüller , Harald Grosskopf

WALLENSTEIN - Mother Universe (1972)
Par WALTERSMOKE le 19 Juin 2014          Consultée 1940 fois

Il est des choses qui sont tout bonnement impardonnables en ce bas monde. Prenez par exemple le vin en cannette. Voilà bien un concept qui rendrait fou de rage bien des gastronomes, ou au moins des personnes dotées de bon sens. Franchement, qui cela exciterait-t-il de boire un Chablis conditionné et enfermé dans une membrane métallique, propice à des oxydations détruisant le précieux breuvage ? Personne, ou du moins personne de sensé. Le vin produit en masse, c'est tout à fait acceptable. Le vin anglais, pourquoi pas – il existe bien de bons groupes de rock français. Mais pas le vin en cannette.

De manière analogique, WALLENSTEIN est un groupe purement et simplement gâché. En effet, alors que le quatuor international déploie des talents d'instrumentistes remarquables, il a fallu que Jürgen Dollase et Jerry Berkers poussent la chansonnette. Autant dire qu'à côté d'eux, d'autres vocalistes du krautrock passent subitement pour bien plus supportables, un vrai miracle. Rien que pour ça, WALLENSTEIN n'a jamais pu et ne pourra jamais être considéré comme partie du top 20 des meilleurs groupes de rock allemands.
C'est dommage, dans le sens où il s'agit du seul vrai gros point faible du groupe, qui redouble d'ailleurs d'efforts pour sortir des albums. Il ne faut pas oublier que l'effervescence des années 70 est propice à la créativité prolifique, d'où le fait que WALLENSTEIN, entre autres, parvient à sortir tranquillement et normalement son deuxième album en 1972, soit quelques mois à peine après Blitzkrieg, son premier effort de guerre (hahaha). Dès le nom de l'album, à savoir Mother Universe, il est facile de percevoir les thématiques abordées par ici. Le psychédélisme, le cosmos, l'esprit qui divague sont le centre des attentions de Dollase & co – mais au détour d'un morceau, WALLENSTEIN ne se gêne pas pour critiquer la guerre du Vietnam ("Braintrain").

Les choses sérieuses commencent dès le premier morceau, longue procession progressive (musicalement parlant). La construction est remarquable, les climax émotionnels sont bien gérés... et puis il y a le chant. Alors là, c'est non. Avec un larynx, WALLENSTEIN parvient à foutre en l'air son ouverture, rien que ça. Mais chez WALLENSTEIN, on aime la difficulté. A l'autre bout du disque, "Golden Antenna" est une conclusion pertinente avec un jeu de percussions des plus fins, mais gâché par un Dollase n'ayant visiblement pas pris ses médocs. Quand on ne sait pas du tout chanter, trois solutions se présentent : on se tait, on engage un VRAI chanteur ou bien on s'entraîne.

Heureusement, ce n'est pas le cas sur tout l'album. Sur "Relics of the Past", le chant est plus supportable, sans doute à cause (ou grâce, plutôt) d'une musique calme et maîtrisée, bien que monotone. Plus tôt, le groupe frappe fort avec "Braintrain". Il doit certainement s'agir du meilleur morceau de l'album, et à son écoute, on devine aisément pourquoi. Bill Barone, qui avait déjà marqué les esprits sur Blitzkrieg, montre une fois de plus son talent, et transcende ce qui est au final un puissant morceau de hard rock, par la force de la guitare électrique. Encore que la domination n'est pas totale, Dollase cherchant à faire la compétition avec son orgue.

Avec Mother Universe, WALLENSTEIN montre à quel point il partait perdant en incluant du chant. Certains groupes avaient réussi à triompher sans brancher de micro ou presque (Cluster, Ash Ra Tempel dans ses bons jours...), et le quatuor de Dollase aurait pu siéger avec eux s'il avait coupé le bon fil d'alimentation. Cette chronique peut avoir l'air de s'apesantir sur un « détail », mais c'est bien un détail qui a son importance. Ceci étant, WALLENSTEIN se rattrapera dès l'album suivant, bonne nouvelle.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par WALTERSMOKE :


KING CRIMSON
A Young Person's Guide To King Crimson (1976)
Krautrock




NOVALIS
Vielleicht Bist Du Ein Clown (1978)
Un album loin d'être ridicule.


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Jürgen Dollase (claviers, chant)
- Harald Großkopf (batterie, percussions)
- Bill Barone (guitares)
- Jerry Berkers (basse, chant)


1. Mother Universe
2. Braintrain
3. Shakespearesque
4. Dedicated To Mystery Land
5. Relics Of Past
6. Golden Antenna



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod