Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL GOTHIQUE  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

1988 Danzig
1990 Danzig Ii: Lucifuge
1992 Danzig Iii : How The ...
1994 4p
1996 V : Blackacidevil
1999 6 : 66 Satan's Child
2002 I Luciferi
 

- Membre : The Misfits , Samhain, Black Flag, Ministry, Prong, Queens Of The Stone Age, Ozzy Osbourne , Social Distortion
 

 Site Officiel (269)

DANZIG - Thrall / Demonsweatlive (1993)
Par RED ONE le 19 Juin 2015          Consultée 946 fois

Glenn Danzig aime les objets discographiques compliqués, aux contours ambigus. Earth A.D./Wolfs Blood (1983), étrange LP posthume des MISFITS constitué de deux EPs mis bout à bout, témoignait déjà de ce désir de proposer des albums à plusieurs niveaux de lecture. Final Descent, l'ultime LP de SAMHAIN publié en 1990, continuait d'une certaine façon cette "tradition", avec toutefois moins de conviction. Thrall/Demonsweatlive, modeste EP sorti entre les albums Danzig III et Danzig 4, se place donc plus ou moins dans cette illustre lignée, et pousse même le concept dans ses retranchements les plus incongrus. Car oui, cet EP est en fait un assemblage de deux EPs différents, "Thrall" et "Demonsweatlive". Autrement dit, nous avons ici affaire à... un EP contenant des EPs. Bon, vous nous rétorquerez sûrement que la chose n'est pas si rare que ça.

Pourquoi séparer cet EP en deux ? C'est assez simple : la première partie est constituée d'inédits studio, et la deuxième partie de titres lives. Les trois premiers titres constituent ainsi la partie "Thrall", c'est à dire les 3 inédits. "It's Coming Down" se situe dans la veine des meilleurs titres de Danzig III, avec un son très doom, très angoissant, et une ambiance réellement oppressante. Cette chanson fera d'ailleurs parler d'elle en raison d'un clip très explicite, n'hésitant pas à montrer des images de torture génitale. Eh oui, on vous l'avait bien dit, Glenn Danzig est un gros pervers ! Cette sensation d'oppression lourde et sinistre se poursuit sur "The Violent Fire", autre pépite noire aux riffs réellement inquiétants. Le troisième inédit, "Trouble", est une sympathique reprise d'Elvis PRESLEY issue de la B.O. de King Creole (1958). Ce titre figurait déjà parmi les démos enregistrées par SAMHAIN durant l'année 1987, et devait initialement être inclus sur le premier DANZIG de 1988. La version démo de 1987 sera incorporée au début des années 2000 sur la réédition de Final Descent.

Bon, c'est déjà pas mal comme début. Passons ensuite à la partie live, "Demonsweatlive" - ce titre... - Pas de choses réellement nouvelles à en dire, on retrouve évidemment toute la rage punk de Glenn Danzig et la hargne de son groupe éponyme sur ces 4 titres de folie, qui témoignent admirablement du génie qui habitait le hurleur américain en ce début de décennie 1990. À ce titre, la sublime "Sistinas", surprenant moment popisant de Danzig III, se révèle très convaincante en live. Glenn et son groupe arrivent à merveille à restituer toute l'atmosphère rockabilly classieuse de ce titre très élégant. Du grand Glenn Danzig, incontestablement.
Bien évidemment, on aurait aimé un véritable album live plus complet. Mais Glenn n'allait pas tarder à se brouiller avec American Recordings dans les années qui suivirent la sortie de l'EP Thrall, et il faudra attendre 2001 avant d'avoir droit à un véritable LP live de DANZIG. La partie live de cet EP constitue néanmoins un superbe avant-goût, qui complète agréablement les sympathiques titres studios de la face Thrall.

Une petite surprise se cache néanmoins à la fin de Demonsweatlive : il s'agit bien évidemment de ce célèbre remix de "Mother", baptisé "Mother '93", que l'on ne découvre sur la version CD qu'en laissant tourner le disque jusqu'à la piste 93. Ah ah, pas mal le coup des pistes fantômes : si on les met les unes derrière les autres, on obtient une durée exacte de 6 minutes 66. Nan mais sérieux, Glenn, là t'abuses un peu quand même... Toujours est-il que c'est grâce à cette nouvelle version de ce tube monumental que DANZIG va connaître un succès commercial fulgurant durant l'année 1993. 5 ans après sa première édition sur Danzig I (1988), "Mother" fait alors un véritable carton sur MTV, et DANZIG devient la nouvelle coqueluche des radios américaines. L'EP se vend comme des petits pains, et relance dans la foulée les ventes du premier album de 1988, qui devient disque de platine. Franchement, qui aurait cru que Glenn Danzig et ses délires gothiques pervers accoucheraient un jour d'un colossal tube FM tel que "Mother" ? Pas vous, n'est-ce pas ? Que voulez vous, la vie est toujours pleine de surprises...

Malgré ses aspects un peu foutraques et fleurant bon le remplissage contractuel, Thrall/Demonsweatlive possède donc, pour des raisons historiques, une place de choix dans la discographie de Glenn Danzig. Néanmoins, même en faisant abstraction du phénomène "Mother" de 1993, cet EP se révèle être une petite pépite intéressante, qui se pose en complément idéal aux 4 albums studios sortis entre 1988 et 1994. Une sorte de "Danzig 3.5", en quelque sorte...

Un EP historique donc. C'est assez rare pour être souligné.

A lire aussi en HARD ROCK par RED ONE :


WHO CARES
Out Of My Mind / Holy Water (2011)
Iommi et Gillan réunis pour la bonne cause !




MPIRE OF EVIL
Crucified (2013)
Vous reprendrez bien un peu de Venom ?


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Glenn Danzig (chant)
- John Christ (guitare)
- Eerie Von (basse)
- Chuck Biscuits (batterie)


- thrall
1. It's Coming Down
2. The Violet Fire
3. Trouble

- demonsweatlive
1. Snakes Of Christ (live)
2. Am I Demon (live)
3. Sistinas (live)
4. Mother (live)
5. Mother '93



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod