Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1985 Stormchild
2006 Night Of White Rock
 

- Style : Scorpions
- Membre : Michael Schenker , Wolfpakk, Msg, Beggar's Jam
- Style + Membre : Bonfire, Phantom V, Rock Wolves
 

 Site Officiel (313)

MAD MAX - Thunder, Storm And Passion (2015)
Par GEGERS le 10 Septembre 2015          Consultée 1408 fois

On connait la rengaine. Lorsqu'un groupe propose un nouvel enregistrement de ses albums dits "classiques" (si tant est qu'il a la chance d'en compter dans sa discographie), c'est rarement pour le meilleur. Les cas sont légion, du Comeblack de Scorpions au Unplugged and Strung Up de Saxon, rares sont ceux qui se sont fait capables de revisiter leurs propres compositions de manière convaincante. Si le Scorpions Revisited d'Uli Jon Roth publié plus tôt dans l'année constitue un parfait contre-exemple, il en va de même pour ce nouvel opus de MAD MAX. Le groupe allemand, décidément plus actif que jamais depuis sa reformation en 2005, a en effet décidé de redonner une chance aux compositions tirés de ses albums publiés durant sa période Roadrunner (célèbre label ayant notamment hébergé Metallica, King Diamond ou Sepultura). Rollin' Thunder (1984), Stormchild (1985) et Night of Passion, sont en effet considérés à juste titre comme les trois albums fondateurs du "son" MAD MAX, et c'est avec un regard neuf que le groupe se retourne vers son passé sur cet album dont le nom Thunder, Storm and Passion combine le titre des trois opus précités et enregistré, cerise sur le gâteau, par les musiciens de l'époque.

C'est à parts égales que MAD MAX exhume ces pépites de son passé, 4 titres étant extraits de chacun de ses opus. Là où le groupe était déjà affûté et percutant, il se fait désormais heavy et sûr de lui. Au talent intact de Juergen Breforth, dont les soli de guitares retravaillés constituent un des intérêts majeurs de l'album ("Losin' You"), s'ajoute la voix toujours puissante de Michael Voss, qui semble comme transfiguré par ce travail de remise en valeur du patrimoine du groupe. C'est bien simple, le chanteur s'écorche et crie comme jamais, et se fait bien plus affûté que sur les précédents albums du groupe, les récents compris, et que sur les divers (et très nombreux) albums auxquels il a participé depuis le début de la décennie.

Tout en restant fidèle à la trame originelle des morceaux (un hard rock somme toute basique), MAD MAX donne une nouvelle vie à ces mid-tempos classieux que sont "Rollin' Thunder", "Night of Passion" ou le plombé "Never Say Never" qui, force est de le reconnaître, envoie aux oubliettes les compositions les plus récentes du groupe, malgré leurs qualités indéniables. Toutes griffes dehors, MAD MAX remet les pendules à l'heure avec le survolté "Stormchild", tiré de l'excellent album du même nom, que la double-pédale rapproche de ce qui pouvait se faire à l'époque en matière de speed-metal. La force des Allemands a néanmoins toujours résidé dans cette capacité à mêler énergie et mélodie, ce qu'ils parviennent à reproduire parfaitement, voire encore mieux, sur cette relecture bluffante. "Heroes Die Lonely", proche de la scène heavy metal, confirme que cet album de 1985 est sans doute le plus abouti du groupe, tandis que "Wait for the night", auxquels les claviers introductifs confèrent une touche de modernité, confirme que la fin des années 80 était décidément une période bénie pour les hard-rockeurs teutons. Seule accalmie dans ce déferlement de décibels, la power-ballad alambiquée "Thoughts of a Dying Man" se voit offrir une deuxième jeunesse, qui permet à ce titre un peu oublié de se transformer en un pivot de l'album. Une belle revanche.

Il serait facile de critiquer la démarche, ce qui serait totalement injustifié. Loin d'être en manque d'inspiration (le groupe a tout de même proposé 6 nouveaux albums et 1 EP ces 10 dernières années), MAD MAX se fait plaisir, et nous permet par la même occasion de nous replonger dans son répertoire. Car si le groupe, arrivé peut-être un peu tard sur la scène hard / heavy européenne, n'a jamais pu accéder à la première division du style, il n'en reste pas moins l'auteur de titres excellents et intemporels. Cet album en atteste, et constitue de surcroît une excellente porte d'entrée dans l'univers du groupe. 30 ans après avoir frôlé le succès, voici un groupe plus vivant que jamais.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


MAD MAX
Night Of White Rock (2006)
A la droite de dieu




WOLFPAKK
Wolves Reign (2017)
Le onze du mois.


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Michael Voss (chant, guitare)
- Jürgen Breforth (guitare)
- Thomas “hutch” Bauer (basse)
- Axel Kruse (batterie)


1. Fly Fly Away
2. Losing You
3. Rollin`thunder
4. Thoughts Of A Dying Man
5. Never Say Never
6. Lonely Is The Hunter
7. Stormchild
8. Heroes Die Lonely
9. Burning The Stage
10. Wait For The Night
11. Night Of Passion
12. Hearts On Fire



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod