Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Scorpions
- Membre : Michael Schenker , Wolfpakk, Msg, Beggar's Jam
- Style + Membre : Bonfire, Phantom V, Rock Wolves
 

 Site Officiel (267)

MAD MAX - Interceptor (2013)
Par GEGERS le 30 Octobre 2013          Consultée 1224 fois

Bon, on ne va pas faire tout un cas sur la pochette qui orne ce onzième album de MAD MAX. Oui, elle est moche. Voilà, c'est dit. Bien que conçue par Thomas Ewerhard (Avantasia, Edguy), qui a voulu créer un visuel en forme de clin d'oeil à la vision apocalyptique telle que décrite dans Mad Max (les films), elle est ratée, hideuse, tout ce que vous voulez. L’abcès crevé, nous pouvons ainsi nous pencher en toute quiétude sur le contenu de ce nouvel album du quartet allemand qui, alors que certains de ses pairs tendent à lever le pied et à proposer une musique plus calme, plus polissée, renforce au contraire son propos et radicalise son hard rock pour proposer un album pied au plancher, et raisonnablement jouissif du début à la fin.

Si Michael Voss est un compositeur fort compétent, lorsqu'il travaille avec Herman Rarebell, Michael Schenker ou Mark Sweeney, c'est bien lorsqu'il s'associe avec Juergen Breforth, la deuxième tête pensante de MAD MAX, qu'il se transcende. Car tout, sur cet opus, transpire le hard rock qui en veut et qui en a. L'inquiétante introduction de "Save Me", qui précède un riff énergique et des soli à tomber par terre, vient nous saisir d'entrée et donne le ton de l'album. Les guitares sont puissantes et enveloppent la section rythmique, elle-même fort compétente.

Le groupe alterne ainsi, tout au long de l'album, entre titre énergiques au tempo enlevés, et titres mid-tempo lourds, pesants, qui permettent à Michael Voss de donner de la voix, à l'image de "Show no mercy", titre consacré au massacre de Wounded Knee, réenregistrement d'un titre bonus de l'album Night of Passion. Le riff, si efficace qu'il semble couler de source de "Godzilla", titre inspiré par les pérégrinations japonaises de Michael au pays du soleil levant en tant que chanteur du Michael Schenker Group, vient confirmer la bonne forme du groupe allemand, tout comme "Streets of Tokyo" dont les paroles, oeuvre de Herman Rarebell, vantent les mérites de la cité nippone.

L'énergie brute de "Bring on the Night", titre assez léger qui rappelle l'album Welcome America, tire ainsi la bourre aux mastodontes au tempo moyen que sont "Revolution" (quel riff !) ou "Five minute warning" qui, sans être une ballade, joue néanmoins la carte de la mélodie, et apporte une touche moderne et une respiration bienvenue. Le morceau, qui reprend le thème post-apocalyptique de la pochette, se fait un des morceaux les plus délectables d'un album qui ne souffle pourtant d'aucune faiblesse.

Si l'impact immédiat d'Interceptor est quelque peu réduit par l'absence de surprise et de nouveauté dans la musique de MAD MAX, les écoutes multiples montrent que nous sommes bien en présence d'un groupe qui, loin d'accuser son âge, maîtrise son hard rock à la perfection et continue de nous abreuver de morceaux de très grande qualité. Après tout, que demander de plus ?

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


GOTTHARD
Feel What I Feel (2014)
Bang !




SCORPIONS
Lovedrive (1979)
Scorpions mkii lance un premier boulet de canon...


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Michaël Voss (chant, guitare)
- Jüergen Breforth (guitare)
- Axel Kruse (batterie)
- Roland Bergmann (basse)


1. Save Me
2. Godzilla
3. Sons Of Anarchy
4. Rock All Your Life
5. Five Minute Warning
6. Bring On The Night
7. Streets Of Tokyo
8. Show No Mercy
9. Revolution
10. Turn It Down



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod