Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Jimmy Barnes

COLD CHISEL - Breakfast At Sweethearts (1979)
Par ERWIN le 13 Février 2017          Consultée 211 fois

Quoi de plus naturel que de voir une bande de joyeux fêtards australiens au beau milieu d'un pub ? COLD CHISEL is in its fuckin place ! Assurément ! Les gars avaient pour habitude de traîner au Swweethearts... D'ailleurs la chanson "Plaza" est une autre réminiscence de bar où Don Walker décrit ses années de pianiste. Bref, on voit bien sur quel concept tourne ce deuxième album. Si vous n'aimez pas le rock, le vrai, changez donc la rondelle sur le mange disque les gars, le burin n'est certainement pas pour vous ! Bref, nous nous souvenons d'un premier album rock'n'roll en diable, et, croyez-moi, ce n'est pas prêt de changer !

Alors ça dépote, ça défrise dans tous les sens. On débute avec le premier single "Goodbye Astrid", qui fracasse sa race comme il faut. C'est festif et pas prise de tête pour un sou. On sent à quel point les mecs aiment jouer ce type de morceaux même si les sessions d'enregistrement ne furent pas à l'époque une grande partie de plaisir. Du même tonneau, "I'm gonna roll you" est un rock'n'roll bien fendard, on se rapproche carrément des potes de ROSE TATOO. Quel groupe tout de même ! L'île continent peut se vanter d'avoir de sacrés groupes de rock ! Avec "Conversations", un rock bien speedé sous amphétamines, on se croirait dans l'outback à conduire un train truck, très cool, et avec un super solo d'harmonica. Enfin, "Shipping steel" nous replonge dans le grand bain du hard rock, et Jimmy Barnes reprend aussitôt le pouvoir, la hargne du bad boy transcende ce très joli titre buriné, sans-doute le sommet de cette livraison.

Mais nous continuons avec le rock survitaminé de "The door", qui nous rappelle leurs camarades de MIDNIGHT OIL époque Place without a postcard en 81. Damned ! C'est donc le contraire ? C'est le groupe d'Adelaide qui a influencé celui de Sydney !?! Le son des grattes de Moginie et de Moss - quel solo !- y sont vraiment comparables. Le rythme plus mainstream de "Merry go round" est un peu typé AOR sur les entournures, mais reste bien pêchu. Tous ces titres speed donnent au burin froid l'image d'un groupe de scène bien méchant et agressif. Cela dit, on sait à quel point le groupe est versatile : le deuxième single "Breakfast at sweethearts" sur un rythme qui doit beaucoup au blues avec une pincée de reggae le prouve sans ambiguïté. C'est un peu cela l'Oz rock aussi, parfois indéfinissable et inclassable. Quant à "Showtime", nous tendons vers un funk smooth d'étrange extraction ! Le piano smooth de "Plaza" rend à nouveau pleinement justice au talent de vocaliste de Ian Moss, pour un titre déjà totalement à contre courant.

Bref, un deuxième opus qui suit les exactes traces du premier. De très jolis morceaux, plutôt originaux et parfaitement mémorisables, voyez donc la superbe "Shipping steel" ! Barnes est magisral de bout en bout et les musicos assurent. L'album sera un giga succès en Australie et positionne la carrière de nos piliers de comptoir au rang de grands espoirs de la rock music !

A lire aussi en ROCK par ERWIN :


Chris REA
King Of The Beach (2000)
Le roi de l'été




Dave STEWART
The Blackbird Diaries (2011)
An englishman in the us


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Conversations
2. Merrygo-round
3. Dresden
4. Goodbye
5. Plaza
6. Shipping Steel
7. I'm Gonna Roll Ya
8. Showtime
9. Breakfast At Sweethearts
10. The Door



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod