Recherche avancée       Liste groupes




Demandes non satisfaites :  1 ...<<...<... 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 ...>...>>... 81
Le délai entre votre enregistrement et la publication peut être assez long. Patience !
Seules les propositions d'albums parus il y a plus de six mois sont validées.
Toute proposition d'album paru il y a moins de six mois est mise en attente puis réétudiée une fois le délai écoulé.


Demandes satisfaites : 37 % (1895 demandes dont 693 qui ont abouti à une chronique)
Ce pourcentage ne tient pas compte des demandes pour lesquelles la chronique était déjà en cours d'écriture.



Le 12 Décembre 2020
Par ARTHOFZAFT
Chroniqueur souhaité
PEU IMPORTE

SENSER - ASYLUM - 1998

Ben à vous de voir... Il est moins connu que le premier album, qui déjà n'était pas un top des ventes, et je trouve que c'est dommage.



Le 05 Décembre 2020
Par HELHEIM
Chroniqueur souhaité
PAS DE PRéFéRENCE

AURORA AKSNES - INFECTIONS OF A DIFFERENT KIND (STEP 1) - 2018

Un petit côté Bjork, un côté petit Kate bush, beaucoup d'originalité je trouve de la part de cette artiste qui même très jeune possède un talent énorme. l'album de 2016 "All My Demons Greeting Me as a Friend" possède aussi de très bon morceau. Cette artiste mérite sa petite chronique sur FP, merci.



Le 05 Décembre 2020
Par LE MERLE MOQUEUR
Chroniqueur souhaité
DERWIJES

GEORGES VAN EPS - MY GUITAR - 1966

Je ne sais pas si le 7 porte bonheur.

Il aurait fallu le demander à GEORGES VAN EPS né le 7 aout 1913 dans le New Jersey puis décédé en 1998 dans ce bel état qu'est la Californie. 7, je ne vous dirais rien sur la date de naissance de ce guitariste que je viens de découvrir mais sur la guitare à 7 cordes qu'il a conçue en 1939 "La guitare était essentiellement une guitare électrique ordinaire avec une corde de basse supplémentaire, généralement accordée à A."
Mais rendons à Artur de Souza Nascimento, l'origine des 7 cordes qui peuvent être si on n'est point trop pointilleux l'apanage d'une guitare acoustique brésilienne.

Écoute sympathique, comme quoi les bons guitaristes de manquent pas... de nous procurer du bien-être.





Le 05/12/2020 par DERWIJES

Vous nous avez gâtés sur la boîte à demandes, il y a plein de bonne musique à découvrir ! Allez hop, dans ma liste d'albums à chroniquer !



Le 05 Décembre 2020
Par LE KINGBEE
Chroniqueur souhaité
DERWIJES

SABICA & JOE BECK - ROCK ENCOUNTER - 1970

Un mélange de Gros Sons de Jazz et de Flamenca. Du lourd!




Le 05/12/2020 par DERWIJES

Ah, celui-là je le connais ! Tu as raison, il mérite bien une petite chronique !



Le 05 Décembre 2020
Par ZECTON
Chroniqueur souhaité
Peu importe

EARTH WIND AND FIRE - ALL 'N ALL - 1977

Bonjour, serait-il possible de continuer les chroniques sur ce fabuleux groupe ?
Cet album est un incontournable, rien que pour le morceau "Fantasy" qui est monumental.
Mais il ne se résume pas qu'a lui, loin de là, regorgeant de titres grandioses, sa richesse instrumentale impose le respect, allez un petit effort, ce groupe le mérite.




Le 05 Décembre 2020
Par ERIC ZELLEAU
Chroniqueur souhaité
Peu importe

VENTURES - SURFING - 1963

Album intéressant des Ventures dans l'esprit "surf rock" qui est peut etre plus abouti que les precedent. Il contient 2 classique du groupe pipeline et surf rider le reste est pas moins interessant.



Le 05 Décembre 2020
Par MR G
Chroniqueur souhaité
Peu importe

THE TREATMENT - POWER UP - 2020

4 ème album de ce groupe trop méconnu dans nos contrées! Quel dommage pour ceux qui aiment le hard rock bluesy a la AC/DC! Cet album, comme les autres d' ailleurs est juste super bien foutu et entrainant a souhaits! A écouter d' urgence pour les amateurs de bon rock!



Le 05 Décembre 2020
Par YANN 77
Chroniqueur souhaité
WALTERSMOKE

KRAAN - SANDGLASS - 2020

Juste pour signaler et voir chroniquer cet album par Waltersmoke....



Le 05 Décembre 2020
Par LE MERLE MOQUEUR
Chroniqueur souhaité
SASKATCHEWAN

RODION SHEDRIN - PIANOS CONCERTOS NOS. 1-3 - 1996

Continuons avec les compositeurs russes. RODION CHEDRINE (1996 BMG classics 74321 36907 2)

Après avoir présenté IVANOVNA OUSTVOLSKAIA, sans écho malheureusement sur forces // alors que Dimitri CHOSTAKOVITCH ne tarissait pas d'éloges pour son élève et à juste raison, aujourd'hui après ALEXANDRE MOSSOLOV, j'aimerais présenter succintement un Sagittaire né à Moscou en 1932, RODION CHEDRINE dont l’épouse était nommée « La Diva de la danse »

RODION CHEDRINE à écrit la musique de différents ballets, dont les auteurs sont Tolstoi et Tchekov, je cite « Anna Karénine », « la Mouette », « la dame au petit chien » dans lesquels sa femme dansait.
Lui aussi fut président de l’Union des Compositeurs de Russie (fondateur le grand Dimitri) organisation libérale et ouvertes aux musiques expérimentales qui batailla dure contre l’Union des Compositeurs soviétiques beaucoup plus « orthodoxe », c’est le moins que l’on puisse dire. (voir les déboires de Mossolov)

J’aimerais vous présenter 3 concertos pour piano interprétés par le compositeur, brillant pianiste, que j’apprécie.

Le premier concerto est pour tout dire expansif et démontre d’une connaissance parfaite de thèmes empruntés au folklore russe. N’oublions pas que ce concerto vit le jour un an après la mort de Staline et qu’à cette époque les compositeurs russes n’avaient pas accès aux partitions d’un Stravinsky, Bartok ou Honggener. Ce concerto aujourd’hui ne suscite plus les polémiques et les critiques dont il fit l’objet dans ce monde sclérosé de l’après Staline en Russie.

Le deuxième concerto fait appel à une culture dodécaphonisme, le jazz il est aussi présent, nous sommes en 1966. Ce qui souleva des discussions houleuses avec un membre du ministère de culture (V. Koukharski) plus que conservateur. « Le dodécaphonisme était-ce un problème idéologique ou technique ? » Peu importe de nos jours ces débats, ce concerto est à mes oreilles, une œuvre de qualité.

Le troisième concerto, 1973, est une suite de 33 variations, c’est un clin d’œil à Beethoven et à Diabelli. Mais là une bonne écoute s’impose pour remette la main dessus car ces brisures musicales ne nous donneront l’idée des variations qu’a la fin du concerto. Il faut une oreille avertie que je suis loin d’avoir, mais là encore j’aime écouter cette œuvre.

CHEDRINE c’est aussi une adaptation réussie de l’œuvre de BIZET, qui s’intitule « Carmen suite »




Le 05 Décembre 2020
Par LE KINGBEE
Chroniqueur souhaité
DERWIJES

MEL BROWN - CHICKEN FAT - 1967

Le premier album du guitariste Mel Brown qui se fera plus tard connaitre dans le domaine du Blues. Un disque bien représentatif du catalogue Impulse. On y retrouve un autre guitariste Herb Ellis et Ronald Brown un bassiste exceptionnel.
Peut être que mon confrère sera tenté par cette tuerie. Ah ... le LP a bien évidemment été réédité en CD en 2004.





Le 05/12/2020 par DERWIJES

Je ne connais pas du tout, mais ta description donne envie !



Le 05 Décembre 2020
Par LE MERLE MOQUEUR
Chroniqueur souhaité
PEU IMPORTE

NEIL ARDLEY - A SYMPHONY OF AMARANTHS - 1972

L'amarante qui jouait un rôle primordial chez les aztèques l'employant pour leurs rituels religieux fut interdite par les conquistadors espagnols. Les jardiniers méso-américains durent subirent durant plusieurs siècles les foudres des colons. Elle a presque totalement disparu des plats mexicains mais on retrouve encore ses graines le jour des morts dans la confection de têtes de mort en sucre. Têtes de mort en sucre que les mexicains offrent à leurs défunts, c'est dans ce cas un travail de mémoire.

Ce travail travail de mémoire NEIL ARDLEY nous l'offre avec cette symphonie qui allie le jazz avec une grande connaissance de la musique dite classique. Pour qui est ce travail de mémoire avec ces fleurs que l'on veut immortelles ? NEIL ARDLEY nous livre les noms de ces deux immortels musiciens avec les notes DE et GE ; DUKE ELLINGTON et GIL EVANS. Deux géants du jazz qui ont constitué une somme de musique de jazz orchestrale monumentale mais / et de qualité.

"En tant que directeur musical, arrangeur résident et chef d'orchestre du New Jazz Orchestra (alias NJO), ARDLEY avait à sa disposition la crème de la crème des joueurs de jazz britanniques. Ce disque réuni des sommités du jazz britannique de l'époque"
A Symphony of Amaranths est le deuxième album d'une triologie dont les deux autres sont "The Greek Variations" suivi plus tard par "Kaleidoscope Of Rainbows"

En sucrerie nous avons aussi sur ce microsillon 1 poème dont l'auteur est Edward Lear avec pour narrateur Ivor Culter et 3 poèmes qui sont respectivement de JW.B Yeats, James Joyce et Lewis Caroll interprété par NORMA WINSTONE qui travailla avec NUCLEUS de IAN CARR

Un classique du jazz britannique qui eut vraiment ses "notes" de noblesse entre 1965 et 1975.






Le 05/12/2020 par DERWIJES

A ta description on dirait du Third Stream, mais en plus proche du classique "pur"...Ca m'intrigue, il va falloir le chroniquer pour en savoir plus



Le 05 Décembre 2020
Par LE MERLE MOQUEUR
Chroniqueur souhaité
DERWIJES

HOWARD ROBERTS - THE REAL HOWARD ROBERTS - 1977

Lui,

il commence à se dégourdir les doigts sur une guitare à partir de 8 ans, devient professionnel à 15 ans. Né en 1929 à Phoenix il ira en vadrouille à Los Angeles vers les années 1950 et va travailler avec Chico Hamilton et l'incontournable Barney Kessel. À partir des années 56 il sera essentiellement musicien de studio. Un boulot qu'il fera jusqu'en 70. Avec des musiciens de la Jazz West Coast on le retrouvera sur de nombreux enregistrements en tant que musicien de session avec des noms comme ceux de Art Pepper, Gerry Mulligan, Buddy De Franco et même Thelonious Monk. Sa participation sera volontiers demandée à Hollywood pour le cinéma et aussi pour des séries télévisées.
Je ne sais s'il avait une âme d'enseignant mais à la fin des années 60 il est plus souvent à donner des cours de guitare qu'à jouer avec tout le gratin cité plus haut. Il écrira des articles assez régulièrement pour des magazines musicaux et finira par fonder le "Guitar Institute of technology" après son décès en 1992 c'est sa femme qui continuera à faire vivre ce qu'il aura mis sur pied.

Pourquoi pas un ou deux disques de ce guitariste dans une bonne discothèque pour gens avertis et amoureux des cordes.





Le 05/12/2020 par DERWIJES

Je connais Mr. Roberts de nom, voilà une parfaite opportunité pour faire connaissance avec lui !



Le 05 Décembre 2020
Par FRANçOIS
Chroniqueur souhaité
JOVIAL OU JUAN

GONG - FLYING TEAPOT - 1973

Ah ben le voila le Gong qui me donne entièrement satisfaction quasiment de bout en bout là où je suis plus mitigé sur les autres ! Comme quoi, il faut être persévérant. Bizarrement, c'est celui qui n'est pas chroniqué sur ces pages. Une "erreur" à réparer.



Le 05 Décembre 2020
Par JEF DE LA LUNE
Chroniqueur souhaité
PEU IMPORTE

THE SLOW SHOW - LUST AND LEARN - 2019

C'est simple : j'écoute cet album tous les jours, parfois en boucle, en ce moment. Je ne sais pas comment vraiment décrire la musique pratiquée par ces Mancuniens. Disons que The Slow Show pratique une pop mélancolique et assez orchestrale avec un chanteur baryton qui évoque un Tom Waits qui a eu le cœur brisé. En tout cas c'est beau et réjouissant à entendre lorsque l'on se sent triste.



Le 11 Septembre 2020
Par JéRôME IS CHROME
Chroniqueur souhaité
SEIJITSU

MATMOS - PLASTIC ANNIVERSARY - 2019

Je suis étonné de l'absence de Matmos sur ce site pourtant bien pointu en musiques expérimentales. Ce duo de Baltimore est à mes yeux aussi important dans la scène IDM qu'Aphex Twin ou Autechre. Chacun de leurs albums apporte un nouveau concept amusant et instructif. Je propose celui de l'année dernière qui a entièrement été réalisé par des bruits de plastique (ex : percussions sur des bidons d'eau ; prothèses mammaires scratchées ; sacs effilochés) avec un résultat groovy et parfois même émouvant.




Demandes non satisfaites :  1 ...<<...<... 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 ...>...>>... 81






1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod