Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (7)
Questions / Réponses (2 / 5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Harmonia
- Membre : Neu!, Organisation, Karl Bartos , Klaus Dinger
 

 Site Officiel (1031)

KRAFTWERK - Trans Europa Express (1977)
Par SASKATCHEWAN le 4 Septembre 2011          Consultée 978 fois

Trans Europa Express. Ralf HÜTTER, Florian SCHNEIDER, Karl BARTOS et Wolfgang FLÜR qui posent songeurs, l’air de dire : « Tiens, et si on sortait un album d’électro magistral et inégalable ». Bonne idée.

Comme les grands albums contiennent toujours un morceau de bravoure, les petits gars de KRAFTWERK se sont fendus d’une suite « Trans Europa Express / Metal Auf Metall / Abzug », histoire de clarifier le sens de l’expression « rythmique implacable ». Personne ne résiste à cette voix vocodée qui assène ses « Trans ! Europa ! Express » comme des coups de marteau.

Ce qui est fascinant avec cet album, c’est l’équilibre que KRAFTWERK a su trouver entre ses influences pop et son éducation classique. Trans Europa Express est à la fois terriblement facile et diaboliquement construit. La première face se résume en fait à trois chansons pop que l’électronique se charge d’étoffer. Les claviers fantomatiques de HÜTTER tissent en ambiance inquiétante, renforcée par une voix traînante à peine filtrée (« Spiegelsaal »). La face B, plus rythmée, plus « techno » se conclut pourtant sur la reprise du thème d’« Europa Endlos ». « Endlos » (« infini »), c’est bien là le maître-mot de Trans Europa Express, conçu pour être écouté en boucle.

Ce disque est aussi l’occasion pour KRAFWTERK d’inaugurer sa première version internationale avec chant entièrement en anglais, qui est à bannir absolument. Sur Trans Europa Express, les rythmiques s’appuient autant sur la boîte à rythmes que sur la dynamique propre à la langue allemande. Ce ne sont pas tant les paroles qui sont importantes, mais le langage : sa structure, ses intonations, ses sonorités. Il suffit d’écouter « Schaufensterpuppen » dans sa version anglaise pour se rendre compte de ce que l’on perd en passant d’une langue à l’autre.

En 1977, après sept ans d’existence, KRAFTWERK trouve sur Trans Europa Express l’expression la plus aboutie de son style, et pose un jalon essentiel dans l’histoire de la musique électronique. Je pourrais encore en faire des tonnes sur la postérité de cet album, mais ce serait rendre un bien mauvais service à un groupe qui a su résumer sa musique en deux mots sur « Europa Endlos » : Eleganz und Dekadenz.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par SASKATCHEWAN :


NEBULO
Cardiac (2012)
IDM sans faux-pas




Dominik EULBERG
Roter Gitterling & Tintenfischpilz (2018)
Hommage aux champis.


Marquez et partagez





 
   MONSIEUR N

 
   ARP2600
   SASKATCHEWAN
   WALTERSMOKE

 
   (4 chroniques)



- Ralf Hutter (machines + voix)
- Florian Schneider (machines + voix)
- Karl Bartos (percussions)
- Wolfgang Flur ( percussions)


1. Europa Endlos
2. Spiegelsaal
3. Schaufensterpuppen
4. Trans Europa Express
5. Metall Auf Metall
6. Abzug
7. Franz Schubert
8. Endlos Endlos



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod