Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Tomorrow's Gift

NENA - Feuer Und Flamme (1985)
Par WALTERSMOKE le 29 Avril 2017          Consultée 220 fois

Le titre du troisième album du groupe NENA résume plus ou moins bien l'état des lieux en 1985. Feuer und Flamme, qu'on peut traduire par « tout feu tout flamme », illustre en effet la popularité de NENA dans son pays, avec deux albums qui ont atteint le sommet des charts et des singles qui cartonnent – bon, à l'étranger, on ne retient vraiment que "99 Luftballons". Le groupe a frappé fort et a battu le fer tant qu'il était encore chaud. La question à mille francs (on est en 1985) se pose tout naturellement, à savoir : cela va-t-il continuer longtemps ?

La réponse est a priori oui, avec le premier single tiré de l'album. "Irgendwie, irgendwo, irgendwann" est pour ainsi dire un nouveau tube dans la carrière de NENA. Rien que son refrain est imparable, une vraie cavalcade où les cinq musiciens sont en phase et offrent un air à se passer en boucle dans la tête toute la journée sans avoir mal au crâne. La quintessence de la musique pop, en somme. Les couplets ne sont pas en reste, sans compter les paroles positives sans être (trop) niaises.

Un bon départ que ne confirment pas les singles suivants, alors même que la musique reste à première vue toujours de qualité, tout en plongeant de plus en plus dans la pop dite classique. "Haus der drei Sonnen" joue aussi dans la cour des pépites pop, avec une mélodie encore plus marquante que "Irgendwie...", mais dotée d'un mordant rock. Oui, le guitariste Carlo Karges et le bassiste Jürgen Dehmel se font plaisir, avec l'aide de musiciens extérieurs, notamment aux cordes. Ensuite, la chanson est un poil longue (du moins en version album), certes, et la batterie peut encore donner des sueurs froides aux réfractaires aux années 80. En revanche, "Jung wie du" est clairement une chanson de son temps, en rien destinée à marquer dans le temps les esprits et sentant trop la pop ado juvénile mais (ici) pas convaincante.

Pendant ce temps, "Utopia" ouvre Feuer und Flamme sur une musique bien funky, et aux cuivres étincelants pour accompagner le chant de NENA – mais il faut avouer que ce n'est pas l'ouverture la plus impérissable du monde pour autant. Et plus loin, NENA déploie toute son énergie sur la chanson-titre, au refrain trop répétitif mais qui communique une positivité notable. Comme autre morceau notable, on peut citer "Gestern Nacht", aux accents tout aussi funky que "Utopia", mais en plus sombre et recherché (toutes proportions gardées). Du reste, il faut bien avouer que NENA a du mal à sortir de nouvelles chansons profondément marquantes. Des pistes comme "Ein Brief" ou "Das alte Lied" s'écoutent avec parfois un plaisir non caché, mais de là à les envisager comme incontournables ou inoubliables, c'est non.

Le troisième album de NENA est donc une semi-déception, comparé aux deux derniers albums. Si les meilleures chansons sont effectivement très bonnes, la qualité est moindre et moins homogène qu'auparavant. Est-ce que cela a eu un impact sur les ventes ? Niveau singles, oui. Mais l'album n'a eu aucun problème à se hisser à la deuxième place des charts allemands (et pas première à cause de ce foutu SPRINGSTEEN né en Amérique). C'est moins que Nena (l'album) et ?, mais qui pourrait s'en plaindre ? Cependant, la descente artistique menace...

PS : Il existe une version anglaise de tout l'album, nomm It's all in the Game. Ayant été échaudé par la compile 99 Luftballons (1984), je n'ai pas eu le courage de l'écouter. Tout ce que j'en sais, c'est que l'album ne s'est pas bien vendu, pour sa part.

A lire aussi en NEW-WAVE par WALTERSMOKE :


NENA
? (1984)
On n'arrête pas Nena




YELLO
Stella (1985)
Une apogée du kitsch


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Nena (chant)
- Carlo Karges (guitare)
- Jürgen Dehmel (basse)
- Jörn-uwe Fahrenkrog-petersen (claviers, choeurs)
- Rolf Brendel (batterie)
- +
- Reinhold Heil (arrangements des cuivres et cordes)
- Deutsche Opfer Berlin (cordes sur 2, 6 et 9)
- David Sanborn (saxophone sur 1 et 8)
- Frank Ricotti (percussions sur 7)
- Cosa Rosa (choeurs sur 1)
- Dalbello (choeurs sur 3 et 5)
- Ramesh B. Weeratunga (choeurs sur 3 et 7)
- Gale Robison (choeurs sur 6 et 7)
- Ron Randolph (choeurs sur 3 et 7)


1. Utopia
2. Haus Der Drei Sonnen
3. Jung Wie Du
4. Ein Brief
5. Feuer Und Flamme
6. Gestern Nacht
7. Das Alte Lied
8. Du Kennst Die Liebe Nicht
9. Es Wird Schon Weitergehen
10. Irgendwie, Irgendwo, Irgendwann



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod