Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Tomorrow's Gift

NENA - Wunder Gescheh'n (1989)
Par WALTERSMOKE le 6 Juillet 2017          Consultée 182 fois

1989, c'est l'année où NENA revient de loin en publiant Wunder Gescheh'n. Sans connaître le contexte, on se doute pourquoi : ça faisait 3 ans qu'on n'avait plus entendu sa voix ou vu un nouveau disque sortir (en dehors des sempiternelles compiles, bien sûr). Et donc, revoir son nom, et même son visage, par ailleurs fort beau? sur une pochette inédite, ça a de quoi faire plaisir. Sauf que si NENA revient de loin, c'est surtout par rapport à ce qu'elle a vécu depuis la sortie du terrible Eisbrecher (1986). Dans l'intimité, la chanteuse a traversé une épreuve particulière avec la naissance de son premier enfant, atteint de graves problèmes à cause d'un accouchement loin d'être idéal, et qui est malheureusement mort 11 mois plus tard. De plus, NENA a été enceinte de deux jumeaux lors de la composition de Wunder Gescheh'n, ce qui a eu fatalement un impact sur la composition de son premier effort solo – quand bien même elle n'est ici qu'interprète.

D'ordinaire, on aurait tendance à dire que la musique doit toujours prendre le pas sur les mots ou le contexte, sous peine d'aduler une daube musicale pour des raisons extra-musicales. Mais dans le cas de Wunder Gescheh'n, c'est impossible. La majeure partie des chansons du premier album solo de NENA est marquée par des paroles qui ne peuvent être rejetées sur le bas-côté. Que ce soit sur l'optimiste chanson-titre, l'épique "Hero" ou encore le sensible "La vie c'est la chance", aucun doute que NENA expie les joies et les peines éprouvées (c'est le mot) suite aux dernières années qu'elle vient de vivre. Et en soi, ce n'est pas une mauvaise chose, chacun est libre de trouver en tel ou tel domaine l'occasion de se libérer.

Ceci étant, et c'est sans doute malheureux à dire, mais même les meilleurs sentiments du monde ne peuvent créer la meilleure musique du monde. Et en ce sens, Wunder Gescheh'n, en dehors de son aspect salutaire et impossible à critiquer, reste un album de pop bien ficelé. Grâce à – entre autres – l'ancien compère Fahrenkrog, NENA parvient à concilier paroles émotives, musique de qualité et interprétation au diapason. La chanson-titre illustre clairement cette synergie [1], qui fait alors mouche, une bonne chose en guise d'introduction.

Mais la sauce ne prend pas à tous les coups. "Hero" est certes la première vraie chanson originale anglaise chantée par NENA depuis l'époque de son premier groupe (The Stripes), mais ce blues-pop ne convainc guère, surtout quand la chanteuse part dans les aigus. "La vie c'est la chance" se trouve pour sa part chantée en français, mais ce n'est pas tant l'accordéon un peu cliché qui gêne, plutôt les chœurs d'enfants. Bon, c'est personnel, mais j'ai vraiment envie de noyer un chaton en les entendant. Et puis par ailleurs, la chanson reste une ballade correcte avec surtout des paroles relativement bien écrites, d'un point de vue francophone. Par contre, l'ennui est bien prégnant sur "Abschied", un véritable blues qui ferme Wunder gescheh'n sur une fausse note.

Outre la chanson-titre, le meilleur de l'album se retrouve sur "Im Rausch der Liebe", l'une des chansons les plus rythmées ici, avec un refrain remarquable malgré une construction des plus banales. Dans un registre similaire, "Steht auf" est bien plus prenant, avec une instrumentation d'époque pourtant solide. "Schlaflied", un interlude assez mignon, tient relativement la route musicalement et annonce surtout la discographie parallèle de NENA, qui se plaira à sortir régulièrement des albums pour enfants [2].

Wunder gescheh'n est un album qu'on peut clairement saluer comme la renaissance de NENA, après une épreuve difficile. L'album est loin d'être parfait, et on est loin, en qualité comme en style, des années du groupe du même nom, mais tout de même, il est plaisant de voir que la chanteuse allemande en a encore sous la pédale, assez pour faire un bon album.

Note réelle : 3,5/5

[1] : chanson qui, hasard du calendrier, sera associée par plus d'un à la chute du mur de Berlin, Wunder Gescheh'n étant sorti en novembre 1989

[2] : et là, on se rend compte que Henri Dès n'a jamais été une star de la new-wave. Quelle tristesse !

A lire aussi en POP par WALTERSMOKE :


SAN CISCO
San Cisco (2012)
La réussite de la fin d'année 2012 !




Rose Elinor DOUGALL
Stellular (2017)
De la très belle pop


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Nena (chant)
- Jürgen Dehmel (basse, programming)
- Peter Weihe (guitares)
- Phil Carmen (guitares, claviers)
- Hendrick Jansson (guitares)
- Peter Keiser (basse)
- Heiri Känzig (contrebasse électrique)
- Walter Keiser (batterie)
- Per Lindval (batterie)
- Matin Kohler (batterie)
- Charli Perstappen (batterie)
- Jon Otis (percussions)
- Christoph Stiefel (claviers)
- Jens Kuphal (claviers)
- Hans Peter Brüggemann (accordéon)
- Markus Gabriel (harmonica)
- Thomas Fessler (mandoline)
- Robert Weber (arrangements des cordes)
- Attila Adamska (violon)
- Emilie Haundenschild (violon)
- Christoph Brenner (alto)
- Emeric Kostiak (violoncelle)
- Bo Katzmann (direction des choeurs d'enfants suisses)


1. Wunder Gescheh'n
2. Du Bist überall
3. Hero
4. Schlaflied
5. Weisses Schiff
6. Im Rausch Der Liebe
7. La Vie C'est La Chance
8. Keine Langeweile
9. Steht Auf
10. Abschied



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod