Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE INTERNATIONALE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Tomorrow's Gift

NENA - Eisbrecher (1986)
Par WALTERSMOKE le 3 Mai 2017          Consultée 320 fois

Au bout de trois albums, la chose est entendue : NENA est un groupe populaire qui jouit d'une notoriété certaine en Allemagne. Vu de l'extérieur, il semble que le groupe ait toutes les cartes en main pour continuer fièrement sa carrière. Sauf que NENA a déjà atteint son apogée et que le déclin arrive. Cela se ressent d'abord avec les singles issus de Feuer und Flamme (1985) qui, à l'exception de "Irgendwie, irgendwo, irgendwann", n'ont pas eu le succès escompté. Puis les concerts commencent à ramener de moins en moins de monde, et sur le plan plus personnel, le couple formé par la chanteuse Nena et le batteur Rolf Brendel bat de l'aile. Un contexte peu favorable poussant les membres du groupe à se remettre en question et à se rappeler la manière dont ils ont percé, quitte à partir dans un château italien avec Klaus Voorman, un membre éminent de la galaxie BEATLES, à la production.

Et donc, fin 1986 sort Eisbrecher. Quand on écoute le premier morceau, "Engel der Nacht", on ne peut qu'approuver et penser que Nena s'est ressaisi – quoique Feuer und Flamme n'était pas mauvais. La chanson, traitant au passage de la prostitution, est pêchue, dynamique et donnerait envie de chanter à tue-tête le refrain si l'on n'avait pas été embrigadé par l'Éducation Nationale qui nous a (presque) tous dit de faire espagnol LV2 en 4e (bouh !). Bref, un tel morceau, d'entrée de jeu, ça donne confiance.

Le problème, c'est que "Engel der Nacht", c'est comme ce type de plante qui pousse sur l'eau et fait croire à l'ingénu(e) qu'il y a un sol ferme en-dessous alors qu'en fait, c'est un marais poisseux qui attend la pauvre victime. Eisbrecher commence donc très bien, mais le reste est franchement en-deçà des espérances. TRÈS en-deçà. En fait de retour aux sources ou d'évolution positive, NENA verse dans ce qui peut s'apparenter à de la variété allemande. Le premier single issu de l'album, "Mondsong" (l'autre étant logiquement "Engel der Nacht"), en est un exemple flagrant. Il n'y a vraiment que la voix de Nena qui rend le tout à peine acceptable, et encore, tant la chanson est fade et inintéressante au possible. Et ce n'est pas la seule, oh non. "Tokyo" part dans un soft rock indigent, et "Jetzt bist du weg", racontant la séparation entre Nena et Brendel, annihile l'auditeur par sa platitude. Et même quand le guitariste Carlo Karges s'emballe, on se fait carrément chier ("Sonnenaufgang", "Ring frei").

Que peut-on sauver de Eisbrecher ? Il y a déjà "Engel der Nacht", qui était l'arbre cachant la forêt. On peut aussi se permettre d'être indulgent envers "Frei wie der Wind", bien typée « eighties » mais restant plaisant à écouter, et faisant office de petite oasis ici. Mais très franchement, ce n'est pas la chanson qu'on irait sauver, la bouée à la main, dans ce maëlstrom de médiocrité qu'est Eisbrecher. Et qu'on ne vienne pas accuser Voorman d'avoir salopé tout le travail, tout au plus a-t-il aggravé les choses, mais le problème de base vient bel et bien des compositions de Nena.

Le résultat est sans appel : Eisbrecher est un échec artistique. Mais pas que : il ne pointe qu'à une triste 45e place dans les charts, décrochant nettement par rapport aux précédents albums – même une compile avec des versions anglaises des tubes de NENA a fait mieux. Et même si ce n'est pas franchement dit, le groupe finit par exploser et voir ses membres se séparer. Une fin bien piteuse pour un groupe qui restera quand même l'une des formations les plus intéressantes d'outre-Rhin.

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par WALTERSMOKE :


Sara BAREILLES
Careful Confessions (2004)
Un début aussi prometteur que méconnu




Sara BAREILLES
Between The Lines : Live At The Fillmore (2008)
Sara en live, c'est génial !


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Nena (chant)
- Carlo Karges (guitare, harmonica)
- Jürgen Dehmel (basse)
- Jörn-uwe Fahrenkrog-petersen (piano)
- Rolf Brendel (batterie)


1. Engel Der Nacht
2. Mondsong
3. Frei Wie Der Wind
4. Schön Wär Es Doch
5. Tokyo
6. Jetzt Bist Du Weg
7. Sonnenaufgang
8. Ring Frei
9. Zusammen
10. Eisbrecher



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod