Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

1975 Horses
1976 Radio Ethiopia
1978 Easter
1979 Wave
2012 Banga

Patti SMITH - Easter (1978)
Par DERWIJES le 8 Octobre 2017          Consultée 275 fois

Radio Ethiopia fut l'album de la déception. Malgré tous les efforts et les attentes du groupe, leur travail fut reçu avec froideur et dédain aussi bien de la part du public que des critiques. Pis, Patti SMITH se cassa la figure durant un concert et se blessa méchamment au cou, et pour couronner le tout, le claviériste Richard Sohl tomba malade et, remplacé par Bruce Brody, ne put participer à l'enregistrement du troisième album du groupe.

Mais il en faut plus pour les décourager, et les voilà qui sortent en 1978 cet Easter qui fit grincer les dents des biens-pensants rien qu'à sa pochette (et encore, attendez qu'ils lisent la track-list!). Pour le PATTI SMITH GROUP, la troisième fois est la bonne. Ce coup-ci, les bonnes critiques pleuvent et le succès public tant désiré est enfin là !
Pour cela, le groupe peut remercier Bruce SPRINGSTEEN qui leur donna la clé du succès, le cultissime "Because the Night", superbe hymne à l'abandon sexuel, avec peut-être les plus belles paroles de l'histoire du rock : 'Desire is hunger / Is the fire I breathe'...Quarante ans après, c'est la chanson la plus connue de Patti SMITH, la seule que connaissent les radios, celle reprise aussi bien par Kim Wilde que par SONIC YOUTH, GARBAGE ou 10,000 MANIACS.

Alors oui, Easter est plus accessible que ses prédécesseurs. Mais cela ne veut pas dire que la musique en est moins bonne, au contraire. Si Patti SMITH est une si grande artiste, c'est parce qu'elle ne s'enferme pas dans un élitisme musical stérile et ne se trahit pas pour plaire au plus grand nombre. Fidèle à elle-même, ses poèmes reflètent toujours ses passions de toujours : Rimbaud et le christianisme -entre autres choses évidemment-, comme le prouve le titre-même de l'album et le deuxième single qui en est issu, "Privilege (Set Me Free)", qui contient un passage en spoken-word du Psaume 23 de l'Ancien Testament. Des références au christianisme qui sont aussi très présentes dans les images du livret.
Et à côté de cela, vous avez ce qui est pour moi la meilleure chanson de Patti SMITH : "Babelogue/Rock'n'Roll Nigger". Le morceau commence avec "Babelogue", poème iconoclaste en spoken-word qui embraye directement sur "Rock'n'Roll Nigger"...Et là, c'est la claque. Lenny Kaye délivre un riff incisif, Patti a une voix plus enragée que jamais, c'est brutal et génial, c'est à la fois primitif mais recherché. Après les Civil Rights mais avant le rap, utiliser le N-word relève du suicide artistique. Nous ne livrerons pas ici une analyse poussée de la chanson, mais je ne peux que vous renvoyer vers l'essai de Stephen Duncombe et Maxwell Tremblay, intitulé White Riot : Punk Rock and the Politics of Race, qui propose une piste de réflexion pertinente en la liant avec l'essai de Norman Mailer The White Negro. Alors...Qui a dit que succès commercial et musique intelligente n'allaient pas ensemble ?

Mais les trois chansons déjà citées ne devraient pas faire oublier le reste du disque. C'est sur Easter que l'on trouve la première chanson folk de Patti, "Ghost Dance". Envoûtante, elle préfigure le style qu'adoptera la poétesse du New-Jersey dans les années 90. Envoûtante, "Space Monkey" l'est aussi, seule chanson où Richard Sohl joue du clavier, avec ses côtés Allen Lanier de BLUE ÖYSTER CULT. Et puis, il y a la chanson d'ouverture qui met bien la patate et, en contrepoint, la très belle balade "We Three", injustement coincée dans l'ombre de "Because the Night" pour l'éternité.
Tout au plus, pourrait t-on passer les deux derniers morceaux. Je n'ai jamais réussi à accrocher au diptyque "25th Floor/High on Rebellion" que l'on dirait sorti directement de Radio Ethiopia, et Easter (la chanson) est une ballade lancinante qui n'est en soi pas trop mauvaise, quoique trop linéaire.

Après le choc Horses, l'hermétique Radio Ethiopia, et avant le plus pop Waves, voilà Easter. C'est l'album de l’éphémère, celui où le groupe a réussi à synthétiser sa vision artistique en un succès critique et commercial, avant le changement de cap à venir. De par cela, c'est peut-être l'album le plus abouti de la première période de Patti SMITH et, en un sens, son meilleur.

A lire aussi en PUNK-ROCK par DERWIJES :


Patti SMITH
Horses (1975)
Just kids




Patti SMITH
Radio Ethiopia (1976)
Le pied à l'étrier


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- Patti Smith (chant, guitare)
- Lenny Kaye (guitare, basse, chant)
- Jay Dee Daugherty (batterie, percussions)
- Ivan Kral (basse, guitare, chant)
- Bruce Brody (piano)


1. Till Victory
2. Space Monkey
3. Because The Night
4. Ghost Dance
5. Babelogue / Rock'n'roll Nigger
6. Privilege (set Me Free)
7. We Three
8. 25th Floor
9. High On Rebellion
10. Easter



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod