Recherche avancée       Liste groupes



      
POP AMéRICAINE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Foo Fighters, Jane's Addiction, Deconstruction

Alanis MORISSETTE - Havoc And Bright Lights (2012)
Par MARCO STIVELL le 17 Novembre 2017          Consultée 132 fois

Qu'est-ce qu'Alanis MORISSETTE a voulu faire avec ce disque ? Revenir déjà, pour sûr, après cinq bonnes années d'absence. Elle en a profité pour quitter Maverick Records et s'est installée chez Collective Sounds/Sony, Guy Sigsworth reprend les manettes en compagnie cette fois de Joe Chiccarelli. Deux producteurs, pour la première fois !

Le premier single choisi est "Guardian", morceau tendre dans la lignée des ballades d'Alanis et accompagné d'un clip où elle devient un ange au sens propre. On est dans l'ambiance d'Under Rug Swept avec un petit riff mordant sympa, beaucoup de piano et de claviers surtout, ce qui augure d'un changement important pour le nouveau disque, Havoc and Bright Lights. Néanmoins, le tube manque son coup puisque ce premier single est le succès le plus faible de la chanteuse depuis avant la sortie de Jagged Little Pill (1995).

Dans la même lignée de chanson tendre au son ample, il y a "Receive", directement. Ensuite, on a "Lens", avec son arrangement de cordes qui la rapproche de la country, et des sons de guitare étranges en fond. Aussitôt, "Spiral" vient nous reprendre avec son énergie pop toute californienne, très bien écrite et tout en présentant à merveille le nouveau grain de voix d'Alanis, proche de la quarantaine d'années à présent.

Un morceau merveilleux, "Havoc" (dégâts, dommages) nous l'offre à nouveau sur un plateau d'argent, et dans le domaine folk intimiste qui l'a partiellement fait connaître. Au piano plus qu'à la guitare, décidément, dame MORISSETTE révèle sa maturité acquise avec le temps, se dédouble généreusement même si c'est pour chanter à l'unisson, en chœur pour elle-même. Les synthétiseurs s'accordent à la féérie de l'instant, on entend des clarinettes, une caisse claire qui vient donner un semblant de marche militaire... Waouh !

On note quelques nouveautés. " 'Til You", slow vaporeux hanté par l'orgue Hammond, plutôt variété mais sympathique. "Empathy", encore très axé sur le piano (belles descentes en fin de refrains !), autre exemple de pop aérienne bien faite menée sur un tempo folk-groovy inhabituel pour Alanis, et une mélodie où elle s'amuse à passer en falsetto. "Win and Win", plus délicate, utilise une boîte à rythmes mais demeure très belle, c'est du petit lait ! "Edge of Evolution", enfin, propose des ruptures sautillantes intéressantes et bien placées, tandis que les claviers se promènent au milieu de l'ensemble. Un titre conclusif différent d'avant, et pour le meilleur !

Havoc and Bright Lights a été critiqué pour deux aspects : les textes de la dame, plus simplistes que d'ordinaire, et la production qui l'alourdit. Personnellement, je préfère pointer du doigt une poignée de titres qui dépareillent, au vu de leur niveau de qualité moins évident ou leur caractère hors-sujet. "Woman Down" est par exemple une tentative d'électro-pop à la LADY GAGA (nous sommes dans les années 2010), pour les couplets en tout cas quand les refrains sonnent plus alternatifs, mais qui se sent bien seule.

Les guitares, quoique bien jouées la plupart du temps, ne sont pas à l'honneur contrairement aux claviers. Du coup, des morceaux comme "Numb" et "Celebrity" (seul moment orientalisant) donnent le sentiment d'être là "parce qu'il fallait plus de dix chansons". Le premier propose cependant une partition de violon inattendue qui constitue son intérêt réel. Ce sont des disparités qui abaissent la qualité de l'album un peu plus que d'ordinaire, hélas car après tout, Havoc and Bright Lights, ensemble de bric et de broc autant que de grands moyens, est à l'image de sa pochette, avenant ! Love you, Alanis.

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


Eliza DOOLITTLE
Eliza Doolittle (2010)
La petite Eliza débarque enfin en france !




Emilie SIMON
Franky Knight (2011)
Encore une perle


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Alanis Morissette (chant)
- Guy Sigsworth, Joe Chiccarelli (claviers, programmations)
- Zac Rae, Jeff Babko (claviers)
- Lyle Workman (guitare électrique)
- Mike Daly (guitare acoustique)
- Chris Elms, Tim Pierce (guitares)
- Paul Bushnell, Sean Hurley (basse)
- Matt Chamberlain (batterie)
- Victor Indrizzo (batterie, percussions)
- Lili Haydn (violon)


1. Guardian
2. Woman Down
3. 'til You
4. Celebrity
5. Empathy
6. Lens
7. Spiral
8. Numb
9. Havoc
10. Win And Win
11. Receive
12. Edge Of Evolution



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod