Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-ROCK-FOLK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Foo Fighters, Jane's Addiction, Deconstruction

Alanis MORISSETTE - Jagged Little Pill (1995)
Par MARCO STIVELL le 2 Septembre 2016          Consultée 2085 fois

Alanis MORISSETTE, enfin. Jagged Little Pill. On parle d'un monument musical, un disque à renommée internationale qui incarne l'esprit des années 90 dans ce qu'il a de meilleur. Le chemin est long pour y arriver. Alanis part d'Ottawa, elle tente sa chance à Toronto puis à Nashville, exactement comme sa compatriote Shania TWAIN. Le parallèle est intéressant, car les deux jeunes femmes cartonnent en même temps en cette année 95 et en Amérique du Nord, USA et Canada. En plus, chacune doit une grande partie de son succès à un alter-ego masculin...

Alanis repart de Nashville et va s'installer à Los Angeles, où elle se démène pour la provoquer, cette rencontre décisive. Parmi la ribambelle de producteurs, c'est Glen Ballard qui la remarque et l'enregistre chez lui, tout bonnement. Un monsieur multi-instrumentiste qui a gagné ses galons au sein de l'équipe de Michael JACKSON, dont il a co-écrit et arrangé des chansons au moment de Bad (1987) et Dangerous (1991).

Aurait-il pu faire d'Alanis une star de la funk, en sachant qu'elle vient de la pop à synthés/dance music des débuts ? Peut-être, mais ce n'est pas ce qu'Alanis veut. Ce qu'elle veut vraiment, elle le dit elle-même, "all I really want"... Un harmonica blues rudimentaire qu'elle joue sur une guitare bien grasse, des batteries et basses programmées. Loin de la froideur des 80's, c'est une flamme grungy (les oreilles des jeunes auditeurs grésillent encore, remplies des PIXIES, PEARL JAM, SMASHING PUMPKINS, NIRVANA...), mêlée à une part d'électronique. C'est efficace, ensoleillé...

Ballard et MORISSETTE constitue un duo d'une alchimie sans faille. Ils enregistrent "Perfect" en voix-guitare et en 20 minutes ; sur "You Oughta Know", ils font venir Flea et Dave Navarro, bassiste et guitariste de RED HOT CHILI PEPPERS. Le titre, premier single choisi, se démarque par son côté funky et rock alternatif rentre-dedans : la petite Canadienne de 21 ans a clairement progressé depuis ses premiers albums, auxquels on pense vaguement.

Le grand public, lui, découvre Alanis avec ce morceau explosif, sa verve et son timbre vocal très particulier. Elle s'adresse à son ex qui s'est recasé, de façon véhémente ("Sait-elle que tu disais vouloir me garder jusqu'à la mort ? Mais tu es toujours vivant !", "Chaque fois que je griffe le dos d'un mec, j'espère que tu le sens !"). Voilà ce que des DJ's américains puis la chaîne MTV diffusent en boucle pour permettre à l'album et à la chanteuse de tirer six coups (les autres sont "All I Really Want", "Hand in My Pocket", "You Learn", "Head Over Feat" et "Ironic").

Et cette voix, accent ouvertement américain et caractère écorché vif, qui ne plait définitivement pas à tout le monde... Mais on parle bien d'une des meilleures chanteuses pop au monde. Alanis est tour à tour sorcière comme sur "You Oughta Know" et "All I Really Want" (le premier morceau écrit avec Ballard, où elle parle de ses frustrations) et douce folkeuse, façon grande soeur protectrice, comme sur le début et la fin de "Perfect", ou les couplets d'"Ironic", son plus grand tube. C'est une ballade placée au milieu de nombreuses autres ici, mais il est difficile d'en trouver une plus mémorable : elle est parfaite.

Le texte y décrit des situations tout sauf ironiques (un vieil homme mort juste après avoir gagné au loto, un condamné à mort gracié deux minutes trop tard), et Alanis devra se justifier d'un abus de langage, mais qu'elle assume totalement. La controverse médiatique en devient purement ironique, du coup. Voilà quel est, en dehors d'un disque purement excellent (paru chez Maverick, le label de MADONNA), son impact sur le pop-rock et l'image de la femme en musique : des textes intelligents et une voix unique, une source d'inspiration. Ce ne sont pas SHAKIRA, Katy PERRY etc qui diront le contraire !

Alanis, pourtant fille discrète et introvertie, semble complètement délurée, à fleur de peau. Son style touffu et sec rend parfois l'approche difficile comme sur "Forgiven" (une critique de l'éducation catholique sur les jeunes femmes) où elle chante haut presque tout le long. Une vraie "jagged little pill" ("dure à avaler") comme elle le dit sur "You Learn", ainsi qu'un vers totalement libéré et anti-puritain : "Rien ne vaut de s'balader toute nue à travers le salon". Fichtre !

Au début de cette chanson et sur le pont d'"Ironic", la production donne à sa voix un côté envoûtant, presque shamanique. Ballard fait un sacré boulot, et le disque, même dans une veine alternative, conserve l'ambiance côte ouest, la touche "feel good" qui fait la force de la pop des années 90.

Ecoutez encore "Hand in My Pocket" et sa nappe d'orgue, les lumineux "Wake Up" et "Head Over Feet" émanant d'une Alanis plus sentimentale, les rock grungy, lourds et lents de "Not the Doctor" et "Right Through You". Sans oublier bien sûr l'empreinte acoustique, le superbe "Mary Jane", les accords feux de camp sur la plage et soleil couchant... La nostalgie envahit l'auditeur en mal de ces ambiances, de séries TV ados, naïves et dépourvues d'idées fantasy/SF.

Pas un seul temps mort sur ce disque, que du bonheur mais il faut le mériter (et croyez-le ou non, pour moi non plus à la base, c'était pas gagné !). Petit à petit, en Amérique et dans le monde entier, Jagged Little Pill atteint 33 millions d'exemplaires vendus. Le plus beau score de l'Histoire pour une musicienne, détrôné peu de temps après et seulement par... Shania TWAIN !

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


Joe JACKSON
Two Rainy Nights: Live In Seattle & Portland (2001)
Un live glorieux, sous le signe Night and Day




Joe JACKSON
Beat Crazy (1980)
Dans la lignée des précédents


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Alanis Morissette (chant, harmonica)
- Glen Ballard (guitares, claviers, programmations, production)
- Basil Fung, Joel Shearer, Michael Landau (guitares)
- Lance Morrison (basse)
- Michael Thompson, Benmont Tench (orgue)
- Matt Laug (batterie)
- Rob Ladd (batterie, percussions)
- Gota Yashiki (samples sur 2)
- Flea (basse sur 2)
- Dave Navarro (guitares sur 2)


1. All I Really Want
2. You Oughta Know
3. Perfect
4. Hand In My Pocket
5. Right Through You
6. Forgiven
7. You Learn
8. Head Over Feet
9. Mary Jane
10. Ironic
11. Not The Doctor
12. Wake Up



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod