Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Foo Fighters, Jane's Addiction, Deconstruction

Alanis MORISSETTE - Now Is The Time (1992)
Par MARCO STIVELL le 2 Août 2016          Consultée 1232 fois

Le deuxième album d'Alanis pas encore MORISSETTE, Now Is the Time, permet à la Canadienne de poursuivre sur sa lancée, après un accueil pour le moins favorable. La demoiselle au joli minois et à la voix surpuissante doit néanmoins attendre un peu avant de cesser d'être comparée systématiquement à ses consoeurs, TIFFANY, Debbie GIBSON, filles spirituelles de MADONNA.

Elle et son producteur Leslie Howe tentent une autre approche, cherchent à rendre l'univers de la belle plus sérieux, sans pour autant sortir de l'esprit dance-pop du premier opus. Dès le début d'ailleurs, on retrouve les tics de celui-ci, les grosses boîtes à rythmes et bruitages électroniques façon hip-hop, des choeurs imposants et un ton incisif. Néanmoins, ce sont surtout les oreilles qui grincent. Il y a certes des bonnes idées, mais un tel traitement est vraiment difficile à apprécier, ça sonne lourd et creux à la fois, comme si tout devait passer par la puissance sonore.

Idem pour le single numéro 1, "An Emotion Away", dans lequel on peut entendre un semblant de mélodies et quelques lichettes de guitare électrique sympa, comme ça pouvait être le cas sur "Too Hot", le tube porteur du premier album. À noter que ces quelques chansons, ainsi qu'une ou deux autres prélevées sur ces deux albums, seront utilisées pour bande-son du film ado Anything for Love (Michael Keusch, 1993), dans lequel Alanis apparaît même. Cependant, avec "Can't Deny", elle parvient à marcher de plus belle sur les pieds de la Madonne, et sans trop de mal cette fois !

Il faut attendre les morceaux suivants pour entendre des choses différentes. La ballade "No Apologies" est choisie pour autre single. Là, on se rapproche davantage de Whitney HOUSTON, Mariah CAREY. Un slow dans la bonne tradition, avec le son de début 90's, mais qui nous rappelle que les années 80 ne sont pas loin derrière. Ce sera d'ailleurs le cas encore, pour de nombreux efforts similaires d'autres artistes et pour le reste de la décennie. La preuve avec "(Change Is) Never a Waste of Time" et son piano électronique très caractéristique des années en question.

C'est joli, sans être transcendant. Comme si, une fois de plus, Alanis MORISSETTE, 18 ans à peine, était contrainte de suivre les choix de la production. Dans un registre calme, elle brille nettement plus sur "When We Meet Again", l'une des deux plus belles réussites de l'album d'un point de vue composition déjà, et sur laquelle on peut entendre la chanteuse faire preuve de la maturité qu'on lui connaîtra par la suite. De quoi tomber amoureux d'elle.

L'autre meilleur titre, de loin, c'est "The Time of Your Life", un blues-rock qui baigne dans les sonorités d'époque lui aussi, misant sur un effet torride qui sied fort bien à la demoiselle. Les paroles ont toujours ce côté propre à l'adolescence, les garçons, les relations éphémères et les sentiments mitigés qui ne sauraient enlever le côté "feel-good" de l'ensemble. Ce qui est bienvenu aussi, ce sont quelques changements dans l'instrumentation, un peu plus de guitare sur l'ensemble, du saxophone sur le dernier titre et de la trompette sur l'avant-dernier.

Now is the Time est clairement meilleur que le premier disque, même si ce n'est pas flagrant, à cause de titres comme "Real World" qui alourdissent l'opus dès le départ. À l'inverse, on trouve deux ou trois bonnes surprises, "Can't Deny", "When We Meet Again" et "The Time of Your Life". Cette petite Alanis est décidément bien prometteuse, même si l'album n'obtient aucun succès.

La période marquée par la production de Leslie Howe reste méconnue de nos jours, car pour reconstruire l'image de la demoiselle, elle est effacée pour de vrai, MCA ayant pour directive de ne point rééditer les deux disques. Alanis est la première à les assumer, mais dès 1995 et la sortie de Jagged Little Pill, elle-même a conscience du chemin qu'elle a réalisé. C'est qu'il y a le déménagement en Californie, la rencontre avec le producteur Glen Ballard et autant de hasards (vous avez dit hasards ?) qui conduisent peu à peu miss MORISSETTE à devenir une superstar.

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


Demis ROUSSOS
Fire And Ice (1971)
Premier album solo, entre pop et prog




Michel DELPECH
Pour Un Flirt (1971)
A la française.


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Real World
2. An Emotion Away
3. Rain
4. The Time Of Your Life
5. No Apologies
6. Can't Deny
7. When We Meet Again
8. Give What You Got
9. (change Is) Never A Waste Of Time
10. Big Bad Love



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod