Recherche avancée       Liste groupes



      
SPACE POP/FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Pink Floyd, Coast, Children In Paradise, Steeleye Span, Iona, Karnataka, Mermaid Kiss, The Reasoning , Panic Room

MOSTLY AUTUMN - Sight Of Day (2017)
Par MARCO STIVELL le 11 Février 2018          Consultée 451 fois

Le problème de MOSTLY AUTUMN, c'est cette notion de "toujours pareil". Problème parce que c'est à la fois positif et négatif : on retrouve les éléments qu'on aime, mais d'un autre côté, on les retrouve un peu trop et présentés d'une façon routinière.

Beaucoup de changements n'ont pas lieu sur Sight of Day, à commencer par l'effectif similaire à celui de Dressed in Voices (2014), à un membre près. 2017 reste une année triste pour la bande à Josh, hors du groupe qui perd un de ses membres fondateurs : Liam Davison, décédé brusquement en novembre. Il avait été remplacé il y a quatre ans par un autre "ancien", Chris Johnson.

L'écoute de Sight of Day plonge l'auditeur en apesanteur avec le discours space-rock habituel, les belles paroles tendres et passionnées de plus en plus ouvertes au monde (ici aux Amérindiens notamment) et qui pourrait à ce jour être beaucoup plus enthousiasmant pour un néophyte. Mais pour nous qui avons connu les débuts de MOSTLY AUTUMN, c'est un plaisir modéré, on retrouve une ambiance qu'on a aimé, sans surprise.

On aimerait tellement que Josh, Jennings et les autres reviennent à davantage de dynamique, de variations dans leurs thématiques musicales, de grands arpèges aux guitares 12 cordes, de fiddles et de cornemuses virevoltants, pas seulement employés de manière symphonique pour orner de jolies ballades... Parce que ça, de jolies ballades, on n'en manque pas. Le disque en est truffé dans sa première partie, et il y a le final de "Raindown" ; tout cela au contraire de "Helms Deep", "Winter Mountain" et j'en passe, à une époque où chaque morceau avait sa propre ambiance...

C'est beau, c'est doux, mais un peu comme le trajet quotidien pour aller au travail et dépourvu d'embouteillages, si il n'y a rien de choquant ni d'énervant, il manque clairement la passion, l'étincelle. Le premier titre, "Sight of Day", apporte un brin d'espoir, mais on connait bien ça aussi. "The Man Without a Name" voit Josh officier dans son registre blues le plus cher, sans dépareiller du son d'ensemble, et c'est toujours chouette.

La plupart du temps, lui et Olivia Sparnenn chantent avec l'image du beau couple durable qu'ils constituent, en donnant un l'impression que MOSTLY AUTUMN est un groupe familial, pour couples aisés, un groupe sage, trop. Les copains, gardez cette étiquette si vous voulez, mais s'il te plait Bryan, balance donc un bon gros riff de temps en temps et pousse un peu la voix splendide de ta chère et tendre Livvy dans ses retranchements et un registre plus nerveux, comme tu l'avais fait pour Heather avec "Never the Rainbow" ! Aussi, n'ayez pas peur de refaire des instrumentaux...

Les rares moments où on se sent interpellé sont justement ceux où le son varie un peu, comme sur le pavé "Native Spirit", dix minutes au compteur, avec une intro "à l'ancienne", et un riff qui change un peu, enfin ! Un bon et qui fait du bien par où il passe. Les parties orchestrales de "Tomorrow Dies" ont aussi ce grain de folie, ce quelque chose en plus qui nous prend aux tripes. Le seul morceau que Jennings écrit, même si c'est en partie avec Josh, CQFD. Et puis il y a la mélodie celtique du titre final, l'une des rares occasions d'entendre cette pauvre Angela Gordon qui n'est que trop confinée à une position ultra-secondaire.

MOSTLY AUTUMN est-il un groupe condamné à tourner sur lui-même au rythme de sa production toujours régulière et sans parvenir à un niveau de disques excellents, voir de chefs-d'oeuvre comme avant ? Seule la suite nous le dira, parce que malgré tout, nous aussi on sera là...

A lire aussi en ROCK par MARCO STIVELL :


Johnny HALLYDAY
Que Je T'aime (palais Des Sports 69) (1969)
Le fameux "show de l'an 2000"




LITTLE STEVEN
Born Again Savage (1999)
Springsteen, U2 et Led Zep en trio... ou presque !


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Bryan Josh (chant, guitares, claviers)
- Olivia Sparnenn-josh (chant, tambourin, claviers)
- Iain Jennings (orgue hammond, claviers)
- Angela Gordon (flûtes, whistle, choeurs)
- Chris Johnson (chant, guitares, claviers, tambourin)
- Andy Smith (basse)
- Alex Cromarty (batterie, percussions)
- Anna Phoebe (violon)
- Troy Donockley (uilleann pipes, low whistle)


1. Sight Of Day
2. Once Round The Sun
3. The Man Without A Name
4. Hammerdown
5. Changing Lives
6. Only The Brave
7. Native Spirit
8. Tomorrow Dies
9. Raindown
10. Forever And Beyond



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod