Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Babet
 

 Dionyweb (2850)
 Ciel En Sauce (1474)
 Coccinelle (1444)
 Ciel En Sauce (1537)

DIONYSOS - L'extraordinarium (2023)
Par MARCO STIVELL le 7 Décembre 2023          Consultée 744 fois

Trente ans, mafieux (au lieu de s'en prendre toujours aux filles qui vendent leur corps, insultons ce qui doit l'être par une simple exclamation). DIONYSOS a trente ans et nous le fait savoir en musique et autres joyeusetés, comme il se devait. Qui aurait cru que le groupe venu de Valence irait si loin, même à l'époque de ses grands succès comme Western Sous la Neige ou Monsters in Love ? Son intelligence, le degré de fête et d'émotion qu'il réserve au public demeure incomparable en France, tout comme son style coloré. Ces dernières années (enfin, un peu avant), le grand public ne jurait plus que par SHAKA PONK, mais DIONYSOS, lui, a toujours été là, n'a jamais dévié de sa trajectoire, même s'il a perdu un membre ou deux en cours de route.

L'Extraordinarum a beau être un titre d'album, de duos qui plus est, il convient fort bien au groupe également en termes d'entité. Parallèlement à cela, les livres de Mathias Malzieu, parfois indisponibles de longue date, ressortent tous et le libraire (on ne dira pas qui) à la joie d'entendre régulièrement La Mécanique du Coeur demandé pour l'étude au collège depuis un an. Et puis comble du bonheur, le nouveau projet est aussi une oeuvre littéraire, compilation des écrits de Malzieu superbement éditée par Le Livre de Poche lorsqu'ils font payer 30 euros mais avec une édition spéciale dédiée aux amateurs de genre fantastique, si gourmande que l'on hésite presque à la prendre dans ses mains. Mais bref, après cet affreux confinement et les gâchis déjà mentionnés, tout doit pouvoir sourire à nos enchanteurs valentinois, et cela nous est traduit dans cet album-compilation qui retrace une belle carrière en compagnie de quelques plus ou moins têtes d'affiche.

Le tout bien sûr agrémenté d'un peu de création, avec deux-trois inédits enregistrés à Bruxelles, et présenté comme un nouveau concept, puisque le mousquetaire armé de sa guitare, formidable conteur d'histoires ne saurait se taire (et tant mieux, morbleu). Toutefois, au début, on tique un peu avec cette ouverture réservée à Giant Jack en compagnie des Alsaciens de LAST TRAIN, dans une ambiance sombre-horrifique à la Tim Burton dont DIONYSOS est pourtant coutumier. Heureusement, derrière, le classique "Song for Jedi" nous rattrape avec d'abord le chant de Babet enfin audible et une nouvelle version moins pop, les synthés remplacés par les guitares, ces dernières incluant des slides au parfum le plus blues d'origine, celui du delta du Mississippi (Valence étant encore un peu trop loin de celui du Rhône, bon). Et puis il y a -M-, dit Matthieu Chedid, à moins que ce ne soit le contraire, pour ses falsettos et son funk chéri, son gros solo tout en 'hammers' sur un final guitaristique excellent et accélérant, bien trop bref.

La force de ce concept, divisé en quatre faces nommées d'après les points cardinaux, c'est un hommage de DIONYSOS à lui-même, à travers sa carrière, en reprenant au minimum un titre de chacun de ses albums. Du premier, Happening Songs (1996), "Wet" ; du second, The Sun is Blue... (1998), "Ciel en Sauce" ; du troisième, Haïku (1999), "Coccinelle", etc etc. Aucun n'est oublié, même si bien sûr Western Sous la Neige (2002) se taille la part du lion. Ce qui n'empêche guère les jolies refontes et en belle compagnie, comme le déluré "McEnroe's Poetry" au départ, ici moins fou, ralenti, plus Burton/ELFMAN dans l'âme, en compagnie de MADEMOISELLE K qui joue sur sa hargne autant que sa fragilité. Comme aussi, avec Keren ANN cette fois, une version totalement différente du "Chêne" (extrait du dernier avant, Surprisier, 2020), malgré un côté toujours un peu 'vieille chanson' ici transposé au simple piano feutré.

Les invités se succèdent : ALDEBERT spécialiste des enfants en musique pour "Vampire de l'Amour" (plutôt qu'en pyjama), Emily LOIZEAU pour la jolie respiration acoustique de "Ciel en Sauce", Frederika STAHL pour le blues-tarantinesque "I Love You" (rah, cette remontrée de guitare et de violon) qui grâce à elle prend des airs d'aria pour diva, et même François Busnel, ancien présentateur de La Grande Librairie, pour une narration tout à fait passionnante sur "Cloudman", extrait de Bird'n'Roll (2012). Et tous de se plier à la créativité évidentes à travers ces chansons bariolées, d'un Malzieu seul pour les paroles certes mais composées par tout le groupe. Difficile de ne pas apprécier Olivia RUIZ, ex-madame Matthias Malzieu, en miss Acacia de La Mécanique du Coeur sur le galant "Flamme à Lunettes", avec sa trompette et sa flûte virevoltante. En termes de voix féminine acidulée, c'est encore toutefois peu de choses par rapport à Babet ou même la prestation épique avec Emmanuelle MONET (ex-chanteuse de DOLLY) sur "Neige".

Il y a beaucoup de bon à dire, entre la bossa sautillante façon GAINSBOURG/"Couleur Café" de l'inédit "Tuto Pour Marcher Sur l'Eau" (récitation du célèbre auteur Bernard Werber cette fois), l'ambiance "Tokyo Montana" qui loue Ennio MORRICONE jusqu'aux cuivres à la mexicaine, le synthé années 80 qui plane derrière Malzieu et Arthur Teboul (FEU! CHATTERTON) sur "Don Diego 2000" ou encore la pop 60's anglaise de "La Métamorphose de Mister Chat" (Monsters in Love, 2005) avec la petite nouvelle CLOU. Celle-ci revient pour un brillant dialogue sur la seconde inédite, "Poudlard de Rien" qui, pour faire écho à "Coccinelle", incorpore des éléments rap aux côtés des références Harry Potter, tout cela au service d'une nouvelle histoire surréaliste (un original empêche ses voisins de dormir). Last but not least et dernière offrande originale, comment ne pas être ému par la proximité de Babet et Matthias sur le rose et exotique "Cinéma de Nos Rêves" ? Vraiment, une oeuvre goûteuse, généreuse (autant en termes d'effectifs que musicaux cette fois-ci) et un exemple très distingué en matière de compilation.

A lire aussi en ROCK par MARCO STIVELL :


FISH
Field Of Crows (2003)
Son meilleur ? oui !




Peter GABRIEL
Plays Live (1983)
Retouché certes, mais superbe


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Ombrologie
2. Giant Jack
3. Song For Jedi
4. I Love You
5. Vampire De L'amour
6. Mc Enroes' Poetry
7. La Métamorphose De Mister Chat
8. Ciel En Sauce
9. Cloudman
10. Le Chêne
11. Tokyo Montana
12. Vampire En Pyjama
13. Wet
14. Tuto Pour Marcher Sur L'eau
15. Coccinelle
16. Don Diego 2000
17. Poudlard De Rien
18. La Naissance De Jack
19. Le Jour Le Plus Froid Du Monde
20. Flamme à Lunettes
21. Neige
22. Le Cinéma De Nos Rêves
23. Epilogue



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod