Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Pink Floyd, Coast, Children In Paradise, Steeleye Span, Iona, Karnataka, Mermaid Kiss, The Reasoning , Panic Room

MOSTLY AUTUMN - Dressed In Voices (2014)
Par MARCO STIVELL le 17 Août 2014          Consultée 997 fois

La sortie du dernier album de MOSTLY AUTUMN ne saurait avoir un effet différent de toutes celles survenues depuis cinq ans environ. Le groupe bénéficie des réseaux sociaux mais compte d'abord et largement sur ses fidèles, éternels enthousiastes, les renvoyant sur son propre site (et vers la "limited edition"...), souvent au dernier moment. De nombreux autres amateurs, peu avertis, ont délaissé le groupe depuis longtemps et ne prêtent l'oreille aux dernières fournées que dans un souci de politesse.

La faute à une recette musicale qui a pu paraître géniale au début, mais qui semble se répéter sans cesse, alors que la machine tourne à plein régime, publiant un album tous les deux ans (avec un ou deux live entre chaque), le personnel allant et venant à son gré. À l'heure qu'il est, Liam Davison a de nouveau quitté le groupe, remplacé par Chris Johnson, une première depuis 2007. Au moins, Alex Cromerty semble vouloir conserver son fauteuil de batteur pendant quelques temps, ouf !

Toutefois, si la sensation de lassitude commençait à pointer sérieusement le bout de son nez sur The Ghost Moon Orchestra (sorti en 2012), on se dit à l'écoute du petit nouveau que rien ne semble jamais joué avec MOSTLY AUTUMN. Parce qu'on est attaché au groupe, parce que le souvenir des premiers albums et leur effet miraculeux sur la scène musicale progressive, voire musicale tout court, demeure vivace.

Aussi, parce que Dressed in Voices montre que MOSTLY AUTUMN est peut-être un peu mieux conscient des limites atteintes par sa formule et, pour commencer, ne cherche pas à sonner prog de manière forcée. Les formats de morceaux sont plutôt courts (le plus long fait sept minutes trente), les structures demeurent simples, épargnées d'une volonté systématique de placer des ruptures et contrastes qui pouvaient faire passer le groupe pour amateur, par moments. Ceux-ci, rares sur ce disque, ne se rencontrent qu'à la fin de la chanson-titre, légèrement bâclée, hélas.

Ailleurs, le propos est maîtrisé, grâce en particulier au travail de la rythmique Smith-Cromerty, aussi appliquée que lorsque Gavin Griffiths tenait les fûts. L'accent est évidemment toujours mis sur les guitares et les claviers, et on peut ici encore déplorer les trop rares touches celtiques et interventions de flûte par Anne-Marie Helder, ce qui entretient le fossé avec les premiers albums. En revanche, on arrive à pardonner quelques facilités, comme la citation évidente du final de "The Spirit of Autumn Past" sur celui de "The Last Day", dans une couleur changée.

En vérité et comme le suggère le titre, la musique de MOSTLY AUTUMN est, mieux que jamais, conduite par les voix, avec des mélodies taillées sur mesure, des ambiances seyantes. Les morceaux les plus orientés blues-rock tels que "Skin on Skin" et "Down by the River", bien que l'exercice soit désormais habituel pour le groupe, sont portés indifféremment et avec bonheur par Olivia Sparnenn et Bryan Josh. Josh qui, par ailleurs, joue moins au guitar-hero, allège ce qui pouvait paraître redondant du côté de son empreinte soliste.

Au micro, il est également moins présent que sa nouvelle femme, Mrs. Sparnenn-Josh donc, qui parvient à nous émouvoir sur la chanson-titre, ainsi que "The House on the Hill". De quoi renforcer l'aspect pop de l'album. Le son n'est pas pour autant commercial, bien entendu, le ton rock lourd alterne avec les guitares acoustiques et d'autres moments plus sombres. Des ballades comme "The Last Day" et "Box of Tears" conservent la mélancolie du groupe, sans parler de "Not Yours to Take", dont le début semble être un hommage à Rick Wright, le regretté claviériste de Pink Floyd.

Iain Jennings nous régale de quelques mélodies de piano dont il a le secret, sur "The Last Day" et le superbe "First Day at School", à la progression très fluide. Le groupe nous réserve encore quelques surprises comme le lumineux "House on the Hill", ou l'excellent «Home», dont l'effet bluesy est porté par une rythmique industrielle. "Saturday Night", quant à lui, réveille la nostalgie. Au final, peu de choses exceptionnelles sur ce disque qui sonne encore trop MOSTLY AUTUMN pour être notable question originalité. Néanmoins, Dressed in Voices se savoure comme un bon cru.

A lire aussi en ROCK par MARCO STIVELL :


FLEETWOOD MAC
Future Games (1971)
Virage mélodique entièrement consommé




10,000 MANIACS
In My Tribe (1987)
Toujours plus efficace


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Saturday Night
2. Not Yours To Take
3. Running
4. See You
5. Home
6. First Day At School
7. Down By The River
8. Skin On Skin
9. The House On The Hill
10. The Last Day
11. Dressed In Voices
12. The Library
13. Footsteps
14. Box Of Tears



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod