Recherche avancée       Liste groupes



      
SKA / NEW WAVE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 



OINGO BOINGO - Nothing To Fear (1982)
Par BAKER le 11 Août 2018          Consultée 285 fois

Comment réussit-on un disque ? Plusieurs recettes. Vous mettez vos tripes, votre sang et d'autres fluides corporels dans les mélodies et les textes, bravant la mort, le suicide et les SMS de rupture du genre "je t'aime mais comme un ami (paf ! friendzoné, mon gros)". Vous développez un concept ardu et soniquement riche qui enveloppe l'auditeur. Vous invitez plein de copains connus pour taper le boeuf.

Ou bien vous tentez le grand chelem : dix titres, dix tubes. Ca marche bien aussi, ça.

Et donc, après un premier album aussi loufoque que percutant, Danny Elfman a laissé de côté le sarcasme pour glisser vers l'ironie et a soigné ses riffs, les a choyés, les a fait tourner pendant des heures pour tester leur solidité et les a distribués : guitare rythmique, cuivres enfin complémentaires, basse (Kerry Hatch est solide comme un roc) et surtout synthés, les zigouigouis de Richard Gibbs ayant été dans ce second opus largement développés et très diversifiés. Le soin apporté à la production des claviers est bluffante car tous les sons, même les plus délicieusement kitschs, se marient à merveille au reste du groupe.

Le style ? Il est plus pop, plus new wave et purement mélodique que Only A Lad, mais grâce à cette science innée du riff qui tue, voire des riffs car tous les titres en font tourner deux ou trois, le disque est plus dynamique et groovy, tout en conservant un côté rock et même parfois punk (le déroutant "Why'd We Come"). Et il y a toujours cette identité ska sans vraiment en être. Le côté dansant est porté à son paroxysme par le refrain d' "Insects", chanson entre Frank ZAPPA pour le couplet et MADNESS / SPARKS pour le refrain.

Difficile de résister à ces rythmes infectieux, à cette basse omniprésente ("Whole Day Off", magnifique récréation avant le terrifiant "Nothing To Fear"), à ces refrains parfois très accrocheurs ("Private Life", où Danny Elfman devient complètement fou : voici mon p'tit plumard, c'est LA QUE JE PIEUTE LE SOUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAR !!!), à ces textes bien moins saignants qu'avant mais toujours décalés (oui, "Wild Sex" parle bien d'un manut' qui a envie d'un 5 à 7 avec sa bourgeoise à force de regarder des pistons faire des va et vient entre des...).

Jusqu'au bout, le disque se montre bon, et pourtant les deux derniers titres ne sont pas faciles : "Islands" est très original et ambiancé, avec des riffs totalement dézingués mais d'une intelligence d'écriture toujours aussi fantastique, et "Reptiles" paraît une fin décevante avant de conquérir l'univers : c'est un défouloir, à la fois drôle et épique, l'air de rien.

En moins de 42 minutes, la messe est dite : les 8 musiciens sont parfaits, pas un de trop. Les arrangements sont d'orfèvre. Et enfin, Steve Bartek, compagnon de folie d'Elfman, commence à sortir de sa six-cordes des solos totalement déstructurés qui n'appartiennent qu'à lui et qu'on était loin de s'imaginer voilà encore trois ans chez le très pâle Michael CASSIDY. A eux deux, ils sont bien partis pour cogner fort dans l'industrie musicale américaine. Truffé de chansons "fan favourites", ce second disque du Boingo n'est pas pour toutes les oreilles, mais il est une porte d'entrée déjà plus accessible qu'Only A Lad, et mérite une note à la hauteur du génie qui l'habite. Album excellent, prestations live hantées et chanteur fiable : la légende est en marche.

A lire aussi en SKA par BAKER :


OINGO BOINGO
Boingo Alive (1988)
Un bilan extatique.




OINGO BOINGO
Good For Your Soul (1983)
Puisqu'on vous dit que c'est bon !


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Danny Elfman (chant, guitare)
- Steve Bartek (guitare, choeurs)
- Richard Gibbs (claviers, choeurs)
- Kerry Hatch (basse, choeurs)
- Johnny 'vatos' Hernandez (batterie)
- Leon Schneiderman (saxophone)
- Sam Phipps (saxophone)
- Dale Turner (trompette, trombone)


1. Grey Matter
2. Insects
3. Private Life
4. Wild Sex (in The Working Class)
5. Running On A Treadmill
6. Whole Day Off
7. Nothing To Fear (but Fear Itself)
8. Why'd We Come
9. Islands
10. Reptiles And Samurai



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod