Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

Questions / Réponses (1 / 2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Zazie Ze Web : Site Officiel (553)

ZAZIE - Essenciel (2018)
Par MARCO STIVELL le 13 Septembre 2018          Consultée 684 fois

En 2018, ZAZIE, qui dit regretter avoir eu recours à la chirurgie, tient à poser nue ou presque sur la pochette de son dernier album. Des considérations très physiques, bien avant d'être musicales, les médias doivent être contents. 54 ans, et conscience de faire parler d'elle avec une pochette dont l'effort n'avait peut-être même pas été envisagé vingt ans plus tôt. Du courage, sans doute mais aussi très en phase avec la publicité qui profite à beaucoup d'artistes plus jeunes. Est-ce censé rattraper le succès en baisse dont la chanteuse est victime depuis une dizaine d'années ?

Elle, en tout cas, le dit clairement, elle n'écrit pas pour l'argent mais pour des gens. Des gens, des jeunes gens même, jeunes parfois malheureux allant jusqu'à la dépression ou une forme d'autisme qui s'accorde mal avec une société les poussant à réagir. C'est le propos mis en exergue sur "Speed", premier morceau et single porteur, à défaut d'être une réussite majeure pour ZAZIE, touchant dans son intention et intéressant sur la forme. En effet, on s'attend à une chanson en piano-voix triste, ainsi que l'annonce le début, mais le rythme paraît vite étrange.

En fait, il accélère, et au fur et à mesure que la chanson débite des phrases-marteaux (dans la tête du souffrant ou venues de l'extérieur), des rythmes se superposent, boîte à rythmes, synthés electro-pop pour un final entraînant dans ce qui se veut un marasme psychologique mis en musique. C'est relativement bien fait, et son message, à défaut de finesse, s'adresse à beaucoup de monde, n'en déplaise à ceux qui disent toujours que tout va bien et y croient dur comme fer.

"Speed" est un titre fleuve à format court, là où "La Source" prend davantage de temps et étale son ambiance sur huit minutes, faite d'insistance elle aussi, de bataille et de clins d'oeil à ces femmes "qu'on prendra pour des folles". Le titre apparaît comme laborieux, avec son arrangement solennel, mais il a ses qualités, et la longueur de la partie instrumentale, sans aspérité, parvient à nous convaincre. Tout comme ce combat, déjà plus que celui de "Waterloo", rapport bancal entre une date célèbre de l'histoire de France et un schisme amoureux, sur fond de son électro alternatif.

"Waterloo, t'auras ma peau, ma peau contre la tienne", c'est la marque d'un début d'album marqué par des rimes ZAZIE en pilote automatique et des titres peu mémorables, avant une seconde partie meilleure. La voix de la chanteuse est aussi en cause, avec son grain et sonne mal sur certains efforts comme "Va Chercher", où il y a pourtant un bel effort musical. Pour l'énergique "Ma Story", son cheval de guerre est dirigé à l'encontre d'une vie construite à partir des réseaux sociaux, critère propre à beaucoup de gens, mais ça aussi, on l'attendait, et le résultat n'en vaut pas la chandelle – pourtant, cette guitare acoustique ! -.

"Dire Ce Qu'on Danse" démarre de la plus belle façon, accords de piano frôlés, avant de s'envoler vers un tempo plus soul, réussite musicale, mais c'est encore un exemple typique où le texte ne convient pas : "Tu t'en tapes, tu danses ta danse / Tu t'en moques, tu t'en balances / Je me dis... je me distance". Dame ZAZIE, vous avez souvent fait de beaux jeux de mots... On préfère largement ceux du morceau-titre "L'essenciel", tout comme ton chant plus clair, libéré : "Quittons l'autoroute, au prix que ça coûte, marchons à l'essenciel", au propos bien visible également !

C'est un des titres engagés les plus beaux de ZAZIE, mieux que "Garde la Pose" avec son débit de murmures (voyages, écologie, alimentation, cynisme ; toutes les préoccupations actuelles y passent) et son refrain répétitif, trop bateau. Pour en revenir aux beautés, une fois de plus la chanteuse tire son épingle du jeu dans les moments les plus intimes. "Nos Âmes Sont" est passionné et universel jusqu'au final écorché, avec certains effets de voix "too much" malgré tout. "On S'aima Fort", porté par des images bien transmises à travers des paroles et un rythme latino reste un délice.

Et que dire de ce qui peut apparaître comme "la" chanson du disque ? "Veilleurs Amis" semble avoir été écrite pour Zen, c'est un "J'envoie Valser" nouvelle génération, sur l'amitié cette fois, une perle. À boire et à manger dans cet Essenciel, mais suffisamment de qualités pour qu'on l'adopte.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


Johnny HALLYDAY
Parc Des Princes 1993 (1993)
Evénement de taille et belle rétrospective.




Johnny HALLYDAY
Lorada Tour (1996)
Bon complément à l'album studio


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Speed
2. Waterloo
3. Dire Ce Qu'on Danse
4. Va Chercher
5. Nos âmes Sont
6. Ma Story
7. On S'aima Fort
8. Patatras
9. Garde La Pose
10. Veilleurs Amis
11. L'essenciel
12. La Source



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod