Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Happy RHODES - The Keep (1995)
Par MARCO STIVELL le 10 Novembre 2018          Consultée 854 fois

The Keep n'est pas un nouvel album studio de Happy RHODES, mais une compilation de nouvelles versions d'inédits, de reprises et d'un soupçon de raretés. On peut néanmoins la compter parmi la discographie studio car ce n'est pas comme si cette dernière débordait de sorties. De plus, il y a déjà eu une compilation deux ans plus tôt (RhodeSongs).

On sourit à l'idée de retrouver l'esprit des premiers albums de la chanteuse américaine, avec une guitare très en avant et beaucoup de morceaux interprétés par elle seule. De même, il faut savoir que l'avant-dernier titre, "Prey of the Strange", est son tout premier enregistrement jamais réalisé, en 1984 !

La plupart du temps, elle s'entoure de Kevin Bartlett et du bassiste Carl Adami pour des refontes de morceaux soit trop chargés en claviers, soit simplement pour les mettre en accord avec la charte d'Echoes, radio américaine spécialisée en "living room concerts", soit le pendant non-vidéo des MTV Unplugged. Ambiance résolument acoustique donc, mais pas dénuée d'effets modernes (oeuvre de Kevin Bartlett à la guitare en particulier) et les titres qui en bénéficient le mieux sont logiquement ceux du début des années 90, les plus récents.

"Save Our Souls" et "Temporary and Eternal", extraits d'Equipoise, sont des exemples criants de ce que Happy RHODES nomme "The Spacier, the Better Band", son trio avec Adami et Bartlett, car en talents multiples, ils travaillent justement beaucoup sur l'aspect le plus "space" de sa musique, ainsi moins confinée à sa chambre et ses synthés comme c'était le cas dans les années 80.

C'est vrai, le résultat est excellent, pour des chansons déjà brillantes en termes d'écriture, l'une qui est un genre de bossa-nova enrichie, et l'autre, "Save Our Souls", au propos fleuve et mieux révélé grâce à ses nouveaux arrangements. De même que "Summer" qui date de cette période.

Du dernier album, Building the Colossus, RHODES conserve un inédit, "Flash Me Up", blues à sa façon et garni de ses choeurs les plus mignons, ainsi que les deux singles choisis à ce moment. Par rapport à « Hold Me », c'est surtout "Collective Heart" qui se distingue. Cette version, la chanteuse la joue avec son "full-band" de concert qui comprend aussi Dean Sharp et la choriste-guitariste Kelly Bird, déjà présente dans les deux derniers disques.

Avec un son plus calibré, ce titre, "Collective Heart", aurait fait un sacré tube dans une pop 90 internationale au son très californien et ensoleillé. Imaginez Kate BUSH chantant un tel morceau à la radio, entre "All I Wanna Do" de Sheryl CROW et "Ironic" d'Alanis MORISSETTE ! Dans un tout autre style, plus sombre et soul, il y a "Look for the Child" et son superbe final avec dobro.

Mentionnons, du côté des vieilleries d'une décennie antérieure, les élégants "Hand of Mine" et surtout "Bye Moon" : ce dédoublement de voix si serrées de la part de RHODES est unique, magique ! "Life on Mars", inédit d'Ecto (1988), ne tient du chef-d'oeuvre de David BOWIE que le nom, mais n'a certainement rien à lui envier quant à la teneur stellaire et le plaisir qu'elle offre !

Au contraire du Thin White Duke (déjà repris sur RhodeSongs), ceux qui ne sont point absents, c'est YES. Le groupe oui, un de ceux qui, avec GENESIS, ont influencé la dame. Et YES, pour elle, c'est autant avant qu'après 1980, mais pas pendant, hélas ! Un petit bout de Drama n'aurait pas été malvenu dans une sélection telle que "Soon", "Hearts" et "Endless Dream", ouverte par une chanson de Trevor Rabin avant YES, "I Sleep Alone". RHODES avait déjà joué ce medley seule avec sa 12 cordes au YesFest de New York, l'album Talk venait juste de sortir. Sur disque, c'est un moment d'extase. Folkeuse oui, mais vous en connaissez beaucoup qui rendraient si bel hommage à YES, seule ?

Autre reprise, moins surprenante, "Oh Holy Night", cantique de Noël bien connu qui prouve que Happy RHODES a beau faire souvent des chansons de fille renfermée, avec des fantômes et des squelettes dans le placard, elle peut aussi faire très doux et simple, avec sa guitare classique, sa voix grave chaude et son autre aiguë en choeur, pleine de malice sensuelle. Ce cantique, elle l'interprète aussi naturellement que divinement, c'est bien le cas de le dire. Cette chanteuse est géniale, même lorsqu'elle écrit elle-même les annotations d'un livret, parfois bien tournées et rigolotes !

Voilà de quoi accompagner joliment Building the Colossus pour ceux qui souhaitent la découvrir, et pour d'autres raisons.

A lire aussi en FOLK par MARCO STIVELL :


Gabriel YACOUB
The Simple Things We Said (2002)
Folk français.




Louis CAPART
De L'aube Au Crepuscule (2016)
Chanson folk


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Happy Rhodes (chant, guitares classique et acoustiques)
- Kevin Bartlett (guitare électrique, loops, effets)
- Carl Adami (basse, effets)
- Dean Sharp (percussions, dobro)
- Kelly Bird (choeurs, guitare acoustique)


1. Temporary And Eternal
2. Life On Mars
3. Collective Heart
4. The Yes Medley (i Sleep Alone/soon/endless Dream/h
5. Save Our Souls
6. Flash Me Up
7. For We Believe
8. Summer
9. Oh Holy Night
10. Look For The Child
11. Hold Me
12. Bye Moon
13. Prey Of The Strange
14. Oh Hand Of Mine



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod