Recherche avancée       Liste groupes



      
POP ELECTRO/AMBIENT  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Happy RHODES - Many Worlds Are Born Tonight (1998)
Par MARCO STIVELL le 15 Décembre 2018          Consultée 1037 fois

HAPPY RHODES, avec Many Worlds Are Born Tonight en 1998, tente une nouvelle approche "massive", un disque à moyens importants. Par opposition à l'intimité de The Keep (1995), ce neuvième disque explore des voies plus pop, plus world aussi.

Le son est étrange, les compositions le sont également. Dès l'introductif "100 Years", non seulement on retrouve une approche électronique mais on sait d'avance qu'elle va constituer le ciment du disque. On ne croit pas si bien dire : à l'image de Warpaint (1991) et d'Equipoise (1993), Many Worlds Are Born Tonight met si peu l'accent sur le versant folk de l'artiste que celui-ci en devient totalement absent.

"100 Years", de nos jours, évoque le Peter GABRIEL de Up... cinq ans auparavant, comme d'autres titres ensuite. Ce morceau lent et planant garni de loops, avec un texte qui présente de nouveaux Adam et Eve version Cyber-Âge, met en scène la voix de Happy RHODES d'une manière parfois étonnante, modifiée. On a déjà envie de penser que certaines idées sont bonnes, mais la progression reste laborieuse.

L'effet de la voix dans les aiguës, et de façon groupée, a quelque chose d'enfantin et de manière plus prononcée que d'habitude, comme une comptine. On le retrouve dans plusieurs autres chansons, quand ce ne sont pas des berceuses. Pour le reste des voix, RHODES a souvent recours à des éléments traditionnels, empruntés plus ou moins directement aux tribus primitives. Il y a d'ailleurs un certain nombre de samples, et le chaman qui conclut "Looking Over Cliffs" se fait remarquer.

Voilà de quoi permettre à l'album une constance, une homogénéité, mais cela amène à une qualité d'ensemble moins évidente. À l'instar du premier titre, ce sont de bonnes idées en majorité desservies par des développements monotones, hasardeux, l'envie de mettre beaucoup de choses pour nuire au résultat, de façon involontaire. Un des titres qui en souffre le plus est "If Wishes...", valse au ton décalé, pleine de sons froids et où tout se superpose avec l'envie d'en faire beaucoup.

Autre exemple, "Looking Over Cliffs", blues à la Happy, où on note cependant une partie mélodique ("Anywhere you, here or beyond...") absolument folle, des méandres vocaux comme rarement elle nous en a fait, et de quoi nous enchanter. Ce sont des lumières dans des ensembles que l'on ne parvient pas à saisir. Sur ce même morceau, le grand Jerry Marotta, de retour aux côtés des acolytes Kevin Bartlett et David Torn, chante avec RHODES des vocalises.

Là où on devrait être sous le charme, il est difficile de se laisser prendre et c'est regrettable. Many Worlds Are Born Tonight échoue là où Building the Colossus arrivait haut la main. La batterie de Marotta, si brillante en 1994, se voit complètement noyée dans les arrangements électroniques et synthétiques. Et puisqu'on parle de lui, il convient de mentionner le single "Roy", qui vaut d'ailleurs à HAPPY RHODES un petit tube dans les charts dance. Au coeur des rythmes funk, on trouve un sample qui rappelle furieusement le Peter GABRIEL de "Shock the Monkey" en 1982.

Dans un style pop calibrée, "Proof" est encore plus marquant, vraiment bien écrit, même si les choeurs soul sont too much. Parmi les titres réussis de bout en bout, on peut citer le morceau éponyme avec son ambiance magique, le tout aussi merveilleux "The Chariot" où la chanteuse vient poser elle-même un solo de guitare classique par-dessus les claviers aériens. Cela fait peu, et c'est très embêtant car il n'y a pas de mauvaise chanson, juste un parti-pris du genre "on adhère ou non". Ce n'est pas le cas de votre serviteur qui préfère largement Building the Colossus même si, avec beaucoup de contradiction, il conseille Many Worlds Are Born Tonight à un néophyte.

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


Elton JOHN
The Captain & The Kid (2006)
Hommage soigné et recette musicale




Elton JOHN
Too Low For Zero (1983)
Le meilleur des années 80 ?


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Happy Rhodes (chant, guitares classique et 12 cordes)
- Kevin Bartlett (basse, loops basse, e-bow, percussions)
- Jerry Marotta (batteries, voix)
- Carl Adami (basse, loops basse)
- Rob Taylor (violon)
- Kelly Bird, Mitch Elrod (choeurs sur 8)


1. 100 Years
2. Many Worlds Are Born Tonight
3. The Chariot
4. Ra Is A Busy God
5. If Wishes Were Horses, How Beggars Would Ride
6. Roy (back From The Offworld)
7. Tragic
8. Proof
9. Looking Over Cliffs
10. Winter
11. Serenading Genius



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod