Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

2010 Passion
 

- Style : Marillion, Iq
- Membre : Arena

PENDRAGON - Believe (2005)
Par JESTERS TEAR le 5 Janvier 2019          Consultée 156 fois

En trois albums, PENDRAGON, mené par Nick Barrett et soutenu par un line up inchangé depuis maintenant un bon moment, s’est imposé comme un leader du néo-prog anglais. The Window Of Life, The Masquerade Ouverture et Not Of This World sont trois superbes albums, différents mais semblables, présentant tous les aspects du son « classique » du groupe. C’est avec Believe, sorti en 2005, qu’un véritable changement s'opère dans le son de la bande à Barrett (non, ce n’est pas un gang de fillettes faisant régner la terreur dans la cour de l’école primaire).

Le line up est toujours inchangé, mais le son et l’atmosphère s’émancipent quelque peu du néo-prog tel qu’on le conçoit, bien que les structures restent assez typiques du genre. En effet, la production se modernise, les claviers se font moins grandiloquents, plus discrets, le gros de leur jeu participant à créer des ambiances. Ceux qui étaient réfractaires aux synthés néo si omniprésents dans les précédentes œuvres du groupe apprécieront le changement, les autres n’en seront pas pour autant déçus, tant l’ensemble est cohérent et convainquant. Le son des guitares est lui aussi plus moderne, plus rock, presque métal (je dis bien presque, pour ceux qui pouffent dans leurs barbes tressées) par moment, pour une facette du groupe plus musclée que jamais jusqu’à présent. C’est un aspect qu’ils développeront plus encore dans les albums suivants. De plus, les guitares acoustiques, parfois hispanisante, sont très présentes, et Nick nous prouve qu’il est tout aussi à l’aise avec elles qu’avec leurs consoeurs électriques, avec notamment un superbe solo acoustique dans « The Wisdom Of Salomon » qui est plus tard repris à l’électrique, pour un très bel effet (bouh, ils ont piqué l’idée à QUEEN, diront les blasés).

Ces guitares acoustiques, couplées à des samples de chants ethniques très présents, confèrent un aspect un peu world music très prenant et homogène à la galette. Le tout donne donc un nouvel album au son très moderne, plus sombre qu’auparavant mais aussi peut-être plus sérieux et crédible pour ceux qui n’étaient pas fans de la période classique de PENDRAGON. Dès l’intro éponyme, calme mais profonde, sur fond de claviers électroniques et de samples de chants féminins ethniques, on sent cette volonté de modernité, de changement, de sérieux. Pourtant, elle ouvre sur un premier morceau très rock et enjoué, « No Place For The Innocent », lui aussi assez nouveau pour le groupe. Bien sûr, on retrouve des aspects du PENDRAGON de toujours, avec l’intro à la guitare planante de « The Wisdom Of Salomon » par exemple.

Le centre de l’album est occupé par « The Wishing Well », une suite en 4 parties très réussie. La première est une plage presque ambient, rappelant l’intro où Barrett délivre un texte parlé très convainquant, là encore une belle nouveauté. La seconde est sans doute mon morceau préféré de l’album, un mid tempo extrêmement mélodique, avec un refrain accrocheur, un solo de guitare bourré de feeling comme je les aime, et un final avec chœurs emphatiques superbes. La troisième est celle qui sonne la plus ethnique et aussi la plus proche du métal avec des passages de guitares lourdes, le tout étant toujours de qualité. La dernière partie commence comme une ballade, mais le ton se durcit par instants, la rythmique étant bien mise en avant. Le final se fait sur fond de solo de guitare (sublime d’ailleurs, mais bon, on a l’habitude maintenant, avec le bonhomme), mais sur lequel la basse et la batterie se déchaînent avec efficacité, un très grand moment. Une suite très réussie, très cohérente et aux changements de rythmes omniprésents et fluides à la fois.

La basse prend les devant sur « Learning Curve » avec un aspect funk renforcé par des cocottes de guitares et des flûtes jouées au clavier de façon très convaincante. Le morceau n’oublie cependant pas de se faire planant grâce à son chant souvent escorté par des chœurs et très bien composé. La dernière partie laisse la place à un festival de guitare électrique où Nick Barrett révolutionne le monde du plaisir solitaire puisqu’il se tripote le manche et que c’est à nous que ça fait du bien.

La livraison se conclut sur une ballade, « The Edge Of The World », qui commence simplement au chant (Nick y est d’ailleurs très crédible, comme tout au long de ce Believe) et à la guitare acoustique, avant qu’une calme guitare électrique planante ne prenne le devant de la scène pour nous faire chialer comme un homme bien viril devant téléfoot, aidée par des nappes de claviers et des percussions discrètes ainsi que quelques effets électroniques réussis, puis par la batterie et la basse. Un passage emphatique au chant, escorté de bidouillages et de samples de chœurs ethniques, et on finit sur un retour aux guitares acoustiques seules accompagnatrices du chant de Barrett, tout en délicatesse.

Believe est un opus assez méconnu dans la discographie du groupe. Ce n’en est pas moins un excellent album, cohérent, moderne, novateur chez PENDRAGON. Aucun mauvais passage, beaucoup de très beaux moments, une galette qui s’apprécie plus à chaque écoute. Ceux qui n’aiment pas l’aspect trop clinquant du néo de leurs albums classiques devraient essayer ce disque pour remonter leur estime du groupe. Les autres, vous n’y perdrez pas au change non plus. Un beau 4 s’impose.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par JESTERS TEAR :


MANFRED MANN'S EARTH BAND
The Roaring Silence (1976)
Je suis ébloui par la lumière




MANFRED MANN'S EARTH BAND
Solar Fire (1973)
Rock progressif


Marquez et partagez





 
   JESTERS TEAR

 
  N/A



- Nick Barrett (guitare, chant)
- Peter Gee (basse)
- Fudge Smith (batterie)
- Clive Nolan (claviers)


1. Believe
2. No Place For The Innocent
3. The Wisdom Of Salomon
4. The Wishing Well
5. Learning Curve
6. The Edge Of The World



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod