Recherche avancée       Liste groupes



      
POP FRANçAISE  |  LIVE

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Chedid
 

 Labo M Music (312)

Matthieu Chedid -M- - Le Grand Petit Concert (2019)
Par MARCO STIVELL le 23 Décembre 2019          Consultée 932 fois

Qu'il est fort ce -M-... Non vraiment, il est excentrique, il a la possibilité de faire ce qu'il veut à ce stade de popularité certes, mais le talent est là, indéniable. Peu de gens pouvaient penser, il y a 20 ans à ses débuts, qu'il serait aussi présent aujourd'hui, mieux qu'à l'époque encore : on parle d'un bon nombre de Zénith à guichets fermés. Par ce Grand Petit Concert, tournée très importante réalisée après la sortie de Lettre Infinie en janvier, le fils prodigue CHEDID a tenu à célébrer cet anniversaire, avec un an de plus quand même, comme si de rien n'était !

C'est ce même talent et l'amour de son public qui l'aident dans ses projets les plus fous, comme de réaliser une tournée solo, avec juste un attirail d'instruments et de machines automatiques lui permettant de faire comme s'il avait un groupe. Le public, français de surcroît, peut aimer le musicien accompagnateur, mais il doit se hisser au niveau de la personnalité du chanteur pour mériter d'être cité comme lui, et cela n'arrive jamais, même si le musicien accompagnateur chante (une pensée adressée à Michael JONES). Et puis, pour avoir la personnalité de -M-, porter ses costumes, jouer des solos et des machines, sauter dans tous les sens, savoir exciter les foules, pensez-vous franchement qu'il existe quelqu'un d'autre ?

Alors même si, au fond, c'est un peu triste à dire, surtout pour un romantique fidèle chevronné qui ne peut soutenir une forme montante de "Nouveaux ermites en société, fiers de l'être !" dans certains domaines de la vie, le Grand Petit Concert de -M- est une totale réussite, plus impressionnante qu'une tournée en collectif. Dur également de reconnaître qu'il fait de très belles choses avec le looper, emblème des musiciens célibataires autosuffisants depuis quelques années (même dans certains projets collectifs, on hésite entre s'énerver comme pour le ukulélé ou alors parler de "mal nécessaire"), de même que la tablette Apple/Android de certains concerts du 21 juin.

C'est qu'à côté de cela, il y a une vraie guitare, pas qu'une d'ailleurs. La Stratocaster, Billie, la basse flanquée de Monsieur Octaver qui permet de monter aux parties ténor... Dès les premiers morceaux, avec un simple tambourin pour rythme marqué, -M- nous rappelle qu'il n'a pas son pareil pour faire chauffer une salle et mettre le public dans sa poche. Celui-ci est à fond sur "Mama Sam" comme il y a 20 ans, et "Une seule corde" est très émouvant. Le silence s'impose, grande classe.

Puis la machine se met en place, fonctionne à plein régime. Le looper aide à une superposition guitare solo/guitare rythmique qui, avec le tapping du lutin, prend un côté néo-classique sur "Je dis aime". Tandis que le public réalise spontanément les choeurs (jusqu'à la fin de "Superchérie" acoustique en clôture, c'est un pur bonheur), entrent le piano, la batterie au timbre boîte à rythmes aisément reconnaissable, tout comme d'ailleurs son utilisation "figée", offrant peu de place à la liberté. Cela étant, ça sonne et fort bien dans l'ensemble. -M- arrive à faire passer la pilule ; même mieux, il crée régulièrement de belles relances, grâce à sa guitare, à sa verve chantée aussi.

Parfois, c'est un brin exagéré, comme "Machistador" dont on pardonne les onze minutes grâce à son enchaînement avec "Bal de Bamako", bien plus sympa ici qu'en studio et avec, en prime, l'invité Oxmo PUCCINO. De même, Vanessa PARADIS apporte un joli vent de fraîcheur à "La bonne étoile" et surtout une nouvelle version de "La Seine" (extrait de la BO d'Un Monstre à Paris), plus sautillante. À propos de féminité, on retient les moments où Mathieu s'en remet à ses proches, Billie sa fille invitée sur la chanson dédiée, puis l'amoureux "L.O.Ï.C.A.", seul cette fois, en piano-voix.

Les deux versions de "Superchérie", complémentaires, sont admirables, la deuxième surtout. De toute manière, -M- fait honneur à son dernier album en date, proposé en grande partie. Si on regrette l'absence des choeurs féminins de "L'alchimiste", la guitare est mordante comme il faut. Les boucles électroniques sont fort bien gérées de manière globale ("Est-ce que c'est ça", la partie boîte de nuit de "Psyko Bug"). À la guitare, -M- ne fait pas toujours des solos géniaux mais il donne ce qu'il a, sans fard, sans avarice.

Au rang des belles surprises, "Océan" (de l'album Îl, avec le public samplé pour le vent), "Massaï" et sa partition andalouse à l'électrique, "Mojo" et ce public magique encore, la densité de "Grand petit con", le caractère épique et enivrant de "L'autre paradis"... Un bémol pour les anciens tubes comme "Onde sensuelle", mais rien de méchant. -M- reste décidément plein de ressources, on se demande parfois jusqu'où. C'est à entendre, à défaut de voir (on se console avec un très bel objet disque, en vinyle surtout, Noël tombe à pic). Ceux qui l'ont vu cette année on eu de la chance.

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


Tony BANKS
Walls Of Sound / Back To You (1996)
La seule face b du génie bougon




David GILMOUR
About Face (1984)
David gilmour en solo dans les années 80


Marquez et partagez







 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Mathieu Chedid (chant, guitare, piano, programmations)


1. Une Seule Corde
2. Mama Sam
3. Je Dis Aime
4. Qui De Nous Deux ?
5. Lettre Infinie
6. Superchérie
7. L'alchimiste
8. Océan
9. Massaï
10. Billie
11. Est-ce Que C'est ça

1. -m- Et Les Automates
2. Psyko Bug / Cardiac Dance
3. En Tête à Tête
4. La Bonne étoile
5. La Seine
6. L.o.Ï.c.a.
7. Adieu Mon Amour
8. Le Complexe Du Corn Flakes
9. Grand Petit Con
10. L'autre Paradis
11. Onde Sensuelle :
12. Mojo
13. Machistador / Bal De Bamako
14. Superchérie



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod