Recherche avancée       Liste groupes



      
SUDISTE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1978 Molly Hatchet
1980 Beatin' The Odds
1981 Take No Prisoners
1983 No Guts... No Glory
1984 The Deed Is Done
1985 Double Trouble/live
2003 Locked And Loaded
  25th Anniversary Best Of...

MOLLY HATCHET - Flirtin' With Disaster (1979)
Par ERWIN le 24 Juin 2022          Consultée 402 fois

Frazetta change de style avec cette pochette - "The Dark KIngdom" - qui montre un barbare quelconque - mais non pas un viking, bande d’ânes, les vikings n’ont pas de casque ! - qui a l’air de vouloir occire quelques chrétiens pour son p'tit dej'. En terme de p'tit dej' en tout cas, on en est déjà au vodka-croissant pour les membres du groupe qui sont tous tombés dans le piège de la vie facile de rock star. Danny Joe Brown notamment s’envoie des litres de whisky avec métronomie, son imposant gabarit - un linebacker de 1m90 pour 100 kilos - semble à première vue lui permettre cette vie, mais non, le garçon est diabétique depuis ses 19 ans… Tous en sont déjà là, Hlubek, Roland, Holland. Difficile, le succès !

Nous débutons par "Whiskey Man" - est-ce une auto-critique du grand Danny ? -, un blues-rock dans l’esprit du groupe avec grosses grattes et chorus incessants. "Good Rockin" est un bon vieux blues-rock qui exhale des vapeurs d’alcool par tous ses instruments, un bon moment de détente. Le groupe aime les morceaux qui déménagent, ainsi l’éponyme "Flirtin’ With Disaster" est un hard’n’roll de fière allure, au rythme trépidant qui jamais ne faiblit. Il s’agit du plus grand succès de MOLLY dans les charts ricains. Le groupe ne sera toutefois jamais une machine à singles, nous sommes bien d’accord. Nous sommes presque dans le pub rock des aussies de ROSE TATOO ou de COLD CHISEL sur "Boogie No More" et "It’s All Over Now", mais finalement les titre parlent d’eux-mêmes. La consommation d’alcool est comparable, j’ai envie de dire "les futurs décès aussi". Cependant, les chorus de guitare sont vraiment sympas et l’ambiance ne tombe pas un seul instant. On reste dans le boogie rock avec "Let The Good Times Roll" et ses grattes intenables.

Globalement, MOLLY HATCHET n’est pas le plus subtil des groupes de southern rock : on regrette par instant la fluidité exceptionnelle de BLACKFOOT ou les digressions des OUTLAWS, mais l’efficacité est là, aucun doutes ! On note toutefois quelques émotions bienvenues qui se détachent de la superbe "Long Time" à la belle ambiance canyonesque, mon titre préféré de l’opus. C’est d’ailleurs ainsi que je préfère mon sudiste ! Puis, le côté laidback de "Jukin City" n’est pas feint. Le chant de Danny y est à l’avenant, un instant cool et sans prise de tête. Les aspects pop – un brin de synthé étonnant - de "One’s Man Pleasure" lui donnent une accroche évidente en terme de mainstream. Un petit refrain bien foutu et le tour est joué.

"Gunsmoke" est un des titres les moins mémorables du lot, un simple rock peu original. Enfin, les gars d’Epic ont cru bon relancer l’intérêt des fans en ajoutant quelques bonus aux rééditions du plus grand succès de la MOLLY. Nous avons donc la molassone "Silver And Sorrow" qui ressemble vraiment à une chute de studio. Puis des trois morceaux live, seul "Cross Road Blues" est un inédit. Je ne vois guère ce qui pourrait intéresser les fans à part ça, on sait tous ce que les mecs de Jacksonville dégagent en concert. Le titre est bon, les mecs savent jouer, cool.

Il s’agit de l’album le plus vendu de MOLLY HATCHET qui s’est écoulé à plus de deux millions d’exemplaires en terre de l’oncle Sam. Je le trouve plutôt moins bon que le premier : quelques titres sont de trop et ne permettent pas à l’ensemble de truster le quatre. Je conseille cependant l’écoute de "Long Time", seul titre qui mérite à mon sens une postérité. Bien sûr, l’amoncellement de blues-rock est sympa, mais il manque souvent un je-ne-sais-quoi d’originalité pour me convaincre, même si la zique reste très cool.

A lire aussi en BLUES-ROCK par ERWIN :


Calvin RUSSELL
Contrabendo (2011)
Live but dead




BLACKFOOT
No Reservation (1975)
Légendaire


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Danny Joe Brown (chant-harmonica)
- Dave Hlubek (guitare)
- Steve Holland (guitare)
- Duane Roland (guitare)
- Banner Thomas (basse)
- Bruce Crump-batterie)


1. Whiskey Man
2. It’s All Over Now
3. One’s Man Pleasure
4. Jukin City
5. Boogie No More
6. Flrtin’ With Disaster
7. Good Rockin
8. Gunsmoke
9. Long Time
10. Let The Good Times Roll
11. Silver And Sorrow
12. Cross Road Blues



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod