Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ-ROCK  |  STUDIO

Questions / Réponses (1 / 3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1968 Truth
1969 Beck-ola [jeff Beck G...
1971 Rough And Ready [jeff...
 

- Membre : The Jeff Beck Group , The Yardbirds , Jellyfish
- Style + Membre : Jeff Beck & Johnny Depp

Jeff BECK - There And Back (1980)
Par ELK le 22 Janvier 2023          Consultée 1528 fois

Jeff BECK a toujours aimé prendre son temps, rester chez lui à bricoler des voitures, oublier un peu le show bizz, laisser venir de nouvelles envies et idées. C’est ainsi près de quatre années après le fameux Wired, qu’il revient pour compléter sa trilogie Jazz-Rock avec ce There and Back qui en est le digne successeur, tant par les styles abordés que pour la qualité des titres proposés. Comme de coutume, Jeff s’appuie sur des compositeurs qui vont l’aider à tisser les trames lui permettant d’exprimer toute sa fougue et son lyrisme armé de sa légendaire Fender Stratoscaster. Cette fois-ci, c’est le célèbre pianiste tchèque Ian Hammer qui signe les trois premiers morceaux, les cinq autres, tout aussi instrumentaux, étant principalement l’œuvre d’un nouveau venu, l’éclectique pianiste britannique Tony Hymans.

"Star Cycle" ouvre l’album avec des boucles de séquenceur typiques de Hammer (on aime ou pas, il faut reconnaître que ça un peu vieilli), une batterie et une basse dynamique, avant un thème assez simple joué par Jeff qui ne tarde pas à agrémenter le morceau de toute sa panoplie sonore, tantôt dans un feeling Jazz, tantôt plus proche du blues-Rock qu’il maîtrise si bien.
Au rayon des morceaux dynamiques, on peut citer également "You Never Know" construit autour d’un groove de basse/batterie et où les duels guitare/claviers se succèdent, c’est intéressant sans être transcendant.
Plus original, "El Becko" démarre sur des harmonies hispanisantes au piano de Hymans, avant que la guitare de Jeff envoie un superbe thème plein de feelling. Le morceau se poursuit ensuite sur un rythme nettement plus rock-blues que les morceaux de Hammer.

"Space Boogie" est la pièce la plus rapide de l’album avec une jolie partie de batterie de Simon Philips, puis un superbe thème à la guitare suivi par un solo que Jeff s’attache comme d’habitude à enjoliver avec toutes sortes d’effets guitaristiques, vibratos, glissandos, gammes pentatoniques jouées à toute vitesse, jeu sur le potard de volume. Citons également "Too Much to Lose", tempo medium doté d’une basse dynamique et au très joli thème brillamment interprété par Jeff.
Mais au-delà des morceaux précités, There and Back contient trois pièces nettement plus atmosphériques sur lesquelles Jeff brille de mille feux. "The Pump" est magnifique, une ligne de basse/batterie lente et hypnotique sur laquelle Jeff tisse une superbe toile sonore pleine de feeling et de grâce, agrémentée de superbes breaks et de solos gorgés de feeling. Ce titre, un classique de Jeff, a été choisi pour apparaître dans le film Risky Business de Paul Brickman.

"The Golden Road" installe une ambiance smooth jazz assez convenue et inhabituelle chez Jeff, avant que de la guitare vienne trancher dans le vif au fil d’interventions magnifiques savamment dosées (je vous recommande particulièrement le glissando à la fin de la première). C’est atypique mais fonctionne bien, et le solo final est superbe.
Il nous reste à commenter la dernière pièce du disque, "The Final Peace", titre très calme et atmosphérique qui met parfaitement à l’honneur la guitare de Jeff. Sur une nappe de claviers, il lance un thème lent et plaintif sur lequel son expressivité est à son meilleur. On y trouve toute sa palette d’effets, son jeu sur les intensités et les vitesses et, bien entendu, les sons qui n’appartiennent qu’à lui. Le résultat est vraiment superbe.

Avec cet album, Jeff BECK met joliment un terme à cette période Jazz-Rock, ses efforts suivants seront tournés vers des sonorités bien différentes, comme il se doit pour l’infatigable expérimentateur qu’il a toujours été. En attendant, There and Back tient encore joliment la route plus de quarante ans après sa sortie, ne nous privons donc surtout pas de continuer à l’écouter et l’apprécier.

A lire aussi en JAZZ par ELK :


Pat METHENY
Orchestrion (2010)
Audacieux et fascinant




PAT METHENY GROUP
First Circle (1984)
Transition et ruptures


Marquez et partagez





 
   ELK

 
  N/A



- Jeff Beck (guitares)
- Jan Hammer (claviers, batterie)
- Tony Hymas (claviers)
- Mo Foster (basse)
- Simon Philips (batterie)


1. Star Cycle
2. Too Much To Lose
3. You Never Know
4. The Pump
5. El Becko
6. The Golden Road
7. Space Boogie
8. The Final Peace



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod