Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK-INDUS  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1968 Truth
1969 Beck-ola [jeff Beck G...
 

- Membre : The Jeff Beck Group , The Yardbirds , Jellyfish
- Style + Membre : Jeff Beck & Johnny Depp

Jeff BECK - Jeff (2003)
Par ELK le 24 Juillet 2023          Consultée 329 fois

Deux ans après l’inégal You Had It coming, Jeff BECK vient mettre un terme à sa trilogie techno / indus avec ce Jeff sensé, si on en croit le titre, représenter la quintessence de son art et surtout de ses expériences sonores du moment. Le manche de guitare bricolé ne nous trompe pas sur la marchandise : Jeff va cette fois totalement au bout de ses délires sonores, car c’est bien le son qui le drive ici, en se passant cette fois presque totalement de musiciens additionnels, bâtissant une équipe presque exclusivement composée de producteurs et arrangeurs de musique électronique, ainsi que d’une kyrielle de chanteurs invités à poser des voix qui seront cette fois traitées presque comme des instruments additionnels.

Le style est plus que jamais ancré dans cette opposition entre les sons tirés des machines et toutes les formes d’apparitions de la guitare de Jeff, parfois très classiquement Hard-Blues, parfois totalement réinventée au fil de sonorités improbables où on ne perd cependant jamais complètement l’âme et l’essence du musicien. Jeff met à cette occasion pleinement le pied dans un univers indus, tout en persistant dans l’usage intensif de séquenceurs, boîtes à rythmes et autres "merveilles" modernes qui fascinent alors cet amoureux du bricolage. Les morceaux « traditionnels » sont du coup presque inexistant, en ce sens cet album est peut-être le plus stylistiquement cohérent de ceux sortis à cette période alors qu’il affiche pas moins de 13 titres au compteur !

Le résultat me direz-vous ? Eh bien je suis comme de coutume partagé entre mon goût modéré pour les bidouillages de studio et les sons tirés des machines (notamment pour les rythmes), et finalement souvent rattrapé par la conviction et le talent que Jeff met dans chacune de ses interventions. Si un morceau comme "Pork U Pine" avec sa voix répétitive et la saturation excessive de ce qui lui sert de basse me lasse rapidement, je dois avouer que "So What" qui introduit l’album avec un gros riff indus finit par passer, de même que "Plan B" et son petit thème minimaliste en son clair. Mieux, je trouve que "Seasons" est plutôt réussi avec son ambiance orientale, ses couches brillantes de la guitare de Jeff et son très joli pont lent et planant. Même remarque pour "Line Dancing With Monkeys" aux rythmes un peu exotiques et à l’ambiance très prenante. Dans un tout autre genre, "Hot Road Honeymoon" évoque parfaitement l’univers de la course automobile avec son riff bluesy et son rythme trépidant. Mais c’est comme souvent dans les titres lents que la guitare de Jeff brille de mille feux : "JB’s Blues" qui bénéficie de la présence aux claviers de Tony Hymans tisse un parfait écrin pour mettre en valeur un formidable jeu de guitare tout en legato. On retrouve le pianiste britannique sur le dernier morceau du disque, le planant "Why Lord Oh Why" qui fait suite au non moins réussi "Bulgaria", reprise d’un morceau traditionnel qui bénéficie d’une superbe orchestration classique et des notes magiques de Jeff. Ce titre préfigure parfaitement cette inclinaison classique qui fera la beauté de Emotions and Commotions en 2010. Concernant les autres titres, je vous laisse retenir ce qui vous accrochera le plus l’oreille, il serait bien étonnant que ce ne soit pas le cas tant le menu est copieux et d’une belle variété une fois le format de départ clairement défini.

Finalement, à l'avenant des deux autres disques issus de cette période, je suis loin d’adhérer totalement à la démarche, et j’ai du mal à revenir régulièrement sur cette galette alors que je ne me lasse pas d'opus de genre différent du guitariste britannique. Je suis néanmoins incapable de rejeter une telle œuvre tant nombre de pépites se cachent au fil de ses sillons. Je dirai de ce disque qu’il est finalement peut-être le plus radical de la trilogie, ce qui est loin d’en faire le moins intéressant. Du coup le 3 me semble parfaitement justifié, à vous d’aller piocher et dénicher ce qui vous fera vibrer.

A lire aussi en ROCK :


PANIC ROOM
Skin (2012)
Pop-rock progressif à fleur de peau




POPOL VUH
Coeur De Verre (1977)
Un rock lumineux et extatique : du pur Popol Vuh


Marquez et partagez





 
   ELK

 
  N/A



- Jeff Beck (guitares)
- Samantha Sprackling 'saffron' (chant )
- Andy Wright (chant )
- Ronni Ancona (chant )
- Nancy Sorrell (chant )
- Baylen Leonard (chant )
- The Beached Boys (chant )
- Apollo 440 (chant )
- Eric Martin (chant )
- Tony Hymas (claviers )
- Dean Garcia (enregistrement, mixage )
- Steve Barney (batterie )
- Paul Kodish (batterie )
- Wil Malone 'arrangements Orchestraux) (4,12)
- London Session Orchestra (4,12,13)


1. So What
2. Plan B
3. Pork-u-pine
4. Seasons
5. Trouble Man
6. Grease Monkey
7. Hot Rod Honeymoon
8. Line Dancing With A Monkey
9. Jb's Blues
10. Pay Me No Mind (jeff Beck Remix)
11. My Thing
12. Bulgarian
13. Why Lord Oh Why



             



1999 - 2023 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod