Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1968 Truth
1969 Beck-ola [jeff Beck G...
 

- Membre : The Jeff Beck Group , The Yardbirds , Jellyfish
- Style + Membre : Jeff Beck & Johnny Depp

Jeff BECK - Flash (1985)
Par ELK le 2 Février 2023          Consultée 777 fois

Fidèle à son habitude, Jeff BECK ne se presse pas pour donner un successeur au fort réussi There and Back venu clôturer sa période Jazz-Rock. Comme il l'a avoué lui-même, il n’avait aucune idée alors de la direction musicale à prendre, c’est ainsi qu’il est tombé dans les pattes de Nile Rodgers, porteur de la promesse de tubes et de succès faciles (c'est le leader de CHIC et l'auteur de nombreux tubes parmi lesquels le "Spacer" de SHEILA). Ce dernier, en plus de produire une partie de l’album, en écrit seul quatre de ses neuf titres, le problème de Jeff restant encore et toujours sa difficulté à composer. En soupoudrant l’ensemble de quelques invités prestigieux, c’est ainsi qu’est né FLASH, album le plus controversé et daté de la discographie de Jeff.

Il est plutôt difficile de chroniquer cet album où le pire (souvent) côtoie quelques jolis éclairs. Disons d’abord que le son de la plupart des titres est affreux et terriblement ringard, tant il est marqué par les tics typiques des 80’s : boîtes à rythme ignobles, séquences et effets de studio totalement démodés, excès de réverbération, chant époumoné. Tout ceci est bien éloigné de l’univers antérieur de Jeff qui malgré tout parvient à rehausser l’ensemble d’interventions souvent magiques ; il faut dire qu’il ferait un chef-d’œuvre de trois accords d’orgue Bontempi sur lesquels il viendrait poser ses notes fantastiques.
Regardez son costard, en plus il a même changé sa Startocaster pour des guitares Jackson roses et orange. Cela dit, le succès est globalement au rendez-vous grâce aux quatre singles tirés de l’album.
Pour entrer dans le détail, disons que les morceaux de Nile Rodgers sont parmi les plus pénibles. "Ambitious" est gâché pour les raisons évoquées ci-dessus, alors que sur "Get Workin’" (vaguement correct) et "Night After Night" (plutôt affreux), il se met en tête de faire chanter Jeff, expérience plus qu'hasardeuse jamais renouvelée à ma connaissance. "Stop Look and Listen" ne présente pas non plus d’autre intérêt que le solo de Jeff. "Gets Us All On the End", de bien meilleure facture, rencontre même un certain succès dans les charts, titre pop correct (si on fait abstraction du son) illuminé par chacune des interventions de la guitare. Jeff retrouve sur "Escape" son compère Jazz-Rock Ian Hammer aux fameuses séquences de claviers (il faut aimer), et y gagne même un Grammy award au titre de la 'Best rock instrumental performance of the year'. Le titre est un peu daté, mais les mélodies de guitare de Jeff sont excellentes. Le meilleur moment du disque est néanmoins sans conteste le "People Get Ready" de Curtis MAYFIELD, dans une version magistralement interprétée par Rod Stewart et portée par les formidables interventions de Jeff vers un succès bien mérité dans les charts. Enfin "Ecstasy" est un bien médiocre ersatz de TOTO, alors que le disque s’achève sur le très correct "You Know We Know" de Tony Hymans qui deviendra un complice régulier de Jeff. Sur de jolis accords de synthé (et malheureusement un affreux rythme électronique), la guitare, enfin libre, tisse une belle mélodie qu’elle enjolive progressivement, avant un chorus de bonne facture.

Il est clair qu'en dépit de quelques bons passages (les titres produits par Jeff sont de loin les meilleurs du lot) et d'un certain succès commercial, la voie suivie par Flash était sans issue pour Jeff, bien trop restrictive pour laisser libre cours à sa formidable inspiration bien mieux servie dans un contexte purement instrumental (à l’exception notable de "People Get Ready"). Jeff BECK avoue lui-même ne pas aimer cet album et avoir à l’époque perdu le sens du projet au profit de ses producteurs et autres compères en studio. Il a su parfaitement redresser le tir dans les disques suivants, sans jamais néanmoins perdre son fil conducteur : ne se fixer aucun interdit, aucune limite, et toujours continuer à expérimenter et progresser. Alors oublions Flash et goûtons encore et toujours aux multiples merveilles de sa discographie.

A lire aussi en ROCK par ELK :


FFF
I Scream (2023)
Crème glacée ou madeleine de Proust ?




Bruce SOORD
Luminescence (2023)
Une belle lumière bleutée


Marquez et partagez





 
   ELK

 
  N/A



- Jeff Beck (guitares, vocaux)
- Jimmy Hall (vocaux)
- Rod Stewart (vocaux)
- Jan Hammer (synthétiseur)
- Tony Hymas (claviers)
- Duane Hirtchings, Robert Sabino (claviers)
- Carmine Appice, Jimmy Bralower, Barry De (batterie)
- Jay Burnett (percussions)
- Doug Wimbish (basse)


1. Ambitious
2. Gets Us All In The End
3. Escape
4. People Get Ready
5. Stop, Look And Listen
6. Get Workin'
7. Ecstasy
8. Night After Night
9. You Know, We Know



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod