Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Babet
 

 Dionyweb (1282)
 Ciel En Sauce (1021)
 Coccinelle (995)
 Ciel En Sauce (939)

DIONYSOS - La Mécanique Du Coeur (2007)
Par BARZ le 2 Avril 2008          Consultée 4442 fois

Il en aura fait surchauffer des claviers ce disque (oui, l'expression "faire couler de l'encre" est totalement dépassée)... Bien avant sa sortie, son casting choc était annoncé : Dionysos s'octroiera les services d'Alain Bashung, Jean Rochefort, d'Éric Cantona, d'Olivia Ruiz, de Grand Corps Malade, etc. Mais qu'est-ce que c'est que ce grand délire ? L'effet "Bling-Bling" a-t-il réussi à envahir le rock ? Dionysos était-il en manque de popularité et faisait-il appel à plus vendeur qu'eux ? Hum, louche cette histoire...

Et puis le voile a commencé à se lever. "La Mécanique du cœur" ne serait pas vraiment un disque comme les autres, mais la bande originale du roman éponyme écrit par Mathias Malzieu, leader du groupe de Valence. Hum, moui, pourquoi pas... Mais pas de quoi en faire tout un pâté non plus, "Western sous la neige" était en étroite relation avec le recueil de nouvelles "38 mini westerns (avec des fantômes)" et "Monsters In Love" partageait quasiment tout son univers avec le roman "Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi". On nous aurait menti ? Cette "Mécanique du coeur" ne serait-elle qu'une simple suite logique de l'œuvre fourmillante de Mathias et ses compères ?

Mettons tout de suite les choses au clair, donc. Mathias Malzieu construit depuis des années des ponts entre son expérience solitaire d'écrivain et sa machine à rêves et à rock and roll Dionysos, et cette interactivité entre disque et livre n'est pas nouvelle pour le groupe. C'est cependant la première fois que l'idée est poussée à son paroxysme. L'idée est simple : imaginons que le roman est une comédie musicale nécessitant une bande son, chaque personnage du livre ayant droit à sa voix sur le disque. Le tour est joué, "La Mécanique du cœur" (le disque) est la bande originale du livre. "Un acte manqué de cinéma", déclarera Malzieu... Deux objets vendus séparément alors qu'il est difficile de se passer de l'un lorsque l'on a goûté à l'autre, et inversement... Il aurait été pourtant simple de faire un objet comme le "Sibérie m'était contéee" de Manu Chao ou alors comme un livre-cassette de quand nous étions gamins. Qui n'a pas eu "Le Petit Prince" accompagné de sa cassette audio ? Mathias justifiait cette séparation des deux objets en avançant que ce n'était pas un album concept et qu'il pouvait s'écouter comme un album de rock, en lecture aléatoire, en sautant des chansons, etc... Mouais, on y reviendra...

***

Little Jack est né en Écosse le jour le plus froid du monde, en 1874 (soit un siècle avant Mathias). Pauvre petit nourrisson, son cœur est gelé et Madeleine, la sage femme un peu bricoleuse le mettant au monde, le remplace par une horloge pour lui sauver la vie. Une horloge à la place du cœur, quelle drôle d'idée... Un tour de passe-passe lorgnant vers le fantastique des contes qu'on nous lisait étant gosse, permettant d'assouvir quelques fantasmes de narration et de parler d'une nouvelle façon d'amour et d'émotions en en faisant un phénomène mécanique. Bien entendu, il est fortement déconseillé à Little Jack d'avoir des émotions trop intenses et, je vous le donne en mille, il trouve le moyen, le jour de ses dix ans, de tomber amoureux de la petite Miss Acacia. L'horloge s'emballe, le coucou déraille, les engrenages palpitent, ça fait mal et ça fait du bien à la fois, Little Jack découvre l'amour. S'en suivent alors tout un tas d'aventures où s'entremêlent jalousie, amitié, peur, tristesse, rejet, etc.

Un conte en quelque sorte assez facile d'accès et universel, comme un Pinocchio ou un Edward aux mains d'argent.

***

Intéressons-nous au disque, désormais. Comme je vous le disais, chaque personnage important du livre est interprété par une voix différente. Au moment où les lignes du roman étaient écrites, le casting se faisait dans la tête de Mathias et ses pensées devaient avoir à peu près cette allure : "Bon, Little Jack, c'est moi. Miss Acacia, c'est Olivia Ruiz, ça le fait de déclarer sa flamme sur un disque. Hey ! Et si Jean Rochefort c'était Méliès ? Et Grand Corps Malade ferait le méchant Joe, celui qui terrorise la cour de l'école. Etc.". Vous l'aurez compris, chaque personnage est pensé en fonction de celui qui l'interprétera, et le roman a plus ou moins été écrit comme un film.

La transposition sur disque se fait de manière linéaire, suivant le déroulement de l'histoire, de la naissance de Jack à son voyage en Andalousie, en passant par sa rencontre avec Miss Acacia. Chaque scène essentielle du livre se voit reconstituée dans les 18 titres du disque, ce qui va à l'encontre des arguments de Mathias quand il dit que ce n'est pas un album concept. Un peu quand même, si l'on prend une chanson comme "Symphonie pour horloge cassée" et ses premiers mots, on est bien emmerdé si l'on n'a pas ce qui précède : "Tout à coup, le coucou dans mon cœur se met à sonner, très fort, bien plus fort que lorsque je fais mes crises".
Comme il y a cette fois-ci beaucoup à raconter et que Mathias sort de l'exercice marathonien du roman, les chansons de Dionysos prennent cette fois-ci un tout autre aspect. Il n'est plus question de chansons courtes et sommaires comme à leurs débuts, mais de chansons fleuves, en vers ou en prose. Jamais les textes des chansons n'ont été aussi denses et difficiles à interpréter.
Ainsi, ce n'est pas sans quelques vacillements que Mathias et ses invités posent leurs voix sur ces pavés textuels, rendant fragiles certaines chansons comme "Symphonie pour horloge cassée", "L'Homme sans trucage" ou encore "La Panique Mécanique". Cette densité devenant alors plus naturelle lorsqu'elle devient "slammée" par la voix de Grand Corps Malade, qui a lui-même contribué à l'écriture de ses textes, même si celui-ci n'est pas aussi convaincant que sur son disque "Midi 20".

Un phrasé plus hip-hop que rock fait alors son apparition au sein de Dionysos, apportant ainsi un bouleversement attendu depuis un moment. Nous savions qu'ils étaient fans de Buck 65, nous attendions leurs premiers pas dans le hip-hop ("Old Child" sur l'album précédent annonçait déjà la couleur) et nous sommes majestueusement servis avec "La Berceuse Hip-Hop du docteur Madeleine", l'un des plus beaux morceaux du disque, en duo avec la franco-anglaise Emily Loizeau. Les autres bonnes surprises viennent du duo avec Arthur H pour la reprise endiablée du chant gospel "When The Saints Go Marchin'in", du très rigolo "Cunnilingus mon amour !" (je précise au lectorat que Cunnilingus est le nom d'un hamster) en duo avec une Rossy de Palma excellente, et de "La Panique Mécanique", une bien étrange chanson avec un Bashung qui fait du Bashung déguisé en Jack l'éventreur...

Le reste du disque semble être du remplissage et la troupe était nettement moins inspirée. Certes les duos avec Olivia Ruiz révèlent très bien la belle complicité existante entre elle et Mathias mais tombent facilement dans la variétoche, "Whatever the weather" change de ce que nous avions l'habitude d'entendre, "King Of the ghost train" annonce sa future efficacité sur scène, mais Dionysos nous avaient habitué à plus de sang, de hargne et de poussière (bref, de rock) dans leurs titres.

Musicalement, par contre, c'est certainement leur disque le plus abouti. Le groupe (sauf Babet alors en tournée pour son disque en solo) accompagné d'Olivier Daviaud et de quelques musiciens additionnels s'enferment à la maison pour y enregistrer des ambiances très cinématographiques. L'aspect mécanique de l'histoire contée est merveilleusement retranscrit par des sons d'horloges et d'engrenages captés par Mike chez un horloger, une section cuivre (trompette, trombone) ajoute une touche épique à l'ensemble, et rarement le jeu de guitare de Mike et la batterie de Rico n'ont été aussi saisissants. Les arrangements sont d'une profondeur épatante et l'on se plaît à écouter le disque sur une bonne chaîne hifi, avec un volume correctement élevé. Dommage qu'une version 33t ne soit à ce jour pas disponible.

Malgré ses nombreuses qualités, il est facile de ressortir déçu de l'écoute de "La Mécanique du cœur", un disque inégal au côté "bling bling" pouvant un peu déranger (la présence de Jean Rochefort est anecdotique, celle de Grand Corps Malade est regrettable), déviant parfois vers une variété laissant à désirer. Ces inconvénients étant rattrapés par l'enthousiasme créé par un tel projet à la fois ambitieux et très personnel, secouant les puces d'un rock français qui commence à gratter comme un vieux pull à mamie, il était temps de mettre un bon coup de pied dans la fourmilière en montrant qu'il est encore possible de faire dans l'originalité quand on est un groupe reconnu signé dans une grosse maison de disques. De plus, le projet ayant été apprécié par Luc Besson, sa société de production financera le film "La Mécanique du Cœur" qui sera réalisé par Malzieu, Sfar et Berla (réalisateur des derniers clips du groupe) et la boucle sera bouclée ! Rien que pour cette démarche de sortir de l'autoroute disque/tournée/disque/tournée/.../, félicitations au groupe et à sa tête pensante !

A lire aussi en ROCK par BARZ :


NOIR DéSIR
666.667 Club (1996)
L'album incontournable...

(+ 2 kros-express)



EIFFEL
Tandoori (2007)
Certains albums semblent indispensables

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   BARZ

 
  N/A



- Mathias Malzieu (chant, ukulélé, folk, glockenspiel)
- Mike Ponton (guitare, scratchs, programmations, ukulélé)
- Eric Serra-tosio (batterie, percussions, sifflet)
- Olivier Daviaud (violoncelle, mélodica, glockenspiel, mellotron, cl)
- Stéphan Bertholio (banjo, scie musicale, claviers, basse, guitare bar)
- Guillaume Garidel (basse, contrebasse)
- Bertrand Belin (theremin, banjo)
- Blaise Margail (trombone, beat box)
- Martin Saccardy (trompette, bugle)
- Gérard 'gigi' Tempia Bonda (violon)
- Michel Schick (clarinette, clarinette basse, flûte)
- Stéphane Blanc (contrebasse)
- Mathias Malzieu (little jack)
- Emily Loizeau (docteur madeleine)
- Arthur H (arthur)
- Olivia Ruiz (miss acacia)
- Babet (anna)
- Rossy De Palma (luna)
- Grand Corps Malade (joe)
- Jean Rochefort (méliès)
- Alain Bashung (jack l'éventreur)
- Eric Cantona (giant jack)


1. Le Jour Le Plus Froid Du Monde
2. La Berceuse Hip Hop Du Docteur Madeleine
3. When The Saints Go Marchin'in
4. Flamme à Lunettes
5. Symphonie Pour Horloge Cassée
6. Cunnilingus Mon Amour !
7. Thème De Joe
8. L'école De Joe
9. L'homme Sans Trucage
10. La Panique Mécanique
11. King Of The Ghost Train
12. Mademoiselle Clé
13. Candy Lady
14. Le Retour De Joe
15. Death Song
16. Tais Toi Mon Coeur
17. Whatever The Weather
18. épilogue + Hamac Of Clouds



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod