Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Syl Kougaï, Frank Riggio
 

 Site Officiel (475)
 Guide Jazz (160)

Amon TOBIN - Out From Out Where (2002)
Par SASKATCHEWAN le 8 Mai 2008          Consultée 3167 fois

« Au contraire, quelqu'un te donne-t-il un soufflet sur la joue droite, tends-lui encore l'autre. » Evangile selon Matthieu.

Oui, oui, encore, encore ! Après deux torgnoles monumentales infligées par Amon TOBIN, on en redemande ! Permutation nous avait laissé un peu hagard, Supermodified nous avait fouetté le bulbe jusqu’à plus soif, quid d’Out From Out Where ?
Depuis Bricolage en 1997, le plus brésilien des Anglais (ou l’inverse) prenait un malin plaisir à triturer des samples de Jazz, pour un résultat toujours plus phénoménal. Si bien qu’après les sommets atteints sur Supermodified, on se demandait ce que le magicien allait tirer de son chapeau pour son cinquième album.

Exit les samples de Jazz, welcome la musique de film. On ne peut pas dire que ce soit une surprise, non, la maladie couvait depuis longtemps déjà. Quelques indices éparpillés ça et là montraient déjà la voie : un crincrin un peu trop mis en avant, un délire orchestral temporaire, une pointe de grandiloquence hollywoodienne momentanée ; mais sur Out From Out Where, l’infection s’étend pour atteindre un stade critique. Et voilà que j’en parle comme d’une peste ! Non, ce côté filmesque, orchestral est un bacille bienveillant, à ranger auprès des microbes sympathiques d’Il Etait Une Fois La Vie. Voluptueux et gracile, Out From out Where ne cesse d’étonner grâce à une richesse sonore fignolée dans les moindres détails.

Et dire que j’allais oublier de parler du Drum n’Bass. Amon TOBIN aussi il faut croire, puisque encore une fois, Out from Out Where se démarque des productions précédentes par une relative discrétion de la boîte à rythme (chipotons : des samples de percussions). Le travail sur le rythme n’est pourtant pas réduit à peau de chagrin, les beats sont là, mais enrobés d’effets, souvent sous forme de motifs simples et orchestraux qui se lient et se délient au fil des breaks et des reprises. Là où la B.O. de Splinter Cell développera des structures parfois peu évidentes, Out From Out Where s’écoule sans accroc jusqu’à la dernière note.

Si la première partie de l’album est de très bonne qualité, avec un « Back From Space » oscillant entre groove et basses menaçantes, un « Verbal » très orienté Abstract Hip-Hop et un « Searchers » monumental, la seconde partie, elle, est carrément démentielle. « Cosmo Retro Intro outro », presque funk, est un rayon de soleil sur un album plutôt sombre. « El Wraith » suggère un monastère qui résiste tant bien que mal aux assauts du vent, perché sur la cime d’une montagne. « Mighty Micro People » quant à lui, conclut l’album sur une note plus légère et contemplative, bonne nuit les petits.

Au final, si Out from Out Where n’atteint peut-être pas le niveau de son illustre aîné, il reste un album majeur de la musique électronique actuelle. Porté par un flot constant d’imitateurs plus ou moins talentueux, le cinquième opus d’Amon TOBIN reste une source d’inspiration sans fin pour les apprentis bidouilleurs, et accessoirement pour les réalisateurs d’émissions de télés bidons qui piochent allègrement dans le catalogue de l’artiste pour illustrer leur propos.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par SASKATCHEWAN :


BARKER & BAUMECKER
Transsektoral (2012)
Un album bien copieux pour finir l'hiver




APHEX TWIN
Digeridoo (1992)
Richard au pays des kangourous


Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
  N/A



- Amon Tobin (tout)
- Mc Decimal R (invité sur verbal)


1. Back From Space
2. Verbal
3. Chronic Tronic
4. Searchers
5. Hey Blondie
6. Rosies
7. Cosmo Retro Intro Outro
8. Triple Science
9. El Wraith
10. Proper Hoodidge
11. Mighty Micro People



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod