Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Caravan, King Crimson

CAMEL - Camel (1973)
Par MARCO STIVELL le 16 Mars 2010          Consultée 2947 fois

CAMEL est le nouveau patronyme de la formation (autrefois The BREW) montée par le guitariste Andrew Latimer avec le bassiste Doug Ferguson et le tout jeune (à peine 14 ans) batteur Andy Ward. A leurs débuts, ils ne se font guère plus remarquer que d'autres nombreux groupes de blues-rock britanniques. Afin de donner un nouveau souffle à leur musique, ils vont faire appel au claviériste Peter Bardens, qui possède déjà une petite renommée grâce à son premier album solo commercialisé à la fin des années 60. Ils finissent ainsi par décrocher un contrat sur le label MCA et ce premier disque paraît en 1973.

Dès les premières mesures de "Slow Yourself Down" on se dit que le groupe ne semble pas avoir quitté tant que cela le sentier qu'il avait emprunté à ses débuts, vu à quel point ça sent bon le blues-rock de la fin des années 60, genre FLEETWOOD MAC. Andrew Latimer chante de manière un peu monocorde et l'orgue Hammond ronfle légèrement sur les refrains. En tout cas le début s'annonce bien pépère. C'est sans compter le décollage qui survient au bout de la deuxième minute, un véritable élan salvateur dans lequel guitare et orgue rugissent et délivrent des moments jouissifs. Le chant lui-même (sans paroles cette fois) offre un bon concours.

Bien que "Slow Yourself Down" se place devant d'autres compositions de l'album, elles aussi tout en nuances, ce morceau est très caractéristique du potentiel de CAMEL, du moins dans ses premiers moments : des passages qui ne payent pas de mine plus que cela et qui en cachent d'autres vraiment magnifiques, quel que soit leur contexte. Mais cela reste encore assez léger par rapport à ce qui suivra. "Arubaluba" possède également de superbes décollages fiévreux et "Separation" son lot de bonnes idées, comme les riffs, mais on se dit qu'il manque encore quelque chose à l'ensemble, non pas aux morceaux. Pas à ceux-là en tout cas... Il est vrai que "Six Ate" et "Curiosity", bien que bons, et malgré les efforts réalisés notamment par Peter Bardens, ne resteront pas gravés comme étant les meilleurs. En revanche, les chansons "Mystic Queen" et surtout "Never Let Go", méritent vraiment le détour. La seconde (avec une fine nappe de mellotron), parue en single, aurait même pu constituer un premier tube pour le groupe mais, et ce sera applicable pour tous leurs albums, CAMEL semble être frappé d'une malchance sans égale.

C'est certainement en partie dû au fait que, même doté de musiciens surdoués (Latimer en tête pour moi), CAMEL n'a, à ses débuts, pas pu trouver un frontman de choix, et même disons-le, un chanteur charismatique. S'ils chantent plus (Ferguson, Latimer) ou moins (Bardens) juste, avec une tendance à rester légèrement en retrait, aucun des membres du combo ne parvient à donner l'image d'un chanteur de groupe tel que Jon Anderson de YES ou Peter Gabriel de GENESIS. En y repensant, les éléments évoqués ci-dessus contribuent peut-être à leur personnalité. Il n'en demeure pas moins qu'ils n'obtiendront pas la reconnaissance ou la stature de ces derniers. Toutefois, ce premier album possède déjà beaucoup de qualités et il constitue, pour ceux qui sont désireux de découvrir un album des débuts, une bonne porte d'entrée dans l'univers de CAMEL. Un album correct mais pas mythique.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par MARCO STIVELL :


CURVED AIR
Live (1975)
Un puissant live de rock progressif




René WERNEER
Ecoutez Tous, Pauvres Et Riches (1978)
Folk progressif, plus rock que malicorne


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
   ARP2600

 
   (2 chroniques)



- Andrew Latimer (guitares, chant)
- Peter Bardens (claviers, chant)
- Doug Ferguson (basse, chant)
- Andy Ward (batterie, percussions)


1. Slow Yourself Down
2. Mystic Queen
3. Six Ate
4. Separation
5. Never Let Go
6. Curiosity
7. Arubaluba



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod