Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Santana & Buddy Miles, John Mclaughlin , Richard Wahnfried , The Isley Brothers And Santana

SANTANA - Love Devotion Surrender (1973)
Par MARCO STIVELL le 6 Juin 2010          Consultée 3880 fois

Ce n'est pas une surprise, mais ça a dû en être une belle quand même... Bizarre de commencer une chronique de cette manière, mais l'explication est simple, très simple même. La surprise vient de ce nouveau disque. Ce n'en est pas une par rapport au fait que l'on savait, à l'écoute du précédent Caravanserai, que la musique de Carlos et ses acolytes prenait des accents jazz, toujours fusionné avec du rock cependant. Un tournant que le second guitariste Neal Schon et le chanteur-organiste Greg Rolie n'ont pas voulu suivre plus longtemps, et ils quittent donc le groupe en 1972. L'équipe de Carlos s'enrichit d'un nouveau percussionniste, Armando Peraza, qui accompagnera le leader pendant de très nombreuses années. Et donc la surprise, c'est outre la décision d'un album avec un autre maître de la guitare, John McLAUGHLIN (très en vogue dans cette veine jazz-rock avec le Mahavishnu Orchestra) la nouvelle philosophie de Carlos SANTANA. Je ne sais pas si c'est John qui l'y a invité, mais tout comme ce dernier qui arbore pour nom spirituel "Mahavishnu" (d'où le nom de son orchestre) et comme beaucoup d'autres artistes issus de cette génération fin des années 60, notre Carlos a tout bonnement décidé de suivre les préceptes d'un gourou indien, Sri Chinmoy (le même que McLAUGHLIN). Bien sûr, il aura aussi droit à un joli nouveau nom, ce sera "Devadip" ("oeil du dieu"). Devadip Carlos SANTANA. Il va falloir s'y faire, certains de ses albums (les plus "recherchés" on va dire) porteront cette marque.

Ici c'est donc la collaboration de Devadip Carlos SANTANA et de Mahavishnu John McLAUGHLIN. Ah que je rigole encore, ne serait-ce que par rapport à la photo de la pochette, tout ce blanc, ces deux hommes vêtus tout de blanc, inclinés vers l'avant comme s'ils allaient recevoir la bénédiction. Sur une autre de la même époque, on les voit tous les trois assis en tailleur, le gourou au milieu... C'est sûr ça fait rire, mais il faut se dire que c'était alors comme ça, et que ça va quelque peu transparaître sur la musique du jeune mexicain, pour un petit moment. Alors certes, certains classiques des trois premiers albums comme "Incident at Neshabur" comprenaient bien quelques touches jazzy (surtout au piano, ah ha), mais c'était light et en tout cas loin d'être le cas des "Mother's Daughter", "Hope You're Feeling Better" et j'en passe. Ici, le seul lien avec ces derniers, ce sont les instruments rock, batteries (avec d'ailleurs le seul membre fondateur du SANTANA BLUES BAND restant à part Carlos : Michael Shrieve) et guitares avec un son distordu notamment, mais aussi de l'orgue électronique par Larry Young, le même qui a accompagné les plus grands du jazz et que l'on peut entendre entre autres sur le mythique Bitches Brew de Miles Davis. Rien de moins...

Puisqu'on est dans les atouts, les bons ingrédients alléchants, parlons des compositions... ainsi que des reprises. Parce que je peux bien vous le dire, Love Devotion Surrender est pour un tiers un hommage, et pas à n'importe qui. Si je vous dis Blue Train, My Favourite Things, ...A Love Supreme ? Un musicien dont les qualités de compositeur et d'improvisateur dépassent encore celle du pur instrumentiste, si telle chose est possible vu le point auquel cette dernière est vénérée ? John Coltrane bien sûr, un musicien dont les instruments, saxophones ténor et soprano, sont complètement absents ici. Mais c'est un bel hommage qui lui est rendu par ces deux guitaristes hors-pair, aussi bien sur "A Love Supreme" (reprise de l'album du même nom), que sur la ballade "Naima" (issue de Giant Steps), tout en finesse acoustique avec deux guitares seulement.

Le reste, mis à part un thème traditionnel repris par Carlos pour "Let Us Go into the House of the Lord", est entièrement composé par McLAUGHLIN. Difficile pour un non-jazzeux d'en parler avec des mots justes, mais il se trouve que j'apprécie assez ce qui nous est proposé, aussi bien le morceau suscité du haut de ses seize minutes (avec comme "A Love Supreme" une intro bien cacophonique pour nous rappeler que l'on écoute un disque de jazz-rock) que, et surtout le doux "Meditation", entièrement au piano. Curieux d'ailleurs de finir de la sorte, comme pour remettre le tout en ordre après tant de "folie" musicale. Folie jouissive d'ailleurs, du côté des batteurs, sur la fin de "The Life Divine" c'est purement ahurissant et jouissif ! Ca transpire énormément, d'autant plus que ces titres gardent vraiment l'esprit "pure musique noire" notamment grâce aux congas d'Armando Peraza.

Je vois en ce disque une manière assez subtile d'amener doucement (quoiqu'encore une fois, l'intro de l'album... ça passe ou ça casse !) les néophytes vers une oeuvre à la fois bien pensée, précise et recherchée, pas forcément évidente (pas du tout même pour certains passages), mais en tout cas plus facile d'accès que certains disques de John Coltrane justement. Peut-être est-ce le côté rock qui est à l'origine de cela, en tout cas le tout est d'une durée suffisante, SANTANA et McLAUGHLIN jouent bien leur rôle et leur collaboration ne va pas s'arrêter là. A bon entendeur...

A lire aussi en JAZZ par MARCO STIVELL :


Miles DAVIS
Kind Of Blue (1959)
Plus qu'un indispensable, un mythe




John SURMAN
Rarum: Selected Recordings (ecm) (2004)
La compilation comme elle se doit d'être


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Carlos Santana (guitares)
- Mahavishnu John Mclaughlin (guitares, piano)
- Larry Young (orgue)
- Armando Peraza (congas)
- Billy Cobham (batterie)
- Don Alias (batterie)
- Jan Hammer (claviers)
- Doug Rauch (basse)
- Michael Shrieve (batterie)


1. A Love Supreme
2. Naima
3. The Life Divine
4. Let Us Go Into The House Of The Lord
5. Meditation



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod