Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Harry Nilsson , The Lemon Twigs
- Membre : The Beatles , Elvis Costello
 

 Billboard : Say Say Say (228)

Paul MCCARTNEY - Mccartney (1970)
Par A.T.N. le 18 Juillet 2010          Consultée 2342 fois

Libre, enfin. Délesté du poids médiatique des BEATLES et des compromis liés au travail de groupe, Paul McCARTNEY respire le bonheur. Youkaïdi, youkaïda, petits oiseaux et fleurs des champs. Ayant annoncé la séparation des BEATLES, et ainsi enlevé un poids terrible de ses épaules, le chanteur éponyme* publie ce disque une semaine après.

Son premier album solo est à l’opposé des productions auxquelles il était associé en tant que co-leader du plus grand groupe du monde. Seul musicien du disque (guitares, basse, batterie, piano…) Paul a bricolé une galette à la maison, à Londres, avec sa femme Linda – dont la valeur ajoutée est intéressante… en tant que photographe. Pour le reste, potiche elle est, potiche elle restera. Quelques petits chœurs sans timbre ni coffre, le degré zéro de l’apport musical.

Tout à sa joie d’être l’unique maître d’œuvre de ce premier rejeton, le jeune barbu ne donne pas de titre à l’album. Son nom seul sur la pochette suffit à son contentement.

Le contenu, lui, verse d’une part dans les titres purement instrumentaux, parfaitement quelconques, comme des ébauches de chansons inachevées indignes de recevoir des paroles (« Valentine’s Day », « Hot as Sun/Glasses », « Momma Miss America », « Kreen-Akrore ») et les bons sentiments d’autre part (il aime sa femme, le brave homme). C’est ce qui sera toujours reproché à Macca, la frontière étant souvent mince entre une jolie chanson et une chanson mièvre.

Une chanson mièvre, c’est par exemple le « The Lovely Linda » en intro. Ou « Teddy Boy ». Des ritournelles sans ambition, empreintes de facilité, dénuées de poésie. Comme un amoureux transi que les copains trouvent totalement niais depuis qu’il a rencontré sa copine, le célèbre gaucher – au panthéon de cette caste en compagnie de Maradona, Hendrix et McEnroe – nous agace un peu. Linda est jolie, elle a des fleurs dans les cheveux, Teddy Boy va t’aider à faire un gros dodo, vous voyez le genre. Moi, je suis fan de McCARTNEY jusqu’au bout des orteils, j’arrive donc à trouver ces morceaux attachants parfois, mais il faut reconnaître que cela ne casse pas deux manches à une Hofner.

Un très joli titre comme « Every Night », sa basse vibrante éclairée d’une guitare métallique et claire, ou la belle déclaration « Maybe I’m Amazed » (bien écrite, hélas mal produite, elle sera bien mieux exécutée quand il aura un vrai groupe derrière lui) empêchent de considérer l’album comme totalement mauvais.

Et surtout, il y a « Junk ». Sir Paul dans tout son génie. Berceuse magique de 2 minutes composée en 1968 en Inde, non incluse sur le White Album, et que le gentil bassiste nous murmure comme si elle venait de lui apparaître, voix guitare, avec un petit xylophone et une basse pour la décorer juste comme il faut, lui donner les discrets soutiens rythmiques qui vont l’ancrer dans notre mémoire. Un petit moment volé aux anges, et une mélodie qui n’a rien à envier à « Michelle » ou « When I’m Sixty-Four », pour ne prendre que deux exemples parmi quatre milliards et demi.

Rien que pour « Junk », l’album reste décent. Pour le reste, le fait qu’il ait été numéro 1 aux Etats-Unis et numéro 2 en Angleterre montre l’ampleur de la popularité des Fab Four, qui après leur séparation pouvaient vendre à peu près ce qu’ils voulaient, du moment que leur nom était sur la pochette.



* Je n'aurai pas le courage du saumon qui remonte le courant, je sais que ce que j'écris ici ne changera rien et que les mots sont destinés à vivre, évoluer, changer de sens, mais une oeuvre n'est PAS éponyme, c'est un artiste qui l'est, car c'est lui qui DONNE son nom à quelque chose. Voilà.

A lire aussi en ROCK par A.T.N. :


AC/DC
Back In Black (1980)
En deuil, les frères Young éblouissent le monde

(+ 1 kro-express)



SKUNK ANANSIE
Black Traffic (2012)
Pas là pour rigoler


Marquez et partagez





 
   A.T.N.

 
  N/A



- Paul Mccartney - Guitares, Basse, Batter
- Linda Mccartney - Fleurs


1. The Lovely Linda
2. That Would Be Something
3. Valentine Day
4. Every Night
5. Hot As Sun/glasses
6. Junk
7. Man We Was Lonely
8. Oo You
9. Momma Miss America
10. Teddy Boy
11. Singalong Junk
12. Maybe I'm Amazed
13. Kreen-akrore



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod