Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Harry Nilsson , The Lemon Twigs
- Membre : The Beatles , Elvis Costello
 

 Billboard : Say Say Say (589)

Paul MCCARTNEY - Wild Life (wings) (1971)
Par A.T.N. le 22 Octobre 2014          Consultée 2894 fois

Qu'est-ce se passe dans la tête de McCARTNEY, au moment où il enregistre un truc insignifiant et navrant comme « Bip Bop », l'écoute dans les enceintes des studios Abbey Road dans lesquels il a contribué à faire l'Histoire de la Musique, et se dit « OK, c'est tout bon les cocos, on le met sur l'album ». Et on peut dire la même chose d'un reggae tout mou et tout pourri comme « Love Is Strange », une reprise d'un reggae sans aucune saveur (apparemment Linda aime la musique jamaïcaine), ou d'une balade naïve et transparente comme « Some People Never Know » (quasiment 7 minutes...).

On peut lui trouver des excuses. A cette époque n'oublions pas que tout va très, très vite. Les groupes phares sortent des albums mythiques tous les 6 mois, pas comme aujourd'hui où COLDPLAY prend 4 ans avant de sortir un disque qui n'apporte rien. En 1971, la séparation des BEATLES est encore toute récente, Macca a sorti deux albums, s'est exposé à la critique à un moment où les albums de LENNON et HARRISON épatent la galerie, et sent le besoin de se retrancher derrière un groupe pour se protéger. Il embauche donc Denny Sewell(qui jouait déjà sur Ram) et Denny Laine, et forme les WINGS. Mais c'est toujours lui qui écrira tous les titres et qui chantera et... bref, c'est un disque de Paul McCARTNEY. Les chansons sont co-signées Paul & Linda, comme toujours, et peu importe le vrai apport musical de Linda, il est sans doute proche de zéro et, comme nous le redirons souvent dans ces chroniques, c'est ce qui manquera cruellement à Paul sur la plupart des albums : un(e) comparse à son niveau pour le booster. Par réaction aux derniers BEATLES qui sont des chefs-d'œuvre d'arrangements et de production, le bassiste sera sur Wild Life au premier degré : on enregistre direct, la première prise sera la bonne sur la moitié des morceaux, priorité à la spontanéité typique des jeunes groupes qui démarrent. Ne pas chercher à régater avec le « mur du son » de Phil Spector chez LENNON ou les productions de Visconti chez T-REX et BOWIE.

La spontanéité, pourquoi pas, mais là c'est vraiment médiocre.

« Dear Friend », qui joue l'apaisement dans la saga des bisbilles avec LENNON (« How do you Sleep? », etc.) se perd en longueur, « Tomorrow » remet la science des chœurs au centre des débats mais combien de fois devrons-nous comparer Danny et Linda à John et George ? C'est regrettable de devoir évoquer le passé mais dans une production aussi peu ambitieuse, la faiblesse des chœurs est trop perceptible. Quand Linda chante seule, comme au début de « I Am Your Singer », c'est limite gênant. L'éventuelle lourdeur moite du blues « Wild Life » est, elle aussi, gâchée par ces chœurs naïfs, et là encore c'est quasiment 7 minutes à avaler.

Pas grand-chose à sauver, donc.

La version de 1993, qui inclut en bonus les singles « Give Ireland Back to the Irish », « Mama Had a Little Lamb », ainsi que « Little Woman Love » et « Mama's Little Girl » (des faces B) est évidemment un peu mieux mais si peu.

A lire aussi en ROCK par A.T.N. :


AC/DC
Back In Black (1980)
En deuil, les frères Young éblouissent le monde

(+ 1 kro-express)



ELECTRELANE
Rock It To The Moon (2001)
Les débuts étonnants d'un groupe unique


Marquez et partagez





 
   A.T.N.

 
  N/A



- Paul Mccartney (chant, piano, basse, guitares)
- Denny Laine (guitares, basse)
- Denny Seiwell (batterie)
- Linda Mccartney (ce qu'elle peut)


1. Mumbo
2. Bip Bop
3. Love Is Strange
4. Wild Life
5. Some People Never Know
6. I Am Your Singer
7. Tomorrow
8. Dear Friend



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod