Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-éLECTRO  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Madonna, Britney Spears , Ariana Grande

LADY GAGA - Born This Way (2011)
Par MARCO STIVELL le 5 Septembre 2011          Consultée 3641 fois

On peut tous "se tromper", l'erreur est humaine. Néanmoins, les guillemets sont utilisées pour signifier que ce n'est peut-être pas définitif. C'est juste que parfois, les seuls mots traduisent toute la déception que l'on peut ressentir. La preuve :

Chère Stefani,

J'ai bien reçu et écouté votre nouveau disque, Born This Way. Je dois dire que la simple vision de la pochette m'a fait peur car je vous y trouve un grain de folie plus marqué que d'habitude et je dois ajouter que je vous y trouve assez... ridicule. Pardon pour la cruauté, mais c'est peu de choses par rapport à ce que je ressens vraiment. De l'eau à coulé sous les ponts depuis que j'ai été extasié par votre Fame Monster (plus que de The Fame d'ailleurs, et ma première chronique était allée dans ce sens). J'ai eu un peu plus vent de vos faits divers, on pourrait même dire fée d'hiver tant la douche à été froide. Votre prétention sans limite en particulier a fini par m'agacer. C'est beau d'être un génie, le dire à tout bout de champ n'en est pas pour autant excusable (même si cela cache pas mal de choses). Et je dois dire que je l'ai adoré, ce génie...

Ainsi, j'avais pas mal de craintes avant d'écouter ce Born This Way, d'ailleurs j'ai mis plusieurs mois à me décider. Et là encore, douche glaciale ! Ce qui fait qu'à l'heure actuelle, je me sens en total froid avec votre musique et avec vous. Figurez-vous que je n'ai pas souvent cette tendance à attendre à tout prix quelque chose d'un ou d'une artiste. J'aime être agréablement surpris, comme tout le monde, mais là pour le coup, j'attendais plus de votre part. Arriver à faire chanter vos chansons à des petites filles du monde entier était votre objectif, c'est fort louable, mais vous aviez largement le potentiel pour le faire autrement.

Au lieu de ça, votre Born This Way est comme un copier-coller d'influences que l'on trouvait sur votre premier double album, en très bien, en sublime même, hélas en beaucoup moins bien ici. Oh, on ne remettra pas en question l'efficacité de chacune de vos chansons, mais vous savez aujourd'hui, le simple fait de reprendre "La Lambada" version dance suffit à faire un tube international. Je suis sûr que si David Guetta samplait une crise de flatulences à la Mizou-Mizou dans une chanson un peu makina sur les bords, ça en ferait un aussi (et je n'oublie pas René La Taupe bien sûr, à quand des concerts en hologramme chez nous ?). Et je vous assure que je ne suis pas sectaire, la preuve, j'aime autant votre premier album qu'un bon King Crimson.

La plupart de vos chansons nagent dans un marasme électronique que je trouve moins inspiré que sur The Fame Monster, avec moins de subtilités venant lécher l'oreille. Le clou étant sur le milieu du disque, avec ce "Judas" directement adressé aux amateurs de tektonik, ou ce "Scheisse" typique d'un Scooter en manque d'idées (les bonnes bien sûr), jusque dans son titre. "Americano" et son flamenco-house me font carrément pleurer... de désespoir.

Le problème est que si j'ai cité ce qui reste le pire à mes yeux, la plupart des autres titres ne fait pas beaucoup mieux. "Highway Unicorn (Road to Love)", "Marry the Night", "Heavy Metal Lover" ou encore "Hair" et "Electric Chapel" ne me sont pas beaucoup plus attirant. Je mets ces deux derniers titres à part car vous y faites intervenir pour le premier le saxophone de feu Clarence "Big Man" Clemons, que vous avez eu l'honneur d'être la dernière artiste à nous faire goûter (bien que certains journaleux aient titré un peu vite en le présentant lors de son décès récent comme "votre saxophoniste" et en citant à peine Bruce Springsteen qu'il accompagnait pourtant depuis quarante ans !) ainsi que pour le deuxième la guitare de mister Brian May. Et je dois dire que c'est ce qui "sauve" ces titres. C'était donc cela la surprise que vous nous promettiez avant la sortie de Born This Way ?

Elle n'est pas la seule d'ailleurs. Vous avez tenté de diversifier votre son en incluant un orgue d'église à tel endroit, une partie de quatuor à cordes par çi, un essai plus "gospel" par là. Sauf que ce n'est à mon sens pas assez exploité, et bien que cela vous fasse vous démarquer encore une fois. Mais pourquoi si peu de choses de ce style ? Pourquoi ne pas avoir développé le ton plus "vrai" de "Yoü and I", genre ballade rock qu'on avait déjà pu apprécier sur le "Speechless" de The Fame Monster, et qui fait ici carrément OVNI ? D'ailleurs, j'aimerais bien vous entendre faire un album rock un jour, où les détails électroniques seraient employés avec parcimonie. Votre voix surpuissante, qui brille encore sur ce nouvel album s'y trouverait fort aise. Vous n'aurez hélas pas la possibilité de nous faire réentendre à ce moment-là le saxo furieux du Big Man, comme on peut le savourer sur le magistral "The Edge of Glory" qui prouve que le meilleur de votre disque (ou le seul réel bon) se situe vraiment à la toute fin. Seul le groovy "Bloody Mary" se démarque encore parmi le reste.

Voilà donc ce que je pouvais vous dire, chère Stefani, s'il m'est encore judicieux de vous appeler ainsi (d'ailleurs, vous aurez remarqué que j'utilise le "vous" à présent). Autant je vous ai adoré, autant là je suis déçu, vraiment déçu. Après tout le fameux potentiel que je vous crois à faire autre chose que de la pop-électro (genre contre lequel je n'éprouve aucune rancoeur à la base) n'est rien d'autre qu'une certitude, mêlée à la peur de ne pas vous le voir exploiter, peut-être jamais ? L'album d'électro-indus de LADY GAGA dont nous rêvions avec mon ami Seijitsu, ou d'acid-folk technoïde pour moi tout seul seraient-ils uniquement imaginables ? Allez, je préfère encore croire que ce n'est qu'un passage et que pour votre prochain opus, il y aura des surprises plus marquées encore.
Marco, fan désenchanté.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par MARCO STIVELL :


HARAA
Irrlicht Tape Ii (2011)
Premier album




WHITE LIES
Ritual (2011)
Deuxième disque des nouveaux depeche mode


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
   MOONDREAMER
   RED ONE

 
   (3 chroniques)



- Lady Gaga (chant, claviers, programmations)
- Redone (programmations, choeurs)
- Fernando Garibay (guitare, claviers, choeurs)
- Dj White Shadow (claviers, programmations)
- David Gomez (choeurs)
- Trevor Muzzy (guitare)
- Suemy Gonzalez (violon)
- Jorge Alavrez (choeurs)
- Paul Blair (guitare)
- Brian Lee (choeurs)
- Peter Van Der Veen (choeurs)
- Stephanie Amaro (guitare)
- Carlos Muguia (choeurs)
- Olle Romo (programmations)
- Brian Gaynor (basse, claviers)
- Dj Snake (basse, claviers, batterie)
- Mario Hernandez (guitarron, vihuela)
- Andy Abad (requinto)
- Clinton Sparks (claviers)
- Kareem Devlin (guitare)
- Julio Hernandez (violon)
- Harry Kim (trompette)
- Robert John 'mutt' Lange (choeurs)
- Brian May (guitare)
- Clarence Clemons (saxophone ténor)


1. Marry The Night
2. Born This Way
3. Government Hooker
4. Judas
5. Americano
6. Hair
7. Scheisse
8. Bloody Mary
9. Bad Kids
10. Highway Unicorn (road To Love)
11. Heavy Metal Lover
12. Electric Chapel
13. Yoü And I
14. The Edge Of Glory



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod