Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bernard Benoit
- Membre : Genesis

Anthony PHILLIPS - 1984 (1981)
Par MARCO STIVELL le 17 Août 2010          Consultée 1520 fois

Alors que GENESIS prend tout le monde de court avec Abacab, Steve HACKETT avec son Cured, et même un peu avant Peter avec son troisième album, c’est au tour d’Ant avec 1984, en cette même année... 1981. Ant a l’art d’écrire des albums "à part", notamment celui-ci qui n’a vraiment rien à voir avec ses productions précédentes, ni les suivantes… Mais au final, comme aucun de ses albums "normaux" (les recueils et compilations ne sont donc pas concernées), celui-ci passera très vite pour être très particulier.

Disque particulier puisqu’enregistré à la maison avec presque que des synthétiseurs et une boîte à rythme à l’origine. Cela, plus les interventions pour la première fois de Richard SCOTT aux effets et de (feu, hélas) maître Morris PERT - le même que BRAND X, Peter GABRIEL et j'en passe - aux percussions, confère à l’ensemble une texture très expérimentale. Pour l'anecdote, Ant dira plus tard en interview que, lorsqu'il a sorti cet album, tout le monde l'a pris pour un fou ! Il est vrai que passer de Wise After the Event, ou même d'un Private Parts & Pieces, à 1984, on ne dira pas que c'est traumatisant mais presque ! J'avoue cependant que de mon côté ça s'est fait sans mal. Il y a même une chose à dire d'emblée, c'est que, contrairement à l’album de Steve HACKETT par exemple, aucune mauvaise remarque ne sera faite concernant la "drumbox" (qu’Ant utilise très bien en fin de compte), ni même la voix puisque 1984 est entièrement instrumental… ou presque !

Cela commence joliment avec "Prelude ’84" et son très bon phrasé de synthé, répété ce qu’il faut, et qui en passant a plutôt bien marché en single ! Un périodique anglais en a même fait son single du mois. Il y a une petite ligne de guitare électrique qui n'est vraiment pas l'instrument dominant de l'ensemble, c'est le moins que l'on puisse dire, mais qui s'intègre très bien. Les trois quarts de l’album sont ensuite constitués de deux suites de plus de quinze minutes: que des moments réussis. Les thèmes reviennent peu, il y a simplement les débuts de chaque partie qui se ressemblent vraiment (pas orchestrés exactement de la même manière cependant), le reste n’est "que" développement. Les synthétiseurs vintage et les diverses percussions sont de la partie, et c’est tellement chouette que l’on ne s’ennuie pas une seule seconde. Même le faux son de saxophone à un certain moment de la première partie n'est guère dérangeant, ça peut prêter à sourire mais pas plus pas moins que les thèmes musicaux, c'est tout. Niveau guitare, il y en a donc peu et il faut bien tendre l’oreille, mais les interventions sont très réussies. Le meilleur de ce disque réside dans le quasi-final de la seconde partie avec les effets de voix robotiques, au Vocoder certainement, qui ne font que dire "1984" en fait. C’est la montée vers ce passage qui est aussi particulièrement bien faite et aboutie, avec des coups sur des timbales. La "Anthem 1984" termine quant à elle le disque de manière un peu plus nostalgique et classique, voire solennelle de par l'emploi d'une simple nappe de synthétiseur sur boîte à rythmes. En n'oubliant pas le très joli petit effet cristallin au moment du fade-out, qui quelque part préfigure la suite "Ice Flight" à venir.

Un bel hommage à cette fameuse année 1984, et Rick WAKEMAN (ex-YES) fera curieusement de même au même moment. En revanche, je ne connais toujours pas la signification de la pochette, s'il y en a une, et je ne sais toujours pas si il y a un lien quelconque avec le livre de George Orwell de quelque manière que ce soit… A mon avis ce n’est pas le cas : la musique est trop joyeuse pour une histoire si dramatique. Il faudra penser à demander à Ant un jour... Ca permettra de lui parler d'autre chose que de Trespass ou de The Geese & the Ghost sachant que, en dehors du fait de porter l'empreinte de la même personne, 1984 reflète tout autant qu'eux le génie d'Anthony PHILLIPS. 1984 est unique, peut-être un peu déroutant il est vrai (mais pas autant que l'album "normal" à venir). Il est un de ceux qu'il faut écouter posément et plusieurs fois pour bien le comprendre et l'assimiler. J'avoue que ce n'est pas l'un des albums d'Ant que je préfère écouter, mais je l'aime beaucoup tout de même.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par MARCO STIVELL :


NEW DANCE ORCHESTRA
Electronica (2010)
Downes/helder goes electronic




SQUONK66
Dark Side Of Mind (2009)
Ombre et lumière


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Anthony Phillips (claviers, guitares, boîte à rythmes, percussions)
- Richard Scott (percussions, voix, effets)
- Morris Pert (percussions)


1. Prelude '84
2. 1984 Part 1
3. 1984 Part 2
4. Anthem 1984



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod