Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-ROCK LATINO  |  STUDIO

Questions / Réponses (1 / 2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Santana & Buddy Miles, John Mclaughlin , Richard Wahnfried , The Isley Brothers And Santana

SANTANA - Shango (1982)
Par MARCO STIVELL le 28 Janvier 2012          Consultée 2526 fois

SANTANA continue sa route en ce début des années 80 avec une nouvelle formation, en ayant conservé sa section rythmique (basse, batterie, percussions). Chris Solberg n'est plus présent, ce qui fait qu'Alex Ligertwood est seul pour aider Carlos a tenir la guitare, même si on se doute bien que ce dernier garde la mainmise sur la lead. Richard Baker, remplaçant de Alan Pasqua (qui n'est toujours pas le frère caché de Charles) aux claviers, on le connait depuis Zebop !, mais il ne laissera pas sa marque longtemps.

Non d'un peso, je me souviens avoir un jour pour un autre site de chroniques (dans un temps trèèès lointain) avoir constitué une discographie de SANTANA et n'ayant aucune connaissance de la musique pratiquée par le groupe durant les années 80, j'étais particulièrement intrigué en tombant sur les pochettes de Zebop ! et Shango. Je me disais qu'après ses succès rock, le groupe avait du s'enfoncer dans une musique toujours plus latino, et que le guitariste mexicain était devenu colombien, avec tous les canons du genre ! On pense et dit vraiment n'importe quoi quand on est jeune, décidément...

Shango tout autant que ses prédécésseurs n'a de latino que ses percussions et quelques chants, en particulier le morceau-titre qui sert d'outro à l'album. L'inspiration et l'énergie sont tout autant que Marathon et certains morceaux de Zebop ! à placer dans un genre hard FM qui se veut efficace, mais commence aussi légèrement à s'essouffler. Par exemple sur Shango, quatre morceaux au moins sont toujours sympathiques à écouter, mais le fait d'entendre toujours la guitare de Carlos gronder et se plaindre tout à tour, tandis qu'Alex Ligertwood pousse la gueulante par-dessus donne ici une impression de déjà-entendu désagréable. Les morceaux ne le sont pas eux, désagréables, mais la recette prend nettement moins que sur un "Changes" ou un Marathon. Ces morceaux sont "The Nile", "Hold on", "Night Hunting Time" ainsi que "What Does it Take (to Win your Love)".

Heureusement, si une constante de ce genre de titres sur l'album lui aurait tout juste valu un 1,5/5, le reste est là pour relever le tout. Pour commencer, toujours dans une veine hard FM, l'instrumental "Warrior" et surtout "Nowhere to Run" se révèlent bien plus convaincants. On remarque avec amusement qu'avec ce dernier titre très fiévreux, Carlos aurait aisément pu participer à la bande originale de Rocky (Balboa)... Ouais bon c'est pas drole. Voyons ce qui reste. Deux titres aux influences reggae plus qu'amusantes, "Body Surfing" et "Let me Inside" restent tout aussi dépaysants dans leur style que le court "Shango", chanté par Carlos et les percussionnistes tandis que ces derniers sont seuls à jouer. Mais c'est surtout pour "Nueva York" que Carlos nous fait plaisir, car en plus d'être une récréation rafraichissante offrant des libertés aux musiciens (je ne parle pas de l'excellent lick de synthétiseur qui ouvre et ferme le morceau), le guitariste a invité pour un solo d'orgue Hammond son ancien comparse Gregg Rolie. Celui-ci a fait son chemin depuis Caravanserai en 1972, il a fondé Journey avec le guitariste Neal Schon, lui aussi échappé de SANTANA à cette même époque. Pour mieux marquer le coup, Carlos le fait aussi participer à la production de Shango. Petite surprise inattendue et sympathique, même s'il faut bien l'admettre, elle ne restera dans les annales pour personne.

A noter que pour un album sorti en 1982, celui-ci ne fait pas forcément la part belle aux synthétiseurs, pas autant que les précédents en tout cas, et pourtant Richard Baker est omniprésent. Carlos voulait sans doute un album plus "vrai". Quoiqu'il en soit, Shango reste un effort sympa, ne représentant que modérément la magie d'une telle fusion.

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


Elton JOHN
Empty Sky (1969)
Premier album d'elton




Anthony PHILLIPS
Wise After The Event (1978)
Seul album d'Ant entièrement chanté


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Carlos Santana (guitares, chant, percussions)
- Graham Lear (batterie)
- Alex Ligertwood (chant, guitares)
- David Margen (basse)
- Richard Baker (claviers)
- Armando Peraza (percussions)
- Raul Rekow (percussions)
- Orestes Vilato (percussions)
- + Gregg Rolie (orgue hammond)


1. The Nile
2. Hold On
3. Night Hunting Time
4. Nowhere To Run
5. Nueva York
6. Oxun (oshun)
7. Body Surfing
8. What Does It Takes ?
9. Let Me Inside
10. Warm
11. Shango



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod