Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK-CLASSIQUE-VARIéTé...  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Koha
 

 Site Officiel (476)

Les MUSICIENS DU LYCéE MILLET - 2004-05 (2005)
Par MARCO STIVELL le 21 Mars 2012          Consultée 2598 fois

Cette chronique fait directement suite à la précédente, puisque les deux disques ont été couplés en boîte et séparés en ces lignes pour des commodités d'écriture.

Comme d'habitude, Musique Millet fait preuve d'éclectisme en proposant de la pop, du rock sous toutes ses formes, de la variété, des musiques traditionnelles, du jazz manouche, et un peu, un tout petit peu de classique. Le "Cantique de Jean Racine" de Gabriel Fauré se sent d'ailleurs bien seul en toute fin d'album, mais il reste exécuté de voix maître par la chorale donc on ne s'en privera pas. Parmi les autres titres "chorale", "Ca C'est Vraiment Toi" constitue un autre bon point, on sera juste légèrement moins conquis par des "The Show Must Go On" et "Rock My Soul" pas complètement maîtrisés, malgré la beauté de la division des voix. De même, sur "California Dreaming", il manque un peu de conviction à la chorale des secondes (première voix, enceinte de gauche), alors que les filles à droite s'en sortent très bien. Le feutré "Tonight" de Bernstein est lui par contre, un sommet tout comme le Fauré.

Il y a, d'un point de vue personnel, le terrain glissant. Plus précisément, Musique Millet s'est attaquée cette année à des choses qui ont tendance à me faire fuir d'habitude. Tenez, le jazz manouche par exemple. Je n'ai jamais trouvé mon compte dans cette musique auparavant, la pompe d'accords aussi bien que les mélodies "virtuosistes" de guitare en arrivaient même à me donner facilement des convulsions névrotiques. Et bien que Kevin Maillet et Maxime Guyader soient plus que faits pour ce style (des fils spirituels dont papa Django n'a pas à rougir), je ne dirai pas que Musique Millet m'ait converti. Vincent Lonjon et le groupe ont simplement rendu cette musique... agréable. Sans doute grâce au violon plutôt fragile de Romain Zerna-Delepine, et aussi parce que ce style de musique n'occupe pas tout l'album, et que je ne me trouve pas en école de musique avec trente manouches autour de moi en train de "se battre" (musicalement) pour savoir qui ira le plus vite et imitera le mieux Django ou Stéphane Grappelli. Par ailleurs, toujours dans le "terrain glissant", il y a le "Shine on You Crazy Diamond" de Pink Floyd. Eh oui, je ne l'ai jamais caché, Wish You Were Here est loin de faire partie de mes préférences pour ce groupe que j'adore, et ce morceau particulièrement même si je trouve l'hommage à Syd Barrett émouvant dans le fond. Là éventuellement, en dépit d'un son approximatif, Musique Millet arrive à me faire mieux apprécier la chanson. Bien que cette version n'ait pas "l'éclat" du Floyd, elle reste sincère et, point non négligeable, le saxo final est plus doux, nettement moins irritant !

Comme d'habitude encore, on rencontre beaucoup de nouvelles têtes et on en croise d'anciennes, dans tous les cas certaines ressortent plus facilement que d'autres. Les bassistes Yann Moualek, Margaux Frimas et François Merlin, ainsi que les batteurs Carl Turgis, Baptiste Grisel-Luce et Léopold Regnier, qu'on avait déjà pu entendre pour la plupart, sont les garants d'une rythmique propre, appliquée, sans réelle faille (un poil hésitante, elle aussi sur "The Show Must Go On", c'est tout). Les guitaristes non plus ne mettent pas un pain, aussi bien le fin Pierre Lamotte que le plus incisif Pierre Doucet. La pianiste Suzanne Lemardele réalise un travail fantastique sur le Piazzolla. L'accordéon d'Aurélie Rossetti nous fait rêver sur les morceaux trad comme sur le "Amsterdam" de Jacques Brel. De même, on plane sur la flûte de Marie Lechevalier tant pour le jazzifiant "Bourée" de Bach arrangé par Jethro Tull que sur le rêveur "California Dreaming". Vincent Lonjon enfin, bien que sa contribution pousse toujours les élèves vers le haut (et le son ne lui rende pas toujours justice), ses claviers imitent joliment ceux du regretté Rick Wright sur le Pink Floyd.

Le chant maintenant ! Puisqu'on vient de parler de Vincent Lonjon, vous le reconnaîtrez sur ledit Pink Floyd. Etant assez amateur de sa voix qui semble posséder pas mal de capacités, l'entendre dans les aigües sur ce titre peut paraître... surprenant ! Le cap de la première fois passé, on trouve vite un certain charme à cette interprétation, allant reconnaître comme un mélange entre les voix de Waters et de Gilmour ! D'autres chanteurs jonglent pour ce disque entre leurs djembés sur le morceau tribal de Sepultura et le micro, à l'image de Vivien Voisin que l'on entend sur le Sinsemilia. Le timbre est adapté pour la chanson, le final un peu maladroit mais le couplage avec une voix féminine reste joli. On retrouve le timbre atypique de Fabienne Porquet pour le Dream Theater, avec plus de réussite que sur le Muse du précédent album. Julina Quemar chante le Polnareff et le Brel en usant déjà de pas mal d'expression, mais manque un peu "d'idées" sur le deuxième titre, n'arrivant pas à transporter ce final rendu si mythique par son auteur. Certains préfèreront peut-être cette sobriété-là, qui sait ? Enfin, on peut dire que le mot "mignonne" a été inventé pour la voix d'Anaïs Portrait, qui semble vraiment aimer Natasha St-Pier (elle a aussi interprété "Je N'Ai Que Mon Âme" en live), et lui rend un bel hommage, avec sa fragilité.

Ce cru déjà bien défendable, et bien qu'encore une fois le son n'aide pas toujours à l'apprécier comme il se doit, possède une quantité de bonus, hors-disque. Ces enregistrements-là encore se démarquent de ceux des débuts de Musique Millet par une meilleure qualité sonore. Le Debussy, le quatre mains de Poulenc et le feutré "Alma Latina" de Jérôme Naulais sont particulièrement réussis dans le registre instrumental. Julina Quemar nous livre une belle interprétation du "Je Te Promets" de Hallyday, plus appréciable que celle de 2002. Le Paris Combo est assez dense également à sa manière, joliment garni d'un petit solo de guitare. "La Vallée" est également superbe, quel dommage que la production soit si étouffante !

Note réelle : 3,5/5

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


Gaëtane ABRIAL
Cheyenne Song (2008)
Variété française "pas comme les autres"




Johnny HALLYDAY
Gang (1986)
L'album de Goldman pour Johnny


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Vincent Lonjon (piano, claviers, chant, direction musicale)
- François Merlin (basse, guitare)
- Maxime Guyader (guitares)
- Carl Turgis (batterie)
- Margerie Delagree (piano)
- Yann Moualek (basse)
- Chloé Frimas (clavier)
- Yann Coron (guitare)
- Fabienne Porquet (chant)
- Lucile Paysant (chant)
- Madeline Anne (chant)
- Anaïs Gouy (chant)
- Marie Lechevalier (flûte)
- Florian Frigot-revel (trompette)
- Florian Marchandier (saxophone)
- Vivien Voisin (percussions, chant)
- Pierre Doucet (guitare)
- Virginie Depret (guitare)
- José Fichet (percussions)
- Romain Zerna-delepine (percussion, violon)
- Léopold Regnier (batterie)
- Aurélie Rossetti (accordéon)
- Magali Dupont (accordéon)
- Vanessa Belhomme (violon)
- Julie Lemaresquier (piano)
- Baptiste Grisel-luce (batterie)
- Suzanne Lemardele (piano)
- Kevin Maillet (guitare)
- Pierre Lamotte (guitare)
- Margaux Frimas (basse)
- Anaïs Portrait (chant)
- Julina Quemar (chant)
- Lucile Paysant (chant)
- Clément Giguet (piano)


1. Téléphone - Ca C'est Vraiment Toi
2. Bernstein - Tonight
3. Queen - The Show Must Go On
4. Mamas And Papas - California Dreaming
5. Traditionnel - Rock My Soul
6. Michel Fugain - Chante
7. Sepultura - Kaiowas
8. Kumpania Klezmer - Trotz Alledem
9. Astor Piazzolla - Adios Nonino
10. Traditionnel - Les Yeus Noirs
11. Django Reinhardt - Minor Swing
12. Bach/jethro Tull - Bourée
13. Pink Floyd - Shine On You Crazy Diamond
14. Dream Theater - The Spirit Carries On
15. Natasha St-pier - Toi Qui Manques à Ma Vie
16. Jacques Brel - Amsterdam
17. Michel Polnareff - Lettre à France
18. Sinsemillia - Tout Le Bonheur Du Monde
19. Gabriel Fauré - Cantique De Jean Racine



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod