Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ROMANTIQUE  |  OEUVRE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Joseph Haydn , Felix Mendelssohn
 

 Ludwig Van Beethoven, Le Site (1364)

Ludwig Van BEETHOVEN - Symphonie N°8 (karajan) (1812)
Par CHIPSTOUILLE le 3 Septembre 2013          Consultée 2617 fois

Ludwig van BEETHOVEN fut un grand compositeur qui brilla particulièrement dans l’exercice de la symphonie. Sans même les connaître toutes, vous savez qu’il en existe 9 (1) et qu’elles font partie des œuvres majeures du répertoire classique. Loin de moi l’idée d’aller à contresens, mais chaque alpha a son oméga. Bien que possédant quelques attraits, la 8ème symphonie de BEETHOVEN est peut-être l’exception, elle déçoit.

Elle fût composée en 1812, parallèlement à la 7ème symphonie, juste avant que Ludwig ne repose sa plume pour une longue période de 6 mois (2), sur laquelle nous reviendrons. L’envie était bien là, la manière aussi, on note même quelques belles idées, mais le constat final est malheureux. Le compositeur lui-même la qualifiera de « petite symphonie ». Ebauchée avant la septième elle ne fut achevée qu'une fois cette dernière complétée. Les deux furent données en concert pour la première fois le même jour (3), ce qui explique sans doute qu’elle ne remporta qu’un "bon" accueil. Rien en comparaison de la précédente qui l’écrasa en notoriété de par son succès.

Pourtant, nous l’avons dit, BEETHOVEN ne manque pas d’idées. Dans le menuet, l’un des rares présent dans ses symphonies, un certain élan se dégage du thème principal, avec ses notes liées qui se balancent, une arche de Noé sur le point de chavirer face au déluge. Ce phrasé généreux s’évanouit rapidement dans des choses certes tout à fait charmantes, mais qui nourrissent une certaine frustration. On attend une envolée qui ne vient pas.
Des quatre, le mouvement qui tire son épingle du jeu est le premier. Principalement joyeux (on est en mode majeur) l’Allegro vivace e con brio est agréable, une jolie mélodie à siffler en promenade, avec toute la fanfare qui va bien. Son petit défaut, il faut lui en citer un, c’est lorsqu’il tente de tourner au drame. On se rappelle à cet instant le 3eme mouvement de la 40ième de MOZART, un peu trop, comme si BEETHOVEN tentait de forcer le trait, ce qu’il fait, à coup de répétitions, presque une maladresse. Le deuxième mouvement, que BEETHOVEN n’a pas souhaité lent, est quant à lui tout à fait anecdotique. Pas de comparaison, c’est inutile. Enfin l’Allegro vivace final, sympathique mais sans plus, démontre un empressement certain… d’en finir ?

La suite de l’histoire est plus « people » que musicale, car c’est bien en Juillet 1812 que les biographes s’accordent sur la datation de la lettre à « l’immortelle bien aimée ». Ce témoignage fut trouvé à la mort de l'artiste, dans ses affaires personnelles avec quelques portraits de femmes et son testament d’Heiligenstadt (cf. chronique de la symphonie n°3). Il s’agit de la seule preuve existante, une lettre qui n’a donc pas été envoyée, d’un amour impossible dont la seconde moitié n'a toujours pas été identifiée avec certitude aujourd’hui. De nombreuses présomptions portent sur Thérèse de Brunsvick dite Pepi (4), femme mariée amie de longue date qui accouchera 9 mois plus tard d’une Minona née de père inconnu. Son mari était, à la date présumée de l'écriture de la lettre, bien éloigné. Précisons enfin que BEETHOVEN ne se mariera jamais et n’aura donc pas d’enfants (si l'on met de côté l'adoption de son neveu Karl en 1815), ou tout du moins n’en n’aura pas connaissance.

Ce même été, le compositeur rencontra Goethe, dont il admirait le travail. Cet événement dont il espérait tant, ne portera aucun fruit. L’écrivain, bien qu’admiratif du musicien, resta très distant quant au personnage. La surdité pas encore totale du compositeur le rendait cependant infirme d’un point de vue social. « Laconique », précisa Goethe.

De cette déception amoureuse, de cette rencontre qui ne tenut pas ses promesses, et d’une nouvelle aggravation de sa surdité, BEETHOVEN restera affecté. Outre 6 mois sans nouvelle composition, c'est la joie de vivre qui le déserte. Entrain qui lui manquera durant 6 ans, avant qu’il ne reprenne finalement son destin en main. Mais je m'en voudrais de déborder cette chronique sur l'histoire de la 9eme symphonie.

Vous aurez compris que la huitième est avant tout pour moi une bonne occasion de vous faire part de quelques anecdotes sur la vie de BEETHOVEN. Elle possède ses adeptes, dont je ne fais pas partie, et n’a pas à rougir de honte face à ses sœurs. La carrière de symphoniste de l’illustre BEETHOVEN a en effet une certaine constance dans la qualité, malgré quelques écueils ici présents. Si vous avez fait le tour, je vous conseille une fois de plus quelques ouvertures, ou bien tentez MENDELSSOHN. Si c’est chez MOZART que vous trouvez un peu de réconfort, tentez HAYDN, sa période Sturm und drang en particulier, vous ne devriez pas être déçus.

(1) Il en existe en réalité une dixième, la bataille Vittoria ou Victoire de Wellington, en 2 mouvements et composée en 1813, une esbroufe propagandiste que le compositeur qualifiera lui-même de « stupidité ». A noter également quelques esquisses d’une 10e symphonie, postérieures à la 9e.
(2) Il composera encore sa 10e sonate pour piano et violon au préalable.
(3) Une habitude étrange ? Les symphonies 5 et 6 partageaient en effet la même affiche quelques années plus tôt.
(4) Cf. Biographie de Jean et Brigitte Massin, éditions Fayard, pp 231-245

A lire aussi en MUSIQUE CLASSIQUE par CHIPSTOUILLE :


Wolfgang Amadeus MOZART
Concerto Pour Violon N°5 (fischer, Kreizberg) (1775)
Fin de cycle prématurée, mais quel cycle!




Georg Friedrich HANDEL
Water Music (malgoire) (1733)
Une petite musique chatoyante, milord ?


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Berliner Philarmoniker
- Herbert Von Karajan (direction)


- symphonie N°5 En Ut Mineur Opus 67
1. Allegro Con Brio
2. Andante Con Moto
3. Allegro
4. Allegro
- symphonie N°8 En Fa Majeur Opus 93
5. Allegro Vivace E Con Brio
6. Allegretto Scherzando
7. Tempo Di Menuetto
8. Allegro Vivace
- ouverture Fidelio Opus 72b
9. Allegro



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod