Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 6)
L' auteur
Acheter Cet Album
 



Daniel BALAVOINE - Vendeurs De Larmes (1982)
Par WALTERSMOKE le 25 Mars 2014          Consultée 2934 fois

Daniel BALAVOINE, en 1982, est un chanteur qui a clairement le vent en poupe. Ses albums se vendent très bien, les singles qui en sont tirés s'achètent comme des petits pains, et son capital sympathie auprès du public se porte très bien. Il n'y a donc aucune raison que cela s'arrête tout d'un coup sans prévenir, et donc de ne pas continuer sa carrière. Chose que BALAVOINE ne fera pas. Du moins pas maintenant, et pas de son plein gré non plus. En attendant, c'est donc excité que le public découvre le sixième album de BALAVOINE, intitulé Vendeurs de Larmes.

Vendeurs de Larmes est un disque bien particulier dans la carrière de BALAVOINE. En effet, il doit s'agir de l'album le plus anglo-saxon du natif d'Aleçon. Cela s'entend surtout au niveau de la musique. Les riffs de guitares, et même des soli, s'insèrent et occupent un espace non négligeable, et surtout les rythmes imposés ne laissent guère de doutes quant à l'éloignement par rapport à la variété française.
Un bon exemple de cette « anglo-saxonnisation » est à chercher du côté de "Vivre ou Survivre". Cette chanson synthétise clairement le Daniel BALAVOINE de cette époque : les claviers sont nettement présents, et les guitares accompagnent férocement le chanteur au refrain. Le solo est également fort et redoutable, même si l'on est loin, très loin des standards de rock FM. Quelques percussions discrètes essaient de donner en vain un côté world, chose qui sera nettement amplifiée sur l'album suivant. Avec tout ça, "Vivre ou Survivre" a réussi à percer dans les charts, et récolter un succès mérité.

Si Vivre ou Survivre ne convainc pas quant aux inspirations musicales de BALAVOINE, le reste de l'album ne sera pas moins explicite, du moins en partie. "Je Veux de l'or", aux paroles cyniques, possède une musique qu'on croirait toute droit sortie d'outre-Atlantique. Quoi qu'il en soit, c'est un sommet de l'album, à n'en point douter. De même, "Soulève-Moi" frappe à la porte du rock FM, la batterie typique en moins.
Ceci étant, BALAVOINE n'oublie pas pour autant de verser dans la variété, notamment à travers les deux chansons formant le deuxième single de l'album, à savoir "Vendeurs de Larmes" et "Dieu que l'amour est triste". Si tout comme "Vivre ou Survivre", ces chansons ont réussi à se faire plus connues que les autres, elles ne figurent pas pour autant de manière systématique parmi ses plus grands succès au niveau artistique. Les synthés de "Dieu que l'amour est triste" restent tout de même de haute volée. Pour revenir aux deux chansons citées plus haut, elles font clairement partie du meilleur de Vendeurs de Larmes, étant dotées d'atouts qui font nettement l'affaire. À l'opposé, "C'est Fini" ne brille pas particulièrement, et "La Fillette de L'étang" laisse plus dubitatif qu'autre chose.

Aux dix chansons qui forment Vendeurs de Larmes, il faut ajouter à la suite 3 autres, isolées sur un 45 tours vendu avec l'album. Le principal intérêt réside dans la face A de ce disque, composé de "Viens Danser", et de sa prolongation instrumentale, "La Danse". Lorsqu'on les écoute, une chose indéniable arrive à pleine vitesse, à savoir l'influence de Peter Gabriel sur BALAVOINE, ne serait-ce qu'au niveau des percussions. L'attrait du chanteur vers les cultures étrangères se fait également ressentir, un attrait qui s'accentuera dès l'année suivante. Par contre, "Au Revoir" ne fait pas partie des chansons mémorables, tout au plus de quoi occuper de la place en microsillons. Une face B, en somme.

Vendeurs de Larmes est au final un disque plutôt équilibré. Les meilleures chansons ne sont pas des pépites monstrueuses (sauf peut-être "Vivre ou Survivre"), et les moins bonnes ne sont pas aussi inécoutables que certains navets made in France (Richard G., je te regarde...). Ceci étant, le meilleur aurait été un disque plus déséquilibré. Ou bien un album quasi-parfait de bout en bout.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par WALTERSMOKE :


Gérard LENORMAN
Olympia 75 (1975)
Et hop, consécration !




Françoise HARDY
L'amitié (1965)
Swinging françoise.


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Daniel Balavoine (chant, claviers, guitare)
- Yves Chouard (guitares)
- Christian Padovan (basse)
- Hervé Limeretz (claviers)
- Philippe Patron (claviers)
- Jo Hammer (batterie, choeurs)
- Jean-paul Batailley (percussions)


1. Pour Faire Un Disque
2. Vivre Ou Survivre
3. Je Veux De L'or
4. Dieu Que L'amour Est Triste
5. C'est Fini
6. Soulève-moi
7. L'amour Gardé Secret
8. La Fillette De L'étang
9. Y'a Pas De Bon Numéro
10. Vendeurs De Larmes

1. Viens Danser
2. La Danse
3. Au Revoir



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod