Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Daniel BALAVOINE - Sur Scène (1981)
Par WALTERSMOKE le 20 Mars 2014          Consultée 2219 fois

L'action commence chez un disquaire, quelque part sur la Terre, un après-midi de janvier*. Tandis que le propriétaire du magasin hésite entre Genesis et Slayer pour donner à manger à sa platine, un homme, appelé Aurélien, franchit la porte qui fait sonner une clochette. Regards neutres qui se croisent, échange de politesse, puis le client furète tout au long des bacs. Au bout d'un moment, le proprio, que l'on appellera Roger, finit par aborder sa potentielle future source à euros :

« Alors monsieur, que cherchez-vous donc ?
- Hé bien, voyez-vous, j'aimerais trouver un disque de Daniel BALAVOINE. J'ai vu sur votre devanture que vous vendez dans tous les styles de musique, et donc je suis entré dans l'espoir de trouver du Daniel BALAVOINE...
- Ha ha, sacré farceur, l'interrompt un Roger jovial. Mais c'est juste devant vous, là ! Il y a Vendeurs de Larmes, Face Amour/Face Amère... ah, et y'a même l'album sur le mur de Berlin !
- Euh, oui, mais j'hésite à prendre l'un d'entre eux, en fait. J'ai peur de claquer mon argent dans un album qui m'ennuierait fortement. Alors j'ai pensé à prendre une compilation.
- Une compile ? Pour BALAVOINE ? Et puis quoi encore, et pourquoi pas le retour de Blackmore chez Deep Purple tant que vous y êtes ??? Ah nan, vous allez me faire un plaisir d'acheter Face Amour/Face Amère et puis c'est tout ! Ce sera 18 €.
- Je n'ai que 15 € sur moi. Vous ne pourriez pas me faire une ristourne ?
- Ah... non, du moins pas pour autre chose que les clients fidèles. Attendez, une seconde... mais oui, j'ai un disque de BALAVOINE qui devrait vous convenir. Je l'ai rangé dans un carton en arrière-boutique. Et ça rentre dans vos frais.
- Super ! C'est une compile ?
- Mieux que ça, c'est un live ! Son premier en plus, enregistré à l'Olympia en 1980, et sorti un an plus tard. Attendez ici, je vais le chercher ! »

Des précisions supplémentaires sont ajoutées. Le disque est cherché. La transaction est effectuée.

Deux semaines plus tard, Aurélien revient chez Roger.

« Ah, bonjour m'sieur ! Vous êtes revenu m'acheter des disques ?
- Bonjour. Oui, très certainement, c'est un fait. Par contre, je voudrais discuter du live de BALAVOINE que vous m'avez vendu...
- (oups) De quoi, y'a un malaise ?
- Oui et non. En fait, entretemps, un ami m'a passé les albums que vous proposez à la vente ici. Je les ai écoutés, puis j'ai enchainé sur le live. Et je dois dire que je suis déçu.
- Ben pourquoi, il n'est pas bien ? Moi je l'ai bien aimé. Oui parce que je vérifie toujours ma marchandise – sauf pour Céline Dion, saleté de femme qui en est fan, gngngn...
- Le problème, c'est que vous me l'avez vendu comme une bonne introduction à Daniel BALAVOINE, doublée d'un balayage pertinent. Hé bien, j'ai été avisé d'en parler à mon ami. Il a fait une moue en apprenant mon achat, puis m'a prêté ses vinyles le lendemain. J'ai écouté, pris mon pied par moments, et ensuite j'ai, comme je l'ai dit, écouté le live Sur Scène.
- Je vois. Oh, ne vous en faites pas, je range les 33 tours de Mylène Farmer, mais je vous écoute quand même.
- Merci. Donc, une première écoute m'a fait paraître des qualités typiques d'un live que j'apprécie. En premier lieu, BALAVOINE en lui-même. Je trouve toujours important qu'un chanteur interagisse avec le public, et bien en plus. Ici, c'est tout à fait le cas. BALAVOINE communique avec son public, se permet même d'être taquin par moments, et sa présence est mesurée de telle manière qu'on ne se dise jamais « Ta gueule et chante ». Autre chose, les musiciens qui l'accompagnent, et qui forment le groupe Clin d’œil, jouent bien et savent se mettre au diapason du chanteur. Il y a quelques claviers qui sonnent cheap, mais ils passent pas trop mal.
- C'est cool, ouais. J'en ai, des exemples d'albums où le chanteur se met en mode gros con. Ah là là...
- Par contre, là où le bât blesse, c'est au niveau de certains choix musicaux. Regardez par exemple "Le Chanteur". Déjà, l'intro ne présage pas de quelle chanson nous attend. De plus, et c'est là que c'est déprimant, BALAVOINE a transformé un monument de la chanson française en machin de variété bas de gamme. Je ne suis pas contre les relectures innovantes, mais je sais aussi qu'il y a une différence entre innover et se planter. Autre chose, deux chansons de Starmania sont interprétées ici. Autant "Quand on arrive en ville" arrive à vivre de manière isolée, autant je n'ai jamais compris comment "Banlieue Nord" puisse être joué sorti de son contexte. Et de manière générale, la tracklist me déçoit. Neuf des dix chansons de Un Autre Monde ont été jouées. Or, cet album est plus mitigé au niveau de son contenu, et il aurait été plus sympa de tirer plus de chansons des deux précédents albums.
- Ouais, mais ça, c'est vous qui le dites. Perso, j'aime bien Un Autre Monde, donc bon, j'suis pas dérangé par ça. Par contre, un point pour le déséquilibre. Maintenant, pour la structure de l'album, j'sais pas pour vous, mais j'trouve que Sur Scène n'est pas mal foutu. Bon, "Lady Marlène" aurait pu être jouée plus tard, mais bon, on va pas cracher dans la soupe non plus ! Et quelle brillante idée de jouer "Je ne suis pas un Héros" en guise de final ! Non ?
- Vous n'avez pas tort, oui. Je tiens également à relever que certaines chansons passent mieux en live qu'en studio. En particulier, "Détournement" qui devient encore plus mordant en concert. Et bien entendu, les qualités relevées en première écoute se sont encore plus imposées au fil des lectures suivantes.
- Ah ben voilà, j'avais finalement raison ! Y'a quelques trucs qui gênent sur le live de BALAVOINE, mais au final, le client est content ! Vous voyez, pour 14 €, vous avez fait une affaire ! Bon, et maintenant, qu'est-ce qui vous branche ?
- Hé bien, ma période de hardos est revenue en force, et j'aimerais régulariser mes Deep Purple. En commençant par In Rock, bien sûr... »

* : oui, de nos jours, ce genre de scène parait anachronique.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par WALTERSMOKE :


Françoise HARDY
Message Personnel (1973)
L'opus major de hardy ?




Gérard LENORMAN
La Clairiere De L'enfance (1980)
Gégé l'ami des enfants


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Daniel Balavoine (chant)
- Colin Swinburne (guitares)
- Patrick Dulphy (guitares)
- Robert Serre (basse)
- Jean-paul Batailley (batterie)
- Didier Suton (percussions)
- Hervé Limeretz (claviers)
- Patrice Schreider (claviers, choeurs)
- Philippe Patron (claviers, choeurs)


1. Un Autre Monde
2. Promenade
3. Allez Hop !
4. Je Suis Bien
5. Lady Marlene
6. Me Laisse Pas M'en Aller
7. Rougeàgèvre
8. La Vie Ne M'apprend Rien
9. Banlieue Nord
10. Detournement
11. Twilight Zone

1. Le Chanteur
2. Les Oiseaux (1ere Partie)
3. Les Oiseaux (2eme Partie)
4. Lucie
5. Lipstick Polychrome
6. Mon Fils Ma Bataille
7. Bateau Toujours
8. Quand On Arrive En Ville
9. Mort D'un Robot
10. Je Ne Suis Pas Un Héros



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod