Recherche avancée       Liste groupes



      
IMMONDICES  |  TRIBUTE

Commentaires (7)
L' auteur
Acheter Cet Album
 



Daniel BALAVOINE - Balavoine(s) (2016)
Par WALTERSMOKE le 26 Janvier 2016          Consultée 3126 fois

Le 14 janvier 1986, Daniel Balavoine est tué dans un accident d'hélicoptère qui aura également fauché quatre autres personnes. C'est un des plus grands de la musique française qu'on perdait ce jour-là, doublé d'un homme formidable et grande gueule. Bien sûr, le culte qui lui est voué depuis n'est pas immérité, le chanteur ayant déjà de son vivant fait ses preuves, même si de nos jours on le réduit trop souvent (comme d'habitude) à ses plus grands tubes. Balavoine, c'est quand même une dizaine d'albums dont un seul vraiment dispensable.

Et il fallait que ça arrive. Que cette malédiction débarque, cette peste, ce cancer, cette organisation terroriste : l'album tribute. Dieu que l'amour est triste, le manque de respect aussi. Envers Balavoine. Envers les artistes qui cautionnent cette horreur. Envers le public qui se verra infliger ces crimes... Évidemment, des pointures bien vivantes comme Renaud ou Goldman étaient passées à la moulinette, il était de facto impensable que le natif d'Alençon y échappe. De plus, la stratégie marketing des connards qui ont organisé la création de Balavoine(s) (quel nom de chiotte) est morbide, car jouant sur le caractère commémoratif de janvier 2016 (n'oublions pas, on est en France). Après tout, c'est l'idéal pour vendre un « hommage », n'est-ce pas ?

Spoiler : Balavoine(s) n'est pas bon. Mais bon, à ce stade, la question est de savoir à quel point il est mauvais. Et là... "Tous les Cris les S.O.S.", par Zaz, ouvre le bal. C'est bon, on prend son fusil, et on s'entraîne au tir au pigeon si l'on ne se flingue pas avant. Cette arriviste qui n'a jamais été foutue de réussir quoi que ce soit se vautre dans une interprétation zazienne (donc merdique) d'un bijou intemporel travestie en daube électro pop. Arriver à finir à la fin de la chanson est un miracle, vraiment.

Il convient cependant de garder en réserve ses piques les plus acérées pour le reste, car le pire est à venir. Enfin non, il débarque déjà dès "Sauver l'amour", massacré par Zaho. Oui oui, Balavoine se prête merveilleusement à la pop/R'n'B autotunée (non). Et je ne parle pas du clip minable où l'on met des chiards parce que c'est meugnon parce que ça parle d'amour... l'humain a-t-il régressé à ce point ? Et quand on se dit que ça ne peut pas être pire, l'homo sapiens montre ce qu'il sait faire de mieux, à savoir décevoir. "La Vie ne m'apprend rien" est tellement atroce qu'elle me fait personnellement regretter le mal que j'ai pu dire au sujet de la reprise par Liane Foly (en même temps, quand c'est Florent Pagny aux commandes...), Emmanuel Moire croit être encore dans une comédie musicale sur "Le Chanteur" (d'aucuns diront que ça fait sens) et ça fait mal à entendre... Tiens d'ailleurs, Marina Kaye reprend "Only the Very Best", version anglaise de "SOS d'un Terrien en détresse". En toute honnêteté c'est pas mauvais, mais c'est ici hors-sujet, dommage. Par contre, des coups de pioche dans la bouche sont préconisés contre Damien Lauretta qui décrédibilise tellement "Quand on arrive en ville" que même les détracteurs de la chanson originale pourront finir par vomir leur bile. Et que dire de "Vivre ou Survivre" par Shy'm, sinon qu'elle nous pousse à gueuler « CRÈVE » ? de "L'aziza" par Féfé, sinon que cette aberrante soupe world n'est là que pour augmenter le taux de suicide des musiciens noirs ?

Ne soyons pas vaches jusqu'au bout, il n'y a pas que de la diarrhée sur ce disque. Outre la performance de Kaye, Christophe, le vieux de service, offre une reprise de "Lucie" pas trop dégueu, alors que les Cats on Trees étonnent avec une reprise réellement touchante de "Aimer est plus fort que d'être aimé" – rien à voir avec "Mon fils ma bataille" chantée par la multi-récidiviste Jenifer. Nolwenn Leroy n'atteint pas la magie de Balavoine sur "Un enfant assis attend la pluie" (comme les autres, certes), mais effectue un boulot correct grâce à une voix jolie à entendre. Et puis j'avoue que les arrangements électro de "Partir avant les miens" offrent un visage par moments agréable, même si le constat global est médiocre.

Voilà. Voilà, avec ces 5 reprises, on aurait eu un EP pas excellent, mais qui serait plus ou moins recommandable. Dommage, elles sont noyées dans un torrent d'immondices en tous genres : la reprise mièvre et stupide, les massacres sur l'autel de la world music crétine (Tryo a fait plus profond, c'est dire), la daube pour gros cons qui ne connaissent rien à la musique... mais bon, il faut s'y faire, c'est ça qui marche en France, les tributes de merde. Il faut de toute façon se faire une raison, les Français n'ont jamais aimé la musique, la vraie, et ne l'aimeront jamais. Ça ne sert plus à rien d'essayer quoi que ce soit, entre se faire broyer ou massacrer le répertoire des rares qui ont su tirer vers le haut le 5e art, les possibilités sont peu nombreuses, hein.

Et après on chiale parce que la France est dénigrée sur le plan musical. C'est normal avec des merdes pareilles. Alors allez vous faire foutre.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par WALTERSMOKE :


Françoise HARDY
Message Personnel (1973)
L'opus major de hardy ?




Françoise HARDY
Comment Te Dire Adieu (1968)
Quasi-perfection atteinte ?


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



Non disponible


1. Tous Les Cris Les S.o.s.
2. Sauver L'amour
3. Un Enfant Assis Attend La Pluie
4. Soulève-moi
5. Only The Very Best
6. Si Je Suis Fou
7. Partir Avant Les Miens
8. Pour La Femme Veuve Qui S'éveille
9. Lucie
10. La Vie Ne M'apprend Rien
11. Aimer Est Plus Fort Que D'être Aimé
12. Vivre Ou Survivre
13. Quand On Arrive En Ville
14. Mon Fils Ma Bataille
15. L'aziza
16. Le Chanteur
17. Dieu Que L'amour Est Triste



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod