Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Daniel BALAVOINE - Face Amour/face Amère (1979)
Par WALTERSMOKE le 14 Mars 2014          Consultée 2228 fois

Le succès d'un artiste ne devrait pas se mesurer au nombre de singles qu'il peut tirer d'un album, et cela vaut encore plus, paradoxalement, dans le monde de la pop et de la variété. En effet, s'il est très facile de se donner au maximum de ses capacités pour composer une chanson, la tentation du remplissage tend ses plus grands filets une fois cette tache accomplie. À partir de là, deux écoles s'affrontent : celles des chanteurs qui s'en fichent, du moment qu'ils percent dans les charts, et ceux qui sont plus consciencieux et aiment l'idée de faire reposer leur carrière sur de l'art plutôt que sur des outils de promotion – sans pour autant perdre de vue l'objectif financier à tous les coups.

Ceci ramène directement à Daniel BALAVOINE. Si l'on exclut son médiocre premier album, c'est avant tout grâce aux singles qu'il a réellement percé dans sa carrière solo. Certes, Les Aventures de Simon et Gunther et Le Chanteur sont dotées d'un nombre non négligeable de bonnes chansons, mais ce n'est pas forcément ce que recherche un public standard, même celui qui achète des 33 tours. C'est alors que, comme pour confirmer ou infirmer le talent de BALAVOINE, arrive son quatrième album, Face Amour/Face Amère. Si encore d'autres albums du chanteur ont réussi à s'accrocher à la postérité (et encore), celui-là fait clairement partie des oubliés de la cause. Les raisons sont assez simples : d'une part, l'album précédent, Le Chanteur, lui a fait de l'ombre en termes de ventes et de distribution, et d'autre part, l'absence de singles, de tubes potentiels (du moins a priori) a joué en sa défaveur. Déjà que les albums contenant des chansons connues et reconnues ont été oubliées par pas mal de gens, alors que dire que Face Amour/Face Amère ?

Et pourtant, passer à côté de cet album est une erreur pour quiconque cherche de la bonne variété française. Face Amour/Face Amère est un album remarquablement bien construit, avec son lot de chansons réellement bonnes. En termes de structure, celle de Face Amour/Face Amère est relativement bien pensée, avec une face A joyeuse et limite insouciante (Face Amour) et une face B plus réfléchie et grave (Face Amère). BALAVOINE marche sur les traces de l'album concept, genre qu'il avait déjà expérimenté avec succès en 1977. Toutefois, peu importe si ce concept qui n'en est pas un est accepté ou non, ce qui importe, c'est de retenir que Face Amour/Face Amère est un album génial.
S'il fallait chercher de mauvaises chansons, ou du moins relativement faibles, la pêche serait misérable. Tout au plus peut-on trouver "Love Linda" un peu mielleux (sans compter qu'à titre personnel, je déteste ce genre de chanson en général), et lever les yeux au ciel en entendant les rimes du refrain de "Tu me Plais Beaucoup". Pour le reste, ce n'est que du tout bon. En particulier, la face B (Face Amère) qui enchaine avec brio cinq chansons toutes plus irrésistibles les unes que les autres, ou presque. À la rigueur, "Dancing Samedi", avec sa rythmique disco, peut rebuter, mais si la première écoute peut surprendre, les suivantes la feront apparaître sous son meilleur jour, sans compter les paroles, toujours aussi relevées chez BALAVOINE. Comme grosse surprise, "Pauvre Bobby" se caractérise par le chant principal tenu par le batteur Roger Secco, accompagné de chœurs qui, il faut tout de même l'avouer, prennent un peu trop de place. En passant, "Pauvre Bobby" se pose en chanson triste, pas loin d'être poignante même. Mais le véritable sommet de Face Amour/Face Amère n'est autre que sa conclusion, "Rougeàgèvre", soit un numéro pop qui dérive bien vite en rock quasi-instrumental et nerveux, avec même un solo de guitare grandiose.

Il n'y a pas grand-chose qui manque à Face Amour/Face Amère. En dehors de quelques finitions, le quatrième album de Daniel BALAVOINE ne peut être remarqué que pour ses chansons absolument époustouflantes, qui n'ont rien à envier aux tubes portés (de manière légitime, soit dit en passant) par le public. Pour ce qui est du succès commercial, BALAVOINE n'a guère de soucis à se faire, et de toute façon, sur ce plan, l'album suivant sera clairement satisfaisant.

Note réelle : 4,5/5

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par WALTERSMOKE :


Michel BERGER
Beauséjour (1980)
Un vrai réservoir à tubes




Daniel BALAVOINE
Le Chanteur (1978)
Spécial boîte à demandes !


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Daniel Balavoine (chant)
- Patrick Dulphy (guitares acoustiques)
- Hervé Limeretz (claviers)
- Roger Secco (batterie, chant)
- Bernard Serre (basse, chant, synthés)
- Colin Swinburne (guitares électriques)
- Patrick Bourgoin (cuivres)
- Jean-paul Batailley (batterie, percussions)
- Guy Balavoine (choeurs)


- face Amour
1. Face Amour/face Amère
2. Toi Et Moi
3. Me Laisse Pas M'en Aller
4. Love Linda
5. Tu Me Plais Beaucoup
- face Amère
6. Ces Petits Riens
7. Dancing Samedi
8. Pauvre Bobby
9. Drôle De Galaxie
10. Rougeàgèvre



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod